« Cut off » : un dialogue social entre Dmitri Markov et Aries Mond

17 juin 2019   •  
Écrit par Anaïs Viand
« Cut off » : un dialogue social entre Dmitri Markov et Aries Mond

Le photographe documentaire russe Dmitri Markov et le musicien français Aries Mond ont composé Cut off, un double objet – livre et disque – autant poétique que social. Un subtil dialogue publié aux éditions IIKKI.

« Quand on me demande pourquoi je m’intéresse au “côté désagréable de la vie”, je réponds : “Parce que j’en fais partie” ». Le photographe documentaire, travailleur social et journaliste russe Dmitri Markov donne le ton. Et il fait tellement partie de la vie que nous n’avons pas eu l’occasion d’échanger avec lui. On peut comprendre, car en Russie, Dmitri Markov est une star. Il suffit de parcourir son compte Instagram – suivi par quelque
388 000 abonnés – pour s’en convaincre. Dmitri Markov est le genre de star qui ne cesse d’œuvrer pour le social. Quand il ne photographie pas, il travaille comme bénévole. Dans Cut Off, son huitième ouvrage édité aux éditions IIKKI, ses images dialoguent avec les mélodies signées Aries Mond, un musicien français composant entre autres pour le théâtre contemporain.

Une mosaïque sans artifice

Jeux d’enfants, hommes à l’agonie ou animaux attachants, Dmitri Markov rassemble dans cet ouvrage des figurants de tout âge et de toute origine. Ses scènes de vie sobres et poignantes s’assemblent pour former une mosaïque sans artifice. D’ailleurs, c’est à l’iPhone que le jeune prodige dépeint ce théâtre postsoviétique. On se croirait dans un décor vintage et pourtant, ses images ont été réalisées ces dernières années. Ennui, alcoolisme, pauvreté… autant de problématiques sociales atemporelles que l’on devine en parcourant Cut Off. Et si notre œil occidental perçoit les restes de l’URSS, le photographe préfère immortaliser des situations quotidiennes savoureuses. « C’est triste d’entendre les gens dire que je capture le côté sordide. Je ne vois rien d’horrible sur ces photos. Ce ne sont pas seulement des “photos sociales”, comme beaucoup de gens les voient, il s’agit-là de mes rencontres et de scènes personnelles. Chaque image constitue un chapitre de ma propre histoire », précise le photographe. Une déambulation urbaine, poétique et avant tout humaine – en son et en images.

Cut Off, éditions IIKKI, 40 €, 96 p, 500 exemplaires.

© Dmitri Markov© Dmitri Markov
© Dmitri Markov© Dmitri Markov
© Dmitri Markov© Dmitri Markov
© Dmitri Markov© Dmitri Markov
© Dmitri Markov© Dmitri Markov
© Dmitri Markov© Dmitri Markov
© Dmitri Markov© Dmitri Markov
© Dmitri Markov© Dmitri Markov
© Dmitri Markov© Dmitri Markov

© Dmitri Markov

Explorez
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
© Claire Jaillard
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
Le 6 juillet s’est clôturé la première semaine des Rencontres d’Arles 2024. À la cour de l’Archevêché, lieu historique du...
13 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les images de la semaine du 01.07.24 au 07.07.24 : cap sur Arles !
© Joachim Haslinger, Tribute to Egon Schiele, 2022 courtesy www.atelierjungwirth.com
Les images de la semaine du 01.07.24 au 07.07.24 : cap sur Arles !
C’est l’heure du récap‘ ! Cette semaine, Fisheye se plonge dans la 55e édition des Rencontres d'Arles et revient sur quelques-unes de ses...
07 juillet 2024   •  
Écrit par Milena Ill
La vitalité des ama se diffuse dans le langage visuel d'Uraguchi Kusukazu
© Uraguchi Kusukazu. Au large, 1974. Avec l’aimable autorisation d’Uraguchi Nozomu.
La vitalité des ama se diffuse dans le langage visuel d’Uraguchi Kusukazu
Des photographies inédites de la monumentale archive d’Uraguchi Kusukazu prennent vie aux Rencontres d’Arles. Le photographe japonais a...
04 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Wagon-bar : les grandes lignes de la restauration ferroviaire
Petite restauration servie au bar Corail, 1985. © Fonds de dotation Orient Express
Wagon-bar : les grandes lignes de la restauration ferroviaire
Historien des chemins de fer et spécialiste du patrimoine ferroviaire et industriel, Arthur Mettetal présente Wagon-bar aux Rencontres...
03 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Lorine © Hélène Mastrandréas
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Après avoir perdu une partie de son autonomie, la photographe de réalisatrice Hélène Mastrandréas réalise que sa vie a changé à jamais....
13 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
© Claire Jaillard
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
Le 6 juillet s’est clôturé la première semaine des Rencontres d’Arles 2024. À la cour de l’Archevêché, lieu historique du...
13 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Géographie de la domination : l'horreur vue du ciel
© Paul Mesnager
Géographie de la domination : l’horreur vue du ciel
Projet multiforme à la croisée du livre et de l’exposition virtuelle, Géographie de la domination nous fait prendre de la hauteur pour...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Les visions futuristes en mode Space Age de Damien Krisl
© Damien Krisl
Les visions futuristes en mode Space Age de Damien Krisl
Photographe de commande spécialisé dans la mode, la beauté et les éditoriaux, Damien Krisl se distingue par son approche. Inspiré de...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet