Au bord des routes, il n’y a pas que des lampadaires

28 décembre 2017   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Au bord des routes, il n'y a pas que des lampadaires
Le photographe Eiji Ohashi a passé neuf ans à traquer les distributeurs de boissons automatiques éparpillés au Japon. À travers un travail minutieux, Roadside lights, le photographe nous livre ses observations sur la société japonaise.

Jihanki

, les distributeurs de boissons automatiques japonais sont uniques au monde. Non seulement ils distribuent toutes sortes de boissons chaudes ou froides, mais ils sont aussi dispersés dans tout le pays, de Tokyo à Hokkaido, l’île la plus au nord de l’archipel. C’est dans la ville de Wakkanai, à Hokkaido, par une nuit enneigée, que le photographe Eiji Ohashi commence à photographier les phares silencieux du paysage japonais. Pris dans une tempête de neige, Ohashi a utilisé la lumière incandescente des distributeurs automatiques pour rentrer chez lui. Grâce à cette expérience, il remarque, vraiment, l’existence de l’objet.

À partir de ce jour-là, Ohashi a parcouru le pays pour capturer « la beauté de ces objets très ordinaires ». Le photographe a consacré trois livres (Merci, Roadside Lights et Being There) et neuf ans de sa vie à ces objets solitaires. Parce que pour lui, les distributeurs automatiques sont des allégories sociales imprégnées de sens. Ils sont emblématiques de la société japonaise. Une société où tout doit être facile, pratique et confortable. Ils sont enfin, une métaphore de l’ouvrier moderne, forcé de travailler sans répit et menacé de remplacement.

La beauté des objets invisibles

Ohashi alterne entre le noir et blanc, et la couleur, l’argentique et le numérique pour mettre en valeur l’aspect humain de son sujet. Tourné le plus souvent la nuit, et avec des temps d’exposition très longs (15 minutes pour le noir et blanc et une minute pour les images en couleur), l’humain n’apparaît pas dans ses images. « Je tourne la nuit parce que les lumières sont plus fortes; elles sont plus vives », explique Ohashi. Bien que non romantiques par définition, les machines distributrices sont embellies par les cadres du photographe, célébrées et placées dans une harmonie peu orthodoxe avec le paysage. « Je veux surprendre les Japonais avec la beauté de ces machines, leur montrer ce qu’ils ont sous les yeux et ne jamais remarquer ». Roadside Lights est actuellement exposé à la Galerie &co119 à Paris jusqu’au 13 février, et le dernier livre de la série, Being There, a été publié il y a quelques semaines.

Ebetsu-city, Hokkaido, June 2016 © Eiji Ohashi, Courtesy Galerie &co119

Haruka-yama, Otaru-city, Hokkaido, February 2014©Eiji Ohashi / courtesy Galerie &co119
Haruka-yama, Otaru-city, Hokkaido, February 2014©Eiji Ohashi / courtesy Galerie &co119
Takino, Sapporo-city Hokkaido, December 2015 ©Eiji Ohashi / courtesy Galerie &co119
Takino, Sapporo-city Hokkaido, December 2015 ©Eiji Ohashi / courtesy Galerie &co119

Kiyota, Sapporo-city, Hokkaido, January 2016 © Eiji Ohashi, Courtesy Galerie &co119

Otaru-city, Hokkaido, February 2015 © Eiji Ohashi, Courtesy Galerie &co119
Otaru-city, Hokkaido, February 2015
© Eiji Ohashi, Courtesy Galerie &co119
Shinyoka-town, Shiga-prefecture, December 2016 © Eiji Ohashi, Courtesy Galerie &co119
Shinyoka-town, Shiga-prefecture, December 2016
© Eiji Ohashi, Courtesy Galerie &co119

Urakawa-town, Hokkaido, June 2016 ©Eiji Ohashi / courtesy Galerie &co119

© Eiji Ohashi , Courtesy Galerie &co119

Explorez
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l'oppression
© Campbell Addy
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l’oppression
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine tentent de faire entendre les voix des marges et des personnes opprimé·es de la...
Il y a 3 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
© Michael Ackerman
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
Du 27 juin au 29 septembre 2024, la galerie Anne Clergue Galerie à Arles présente Le monde flottant, de Michael Ackerman et Maciej...
15 juin 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les expositions photo à découvrir cet été !
Paris, 1967 © Joël Meyerowitz
Les expositions photo à découvrir cet été !
Chaque saison fait fleurir de nouvelles expositions. À cet effet, la rédaction de Fisheye a répertorié toute une déclinaison...
14 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
How I Met Jiro : les marges d'Osaka révélées par Chloé Jafé
© Chloé Jafé
How I Met Jiro : les marges d’Osaka révélées par Chloé Jafé
Avec How I Met Jiro, livre édité conjointement par The(M) Editions et IBASHO, Chloé Jafé clôt une trilogie en trois chapitres qui conte...
13 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l'oppression
© Campbell Addy
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l’oppression
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine tentent de faire entendre les voix des marges et des personnes opprimé·es de la...
Il y a 3 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
© Michael Ackerman
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
Du 27 juin au 29 septembre 2024, la galerie Anne Clergue Galerie à Arles présente Le monde flottant, de Michael Ackerman et Maciej...
15 juin 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
La fille du marin : les aventures océaniques de Katalin Száraz
© Katalin Száraz
La fille du marin : les aventures océaniques de Katalin Száraz
Katalin Száraz compose, avec La fille du marin, un hommage visuel à la profession de son père. Une série oscillant entre les fantasmes de...
14 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les expositions photo à découvrir cet été !
Paris, 1967 © Joël Meyerowitz
Les expositions photo à découvrir cet été !
Chaque saison fait fleurir de nouvelles expositions. À cet effet, la rédaction de Fisheye a répertorié toute une déclinaison...
14 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine