La sélection Instagram #58

11 octobre 2016   •  
Écrit par Fisheye Magazine
La sélection Instagram #58

Pavle Nikolić

Qu’on ne s’y trompe pas : les compositions de Pavle Nikolić sont pleines de lumières. S’il joue avec les ombres, les tons foncés et les lumières éteintes, c’est pour mieux souligner la beauté qu’il veut nous transmettre.

Découvrir son travail

Fisheye Magazine | La sélection Instagram #58
© Pavle Nikolić / Instagram
Fisheye Magazine | La sélection Instagram #58
© Pavle Nikolić / Instagram

Vincent Bernys

Un peu dans le même style que le compte précédent, voici celui de Vincent. Enfin, des images de Paris et de sa banlieue originales ! Loin des immeubles haussmanniens, des grandes avenues ou des cafés à la mode, ce photographe capture la simplicité de la capitale. Un regard croisé derrière la vitre d’un bistrot, une vieille dame qui hésite sur un étal de légumes au marché… Le tout à travers des prises de vues chaleureuses un brin retro.

Fisheye Magazine | La sélection Instagram #58
© bervynz
Fisheye Magazine | La sélection Instagram #58
© bervynz / Instagram

Jack Latham

Jack est un photographe gallois, adepte d’images grands formats et de digital, titulaire d’un diplôme en photographie documentaire. Les photos qu’il partage avec nous sur son compte Instagram témoignent d’une profonde empathie pour les sujets dont il tire le portrait. Il y a une belle profondeur dans son travail.

Découvrir son travail

Fisheye Magazine | La sélection Instagram #58
© Jack Latham / Instagram
Fisheye Magazine | La sélection Instagram #58
© Jack Latham / Instagram

Henrik Emtkjær Hansen

Des paysages en veux-tu en voilà… Le compte du danois Henrik n’est dédié qu’à ça ! Il y a une froideur intéressante dans ses clichés où toutes les lignes fuient vers l’horizon. Son regard porte loin; ses images nous incitent à voir au-delà de ce qui se présente sous nos yeux.

Découvrir son travail

Fisheye Magazine | La sélection Instagram #58
© Henrik Emtkjær Hansen / Instagram
Fisheye Magazine | La sélection Instagram #73
© Henrik Emtkjær Hansen / Instagram

Clare Hewitt

Cette image drôle et étonnante, vous la croiserez probablement dans la rue si vous vous rendez en Angleterre. Clare Hewitt a participé à un projet d’exposition collective, Portaits of Britain, lancé par le British Journal of Photography. Les images sélectionnées sont ainsi exposées sur des écrans publicitaires. Celle présentée ci-dessous est un portrait d’Eugénie, que Clare a suivi pendant dix ans. Une très belle série qu’elle a dévoilé en partie sur son compte Instagram, et que vous pouvez découvrir sur son site.

Découvrir son travail

Fisheye Magazine | La sélection Instagram #58
© Clare Hewitt / Instagram
Fisheye Magazine | La sélection Instagram #58
© Clare Hewitt

Linn Heidi Stokkedal

En plus des portraits touchants, le compte de Linn est riche d’images composées comme des métaphores. Les photographies poétiques de Linn sont propices à la rêverie.

Découvrir son travail

Fisheye Magazine | La sélection Instagram #58
© Linn Heidi Stokkedal / Instagram
Fisheye Magazine | La sélection Instagram #58
© Linn Heidi Stokkedal / Instagram
Explorez
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
© Andrea Sena
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Andrea Sena, qui s’est attachée à capturer la fête comme acte de résistance en temps de guerre. Pour...
19 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 12.02.24 au 18.02.24 : un éveil réparateur
© Maurine Tric
Les images de la semaine du 12.02.24 au 18.02.24 : un éveil réparateur
C’est l’heure du récap’ ! Cette semaine, les photographes mis·es en avant par Fisheye ont en commun de transmettre des valeurs de soin et...
18 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina