Les paysages nocturnes de Juliette Agnel

18 juillet 2017   •  
Écrit par Eric Karsenty
Les paysages nocturnes de Juliette Agnel

Présentée dans le cadre du nouveau prix Découverte des Rencontres d’Arles, Juliette Agnel nous dévoile ses Nocturnes, une série d’images magnétiques composées dans les Pyrénées l’été dernier. Rencontre avec une artiste à suivre vers les étoiles et au-delà.

Juliette Agnel est une artiste dont le parcours est jalonné de travaux singuliers explorant régulièrement les frontières entre images documentaires et fictions. Avec sa nouvelle série Nocturnes – dont le titre évoque la musique qui a bercé son enfance et fait allusion à sa famille musicienne –, elle nous entraîne de nouveau dans une expérience sensorielle unique. Cherchant depuis plusieurs années à travailler sur les nuits étoilées, elle a parcouru les Pyrénées l’été dernier en scrutant les cieux des deux côtés de la frontière. « Je me suis retrouvé dans des endroits magnifiques, de nuit comme de jour, et en arrivant dans le désert de Bardenas, en Espagne, je suis tombé sur ce chien (Nocturnes#1), et j’ai tout de suite pensé à la peinture de Goya. C’était une évidence, j’ai commencé avec cette photo, et j’ai continué à photographier cet endroit. »

« J’avais besoin d’un paysage terrestre, même si c’est pour basculer ensuite vers un paysage imaginaire », précise la photographe. Et si au départ Juliette pensait utiliser sa camera obscura numérique (procédé qui associe un sténopé dont l’image est projetée sur un écran, et ensuite enregistrée par un appareil photo numérique), elle se rend vite compte que la lumière n’est pas suffisante et finit par photographier des paysages de jour auxquels elle associe d’autres photos de ciels étoilés qu’elle capte la nuit, le montage étant finalisé par un retoucheur professionnel. « Je m’appuie sur le réel, mais il faut que ça le dépasse et qu’on arrive dans un espace intermédiaire. C’est un paysage onirique que je suis venu cherché. »

© Juliette Agnel, courtesy galerie Françoise Paviot
© Juliette Agnel, courtesy galerie Françoise Paviot
© Juliette Agnel, courtesy galerie Françoise Paviot
© Juliette Agnel, courtesy galerie Françoise Paviot

Incorporer le rythme

Présentées dans des caissons lumineux éclairés par des Led, les images ont une puissance d’attraction que les reproductions sur papier ou sur écran ont du mal à restituer. Comme souvent avec les œuvres d’art, il faut aller à leur rencontre physiquement pour en éprouver toute la densité. Comme avec les projections qui accompagnent l’exposition arlésienne. Juliette a en effet installé deux grandes photos nocturnes dans une espèce de diorama, sur lesquelles elle projette des images prises à intervalles réguliers (en time-lapse) dans ce même lieu durant plusieurs heures. On voit ainsi se dérouler le temps en même temps que les étoiles se déplacent

« C’était super beau. Il y a un truc qui s’est passé quand j’observais le ciel, j’ai adoré ce moment. Quelque chose s’est mis en marche avec le déclencheur sur lequel j’appuyais à intervalles réguliers. Le fait d’incorporer le rythme était un élément important du processus qui m’a permis de partager ce que j’ai ressenti à ces moments-là. Quand on reste devant la Voie lactée et qu’on s’aperçoit qu’elle est passée de l’autre côté de la montagne, il y a un rapport au temps, à l’infiniment grand. On est projeté dedans et on le vit physiquement. » Une expérience à vivre jusqu’au 24 septembre en visitant Les Nocturnes, à l’Atelier de la Mécanique, aux Rencontres d’Arles.

© Juliette Agnel, courtesy galerie Françoise Paviot

© Juliette Agnel, courtesy galerie Françoise Paviot
© Juliette Agnel, courtesy galerie Françoise Paviot
© Juliette Agnel, courtesy galerie Françoise Paviot
© Juliette Agnel, courtesy galerie Françoise Paviot

© Juliette Agnel, courtesy galerie Françoise Paviot

Images par © Juliette Agnel, avec l’aimable autorisation de la galerie Françoise Paviot

Explorez
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
La sélection Instagram #450 : les déclinaisons du grain
© Veronique Van Hoorick / Instagram
La sélection Instagram #450 : les déclinaisons du grain
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram partagent un attrait pour les images au grain saillant. Dans des approches...
16 avril 2024   •  
30 ans après ? : à Niort, tous les futurs se déclinent
© Marine Combes
30 ans après ? : à Niort, tous les futurs se déclinent
Les Rencontres de la jeune photographie internationale célèbrent leurs 30 ans à Niort. Pour l’occasion, le festival propose aux neuf...
09 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Dyal Thak : Kin Coedel, tisserand d'un Tibet onirique
© Kin Coedel
Dyal Thak : Kin Coedel, tisserand d’un Tibet onirique
Pour réaliser Dyal Thak, Kin Coedel s’est rendu à de multiples reprises sur le plateau tibétain. Là-bas, le photographe chinois a...
09 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les éternels éphémères : des abeilles et des hommes
© Maewenn Bourcelot
Les éternels éphémères : des abeilles et des hommes
C’est un monde sublime et violent, enchanté et tragique, énigmatique et d’une évidence terrible. Avec Les Éternels Éphémères, la...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
© Nicolas Lebeau
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
Avec Voltar A Viver (« Retourner à la vie », en français), Nicolas Lebeau questionne notre rapport aux images en puisant aussi bien dans...
17 avril 2024   •  
Écrit par Ana Corderot