Afirika Artfest : pluralité créative et introspection du continent africain 

15 mars 2023   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Afirika Artfest : pluralité créative et introspection du continent africain 

Afirika Artfest présente We are enough, une exposition faite d’œuvres pluridisciplinaires de onze artistes originaires d’Afrique. Cette deuxième édition examine les préjugés qui composent les sociétés contemporaines africaines de manière créative et novatrice dans une scénographie particulièrement soignée. À découvrir, en grande partie, à la 193 Gallery jusqu’au 26 mai 2023. 

« Je souhaite présenter la créativité africaine comme moi je la vois et non pas comme des experts de l’Afrique qui n’y ont pas mis un pied depuis plus de 40 ans la perçoivent », déclare Roger Niyigena Karera, commissaire de l’exposition et cofondateur d’Afirika Artfest. Après une première édition prometteuse en 2021 au cœur de la Savoie sur la thématique de la ville de demain, Afirika Artfest investit la capitale française pour son deuxième volet qui se veut être une introspection de la société contemporaine africaine. Intitulée We are enough, l’exposition se présente sous la forme de huit chapitres. Les sept premiers sont à découvrir dans les deux espaces de la 193 Gallery et le dernier à la galerie Carole Kvasnevski. 

Dans le premier chapitre de l’évènement, nommé Awareness, Joana Choumali, originaire de Côte d’Ivoire, expose, entre autres œuvres, sa vision d’un éveil méditatif. À l’aide de son smartphone, elle photographie la ville de Casablanca au Maroc – où elle a étudié les arts graphiques – entre cinq et sept heures du matin, horaire correspondant à l’heure de la première prière musulmane. Après une impression sur toile, l’artiste effectue une broderie minutieuse et précieuse. Tel un processus de méditation, elle ritualise sa pratique du matin jusqu’au soir, à l’instar de la prière. Puis, l’exposition se poursuit dans un puits de lumière consacrée au deuxième chapitre, Multiple identities, et plus précisément aux œuvres de Zanele Muholi. Dans les clichés présentés, le·a photographe d’Afrique du Sud interroge ses thématiques de prédilection : les questions d’identités et d’acceptation des différences. 

© Joana Choumali, Courtesy of 193 Gallery

© Joana Choumali, Courtesy of 193 Gallery

Des talents multiples 

Dans cette exposition, la photographie se transforme en un outil à remanier. Les arts se rencontrent pour offrir la vision d’une Afrique multiple et créative. Établie au Kenya, Thandiwe Muriu, réalise des portraits de personnes qui se fondent dans un fond de tissu africain pour mieux exister. Exposés dans le chapitre Self acceptation, les clichés de l’artiste illustre l’estime et l’amour de soi. Elle revisite les coiffures africaines populaires ainsi que des objets du quotidien par une autre fonctionnalité qui leur est associée. La place de la femme dans la société africaine s’affiche comme la thématique centrale de ses œuvres. À l’étage de ce premier lieu d’exposition, les visiteurices peuvent s’immiscer dans le monde extravagant d’April Bey, Atlantica. Entre fourrures et paillettes, l’artiste née aux Bahamas et installée à Los Angeles réalise des œuvres de grande envergure. À la frontière entre la couture et la photographie, April Bey invite les visiteurices dans un univers afrofuturiste qui forme une vive critique sociale. Elle veille à ce que les matières premières qui lui permettent de créer proviennent d’entreprises appartenant à des femmes noires. 

L’exposition se poursuit ensuite en face de l’entrée principale de la galerie, en traversant la rue, avec le cinquième chapitre, Renaissance. Les sujets présentés fâchent, mais une nouvelle conscience de la société contemporaine africaine permet de les affronter plus sereinement. Dans ce volet, Modou Dieng Yacine, originaire du Sénégal, présente un discours de paix. Sur des photos de soldats noirs d’Afrique et d’Amérique, notamment des tirailleurs sénégalais, il appose de la peinture colorée. Il s’inspire de ses jeunes héros noirs et de la culture américaine pour délivrer un message frappant : une Afrique fière de ses ancêtres et de ses valeurs ancestrales. Aussi bien personnelle que collective, l’introspection suggérée par cette exposition permet la découverte d’un riche patrimoine créatif ainsi que de l’histoire forte et puissante de l’Afrique. 

© Thandiwe Muriu, Courtesy of 193 Gallery © Thandiwe Muriu, Courtesy of 193 Gallery 

© Thandiwe Muriu, Courtesy of 193 Gallery

© Modou Dieng Yacine, Courtesy of 193 Gallery

© Modou Dieng Yacine, Courtesy of 193 Gallery

© Zanele Muholi, Courtesy of Galerie Carole Kvasnevski © Zanele Muholi, Courtesy of Galerie Carole Kvasnevski

© Zanele Muholi, Courtesy of Galerie Carole Kvasnevski

Image d’ouverture : © Modou Dieng Yacine, Courtesy of 193 Gallery

Explorez
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
© Andrea Sena
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Andrea Sena, qui s’est attachée à capturer la fête comme acte de résistance en temps de guerre. Pour...
19 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 12.02.24 au 18.02.24 : un éveil réparateur
© Maurine Tric
Les images de la semaine du 12.02.24 au 18.02.24 : un éveil réparateur
C’est l’heure du récap’ ! Cette semaine, les photographes mis·es en avant par Fisheye ont en commun de transmettre des valeurs de soin et...
18 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
La RATP invite Fisheye à célébrer la diversité de la photographie de sport
© Cait Oppermann
La RATP invite Fisheye à célébrer la diversité de la photographie de sport
Cette année encore, la RATP a convié Fisheye à investir des stations de son réseau métropolitain. Cette invitation prend place dans le...
17 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Le regard entier de Lucie Moriceau-Chastagner
Sans titre, de la série Théâtre de guerre, photographies avec un groupe de guérilla kurde, Irak, 2011-2012 © Émeric Lhuisset- Musée de l’Armée, Paris – achat auprès de l’artiste
Le regard entier de Lucie Moriceau-Chastagner
La responsable des collections de photographies au musée de l’Armée pose sur les images du fait militaire une vision nuancée, recherchant...
15 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
The Necklace, 1999 © 2021, Alessandra Sanguinetti / Magnum Photos
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
Pendant plus de deux décennies, Alessandra Sanguinetti a documenté, au travers de mises en scène, le quotidien de deux petites filles de...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
© Pauline Suzor / Instagram
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
Cette semaine, notre sélection Instagram vous plonge au cœur d'un évènement folklorique, festif et coloré : le carnaval. Retrouvez, en ce...
20 février 2024   •  
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
© Feng Li
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
Connu pour sa photographie de rue insolite, l’artiste chinois Feng Li présente à travers Pig un aspect plus intimiste de son existence....
19 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
© Lara Lussheimer
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
Lara Lussheimer et Sara Tontorova, nos coups de cœur de la semaine, sont toutes deux en quête de métaphores. La première les fait émerger...
19 février 2024   •