Afirika Artfest : pluralité créative et introspection du continent africain 

15 mars 2023   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Afirika Artfest : pluralité créative et introspection du continent africain 

Afirika Artfest présente We are enough, une exposition faite d’œuvres pluridisciplinaires de onze artistes originaires d’Afrique. Cette deuxième édition examine les préjugés qui composent les sociétés contemporaines africaines de manière créative et novatrice dans une scénographie particulièrement soignée. À découvrir, en grande partie, à la 193 Gallery jusqu’au 26 mai 2023. 

« Je souhaite présenter la créativité africaine comme moi je la vois et non pas comme des experts de l’Afrique qui n’y ont pas mis un pied depuis plus de 40 ans la perçoivent », déclare Roger Niyigena Karera, commissaire de l’exposition et cofondateur d’Afirika Artfest. Après une première édition prometteuse en 2021 au cœur de la Savoie sur la thématique de la ville de demain, Afirika Artfest investit la capitale française pour son deuxième volet qui se veut être une introspection de la société contemporaine africaine. Intitulée We are enough, l’exposition se présente sous la forme de huit chapitres. Les sept premiers sont à découvrir dans les deux espaces de la 193 Gallery et le dernier à la galerie Carole Kvasnevski. 

Dans le premier chapitre de l’évènement, nommé Awareness, Joana Choumali, originaire de Côte d’Ivoire, expose, entre autres œuvres, sa vision d’un éveil méditatif. À l’aide de son smartphone, elle photographie la ville de Casablanca au Maroc – où elle a étudié les arts graphiques – entre cinq et sept heures du matin, horaire correspondant à l’heure de la première prière musulmane. Après une impression sur toile, l’artiste effectue une broderie minutieuse et précieuse. Tel un processus de méditation, elle ritualise sa pratique du matin jusqu’au soir, à l’instar de la prière. Puis, l’exposition se poursuit dans un puits de lumière consacrée au deuxième chapitre, Multiple identities, et plus précisément aux œuvres de Zanele Muholi. Dans les clichés présentés, le·a photographe d’Afrique du Sud interroge ses thématiques de prédilection : les questions d’identités et d’acceptation des différences. 

© Joana Choumali, Courtesy of 193 Gallery

© Joana Choumali, Courtesy of 193 Gallery

Des talents multiples 

Dans cette exposition, la photographie se transforme en un outil à remanier. Les arts se rencontrent pour offrir la vision d’une Afrique multiple et créative. Établie au Kenya, Thandiwe Muriu, réalise des portraits de personnes qui se fondent dans un fond de tissu africain pour mieux exister. Exposés dans le chapitre Self acceptation, les clichés de l’artiste illustre l’estime et l’amour de soi. Elle revisite les coiffures africaines populaires ainsi que des objets du quotidien par une autre fonctionnalité qui leur est associée. La place de la femme dans la société africaine s’affiche comme la thématique centrale de ses œuvres. À l’étage de ce premier lieu d’exposition, les visiteurices peuvent s’immiscer dans le monde extravagant d’April Bey, Atlantica. Entre fourrures et paillettes, l’artiste née aux Bahamas et installée à Los Angeles réalise des œuvres de grande envergure. À la frontière entre la couture et la photographie, April Bey invite les visiteurices dans un univers afrofuturiste qui forme une vive critique sociale. Elle veille à ce que les matières premières qui lui permettent de créer proviennent d’entreprises appartenant à des femmes noires. 

L’exposition se poursuit ensuite en face de l’entrée principale de la galerie, en traversant la rue, avec le cinquième chapitre, Renaissance. Les sujets présentés fâchent, mais une nouvelle conscience de la société contemporaine africaine permet de les affronter plus sereinement. Dans ce volet, Modou Dieng Yacine, originaire du Sénégal, présente un discours de paix. Sur des photos de soldats noirs d’Afrique et d’Amérique, notamment des tirailleurs sénégalais, il appose de la peinture colorée. Il s’inspire de ses jeunes héros noirs et de la culture américaine pour délivrer un message frappant : une Afrique fière de ses ancêtres et de ses valeurs ancestrales. Aussi bien personnelle que collective, l’introspection suggérée par cette exposition permet la découverte d’un riche patrimoine créatif ainsi que de l’histoire forte et puissante de l’Afrique. 

© Thandiwe Muriu, Courtesy of 193 Gallery © Thandiwe Muriu, Courtesy of 193 Gallery 

© Thandiwe Muriu, Courtesy of 193 Gallery

© Modou Dieng Yacine, Courtesy of 193 Gallery

© Modou Dieng Yacine, Courtesy of 193 Gallery

© Zanele Muholi, Courtesy of Galerie Carole Kvasnevski © Zanele Muholi, Courtesy of Galerie Carole Kvasnevski

© Zanele Muholi, Courtesy of Galerie Carole Kvasnevski

Image d’ouverture : © Modou Dieng Yacine, Courtesy of 193 Gallery

Explorez
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
© Hugo Mapelli
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
Parmi les thématiques abordées sur les pages de notre site comme dans celles de notre magazine se trouve la mode. Par l’intermédiaire de...
17 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil de J.A. Young : l’hydre monstrueuse qui domine les États-Unis
© J.A. Young
Dans l’œil de J.A. Young : l’hydre monstrueuse qui domine les États-Unis
Cette semaine, plongée dans l’œil de J.A. Young. Aussi fasciné·e que terrifié·e par les horreurs que le gouvernement américain dissimule...
15 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
© Kin Coedel
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine s'immergent en profondeur dans diverses communautés, avec lesquelles iels...
14 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
© Nestor Benedini
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
Du 6 avril au 22 septembre, l’exposition PERFORMANCE au MRAC Occitanie fait dialoguer art et sport. L’événement fait partie de...
13 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
© Chloé Milos Azzopardi
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
Du 6 au 28 avril, Maison Sœur accueille Ces corps qui nous traversent, une exposition qui nous inivite à repenser notre rapport au vivant.
19 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Photon Tide, le glitch à l'âme
© Photon Tide
Photon Tide, le glitch à l’âme
« Je voudrais que vous n'ayez pas peur de ce qui se trouve dans votre esprit, mais que vous l'embrassiez », déclare Photon Tide, ou « Pho...
19 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine