Alfonso Almendros : « To Name a Mountain »

01 avril 2021   •  
Écrit par Anaïs Viand
Alfonso Almendros : « To Name a Mountain »

Dans To Name a Mountain, le photographe espagnol Alfonso Almendros cherche à mêler l’amour et la montagne, dans un conte doublement métaphorique. Inspiré par les grands romantiques américains du XVIIIsiècle, il invoque la magie de ces lieux sacrés. Cet article est à retrouver dans notre dernier numéro.

Nommer une montagne, n’est-ce pas un acte hautement poétique ? Au printemps 1863, le peintre Albert Bierstadt et son ami écrivain Fitz Hugh Ludlow entamaient une ascension dans les Rocheuses, en Amérique du Nord. L’histoire raconte que le peintre, subjugué par la vue de la montagne, en a aussitôt réalisé un croquis qu’il a intitulé Une tempête dans les montagnes Rocheuses, Mont Rosalie, en hommage à la femme de son compagnon de voyage dont il était secrètement amoureux. « Dans cette œuvre, Bierstadt évoquait le désir, mais à travers l’excès et la violation d’une réalité suggestive, car fantasmée », détaille Alfonso Almendros, photographe et conférencier espagnol, installé à Madrid. « J’ai toujours été fasciné par l’alpinisme et par certaines explorations menées au cours des XVIIIe et XIXe siècles. Parmi elles, les voyages d’Alexander von Humboldt en Amérique du Sud, les premières ascensions dans les Alpes ou encore les tentatives rêveuses – et souvent insensées – pour atteindre le pôle Nord. Il fut une époque où les frontières et les distances naturelles constituaient un obstacle important à la mobilité, et les visions de ces lieux ont inspiré de nombreux artistes », ajoute-t-il.

© Alfonso Almendros

Une double métaphore

Celui qui se décrit comme un photographe essayant « de parler de lui-même à travers des symboles » a trouvé dans ce récit d’aventures un écho qui résonne avec son vécu. Sombre histoire d’amour ou portrait d’une montagne violente et imprévisible ? Son projet To Name a Mountain (« Nommer une montagne ») se lit comme une double métaphore. « J’essaie de confronter l’idéalisation de l’amour et de la montagne. Et je perçois la beauté et la peur comme des concepts comparables à l’amour, analyse Alfonso Almendros. Jusqu’à récemment, la montagne était considérée comme un lieu dangereux que les humains avaient pour habitude d’éviter. Pendant longtemps, elle était liée aux notions de foi, de croyance, de peur et de punition. Pour son caractère sacré, la montagne a d’ailleurs hébergé des dieux ayant un rôle important dans leur religion : le mont Olympe, le mont Fuji, le mont Sinaï, ou encore le mont Ararat… » Danger, terreur, mais sentiment du sublime aussi. En témoignent les théories de Kant ou de Burke, élaborées au XVIIIe siècle. À qui donc le photographe a-t-il pensé en composant cette série ? Il gardera le secret, même si on peut relever quelques indices dans le livre du même nom publié aux éditions Witty Books, pour l’instant épuisé. L’auteur démontre ici qu’il n’est pas nécessaire de nommer un sommet pour honorer le souvenir d’un être cher. Créer des images devient un acte d’amour. To Name a Mountain fera le bonheur des romantiques et des aventuriers.

 

Cet article est à retrouver dans son intégralité dans Fisheye #46, en kiosque et disponible ici

© Alfonso Almendros

 

© Alfonso Almendros

 

© Alfonso Almendros

© Alfonso Almendros

© Alfonso Almendros

 

© Alfonso Almendros

© Alfonso Almendros

© Alfonso Almendros

© Alfonso Almendros

© Alfonso Almendros

To Name a Mountain © Alfonso Almendros

Explorez
Les coups de cœur #498 : Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno
© Tommy Keith
Les coups de cœur #498 : Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno
Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno, nos coups de cœur de la semaine, dépeignent le paysage alentour chacun à leur manière. Le...
24 juin 2024   •  
La sélection Instagram #459 : berceuses imagées
© doongood_666 / Instagram
La sélection Instagram #459 : berceuses imagées
Un petit somme à l’ombre d’un pommier ou un rêve érotique dans un love hotel, les artistes de notre sélection Instagram de la semaine...
18 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
© Leila Calvaruso
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi, nos coups de cœur de la semaine, documentent la vie quotidienne à l’aide de leur boîtier. La...
17 juin 2024   •  
Dans l'œil d'Anne-Laure Étienne : portrait flambant sous le soleil d'Ardèche
© Anne-Laure Étienne, Cindy
Dans l’œil d’Anne-Laure Étienne : portrait flambant sous le soleil d’Ardèche
Cette semaine, plongée dans l’œil d'Anne-Laure Étienne, qui met son regard aiguisé et ses mises en scène colorées au service des arts...
10 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
La FUJIKINA ou le pouvoir de la création d'images
© Laura Bonnefous
La FUJIKINA ou le pouvoir de la création d’images
Amateurices passionné·es, professionnel·les aguerri·es... quel que soit votre horizon, la FUJIKINA vous accueille pour sa nouvelle...
Il y a 3 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
La sélection Instagram #460 : sortir du réel
© Jared Cobb / Instagram
La sélection Instagram #460 : sortir du réel
Si la photographie permet de se rapprocher le plus possible du réel, elle capture aussi des mondes fictifs, des pensées illusoires et des...
Il y a 7 heures   •  
Écrit par Marie Baranger et Milena Ill
Dans l'œil d'Igor Furtado : expressions queer tropicales
© Igor Furtado, Corpo Trópico
Dans l’œil d’Igor Furtado : expressions queer tropicales
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Igor Furtado. Le photographe célèbre la beauté des communautés LGBTQIA+ brésiliennes, toujours en...
24 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
10/10 pour la jeune création contemporaine
© Sofiya Loriashvili
10/10 pour la jeune création contemporaine
Pour la semaine d’ouverture des Rencontres d’Arles 2024, Archevêché by Fisheye présente une série de rendez-vous incontournables ! Parmi...
24 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine