Le palmarès du Nikon Film Festival 2023 se dévoile ! 

22 avril 2023   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Le palmarès du Nikon Film Festival 2023 se dévoile ! 

Superstition négative ou porte-bonheur, le nombre treize, thématique de la 13e édition du Nikon Film Festival, a porté chance aux onze courts-métrages lauréats. Coup de projecteur sur ce palmarès 2023 !

Le 21 avril dernier, la prestigieuse salle du Grand Rex a accueilli la cérémonie de remise des prix du Nikon Film Festival. Pour cette 13e édition, 13 prix étaient à pourvoir, autour d’une thématique qui sonne comme une évidence : le nombre 13. Cette année, 2229 courts-métrages ont été réalisés – un record depuis la naissance du festival ! Véritable tremplin pour des réalisateurices en herbe, ce concours encourage la création et favorise l’émergence de nouveaux talents à travers une règle unique : imaginer et réaliser un court-métrage sous la forme de fiction, film d’animation ou documentaire, d’une durée de 2min20 sur un thème imposé. Présidé par le créateur de Kaamelott, Alexandre Astier, et composé entre autres de la photographe Maud Chalard et de l’acteur Pio Marmaï, le jury a récompensé neuf films sur une sélection de 50 finalistes. S’ajoutent à ces prix ceux du Public, de la Critique et de SensCritique.

Et c’est Tears come from above, réalisé par Margaux Fazio et Manon Stutz, qui rafle le Grand Prix du Jury ainsi que le Prix international. Le souffle coupé et le cœur battant, les deux réalisatrices nous emportent dans un court-métrage aussi poignant que percutant. Le protagoniste, un ancien déporté d’Auschwitz, livre avec une pugnacité sans pareille un passé douloureux. 2min20 d’une intensité folle où se succèdent des thématiques fortes rythmées autour d’un élément précis : le nombre 13. Une fiction bouleversante conçue d’une main de maître. 

Tears come from above © Margaux Fazio et Manon Stutz, Grand Prix du Jury et Prix international

De la comédie au film d’horreur

Fruits d’imagination débordante, les courts-métrages lauréats relatent de thèmes que tout oppose et affichent des formes très variées. En choisissant l’idée de superstition et porte-malheur du nombre 13, une partie des candidat·es se sont dirigé·es sur la création d’un thriller ou d’un film d’horreur. Parmi eux, le Prix du meilleur son, Étreinte, d’Axel Zeltser, halète les spectateurices autour d’un étrange sceau métallique situé au fond d’une ruelle sombre et inquiétante. Puis le Prix Senscritique, ECROMA TEIO, de Frédéric Uran et Kévin Poezevara, met en scène une enquête sur des meurtres rituels horrifiques. 

A contrario, l’émotion, un brin comique, se profile dans La Grinta, de Ilan Zerrouki, qui remporte le Prix du scénario pour son histoire attachante d’un entraineur dévoué d’une équipe de footballeuses. Bertrand Goncalves reçoit quant à lui le Prix d’interprétation masculine pour 13 euros. Un court métrage à l’humour grinçant qui présente un groupe d’amis tiraillé·es par leur rapport à l’argent. Puis, Fisheye applaudit Simon Noizat pour son Prix de la photographie avec Réincarnés, de Camille Charbeau et Hugo Brunswick. Une parodie drôle, touchante et esthétique du célèbre film Titanic.

Enfin, parmi tant d’autres réalisations, certains délivrent une impression poignante sur des thématiques plus qu’actuelles, notamment Imagine, réalisé en intégralité par Anna Apter sans aucune équipe technique. Prix de la mise en scène et Prix de la critique, ce film utilise avec brio l’intelligence artificielle tout en dénonçant ses limites. Les réseaux sociaux sont eux pointés du doigt dans le palpitant Prix du public intitulé 13 ans, réalisé par Sylvia Borel et Mathieu Seclet, tous deux pompiers de Paris. Les gagnant·es ont remporté des produits Nikon, des financements de projets cinématographiques ainsi qu’un accompagnement privilégié. 

Imagine © Anna Apter, Prix de la mise en scène et Prix de la critique

Étreinte © Axel Zeltser, Prix du meilleur son

La Grinta © Ilan Zerrouki, Prix du Scénario

Réincarnés © Simon Noizat, Prix de la photographie

Dommage © Alice Isaaz, Prix du meilleur montage

Dommage © Alice Isaaz, Prix du meilleur montage

Image d’ouverture : Dommage © Alice Isaaz, Prix du meilleur montage

Explorez
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
© Hugo Mapelli
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
Parmi les thématiques abordées sur les pages de notre site comme dans celles de notre magazine se trouve la mode. Par l’intermédiaire de...
17 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil de J.A. Young : l’hydre monstrueuse qui domine les États-Unis
© J.A. Young
Dans l’œil de J.A. Young : l’hydre monstrueuse qui domine les États-Unis
Cette semaine, plongée dans l’œil de J.A. Young. Aussi fasciné·e que terrifié·e par les horreurs que le gouvernement américain dissimule...
15 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
© Kin Coedel
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine s'immergent en profondeur dans diverses communautés, avec lesquelles iels...
14 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
© Nestor Benedini
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
Du 6 avril au 22 septembre, l’exposition PERFORMANCE au MRAC Occitanie fait dialoguer art et sport. L’événement fait partie de...
13 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Photon Tide, le glitch à l'âme
© Photon Tide
Photon Tide, le glitch à l’âme
« Je voudrais que vous n'ayez pas peur de ce qui se trouve dans votre esprit, mais que vous l'embrassiez », déclare Photon Tide, ou « Pho...
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Milena Ill
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les éternels éphémères : des abeilles et des hommes
© Maewenn Bourcelot
Les éternels éphémères : des abeilles et des hommes
C’est un monde sublime et violent, enchanté et tragique, énigmatique et d’une évidence terrible. Avec Les Éternels Éphémères, la...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine