Les paysages nocturnes de Juliette Agnel

18 juillet 2017   •  
Écrit par Eric Karsenty
Les paysages nocturnes de Juliette Agnel

Présentée dans le cadre du nouveau prix Découverte des Rencontres d’Arles, Juliette Agnel nous dévoile ses Nocturnes, une série d’images magnétiques composées dans les Pyrénées l’été dernier. Rencontre avec une artiste à suivre vers les étoiles et au-delà.

Juliette Agnel est une artiste dont le parcours est jalonné de travaux singuliers explorant régulièrement les frontières entre images documentaires et fictions. Avec sa nouvelle série Nocturnes – dont le titre évoque la musique qui a bercé son enfance et fait allusion à sa famille musicienne –, elle nous entraîne de nouveau dans une expérience sensorielle unique. Cherchant depuis plusieurs années à travailler sur les nuits étoilées, elle a parcouru les Pyrénées l’été dernier en scrutant les cieux des deux côtés de la frontière. « Je me suis retrouvé dans des endroits magnifiques, de nuit comme de jour, et en arrivant dans le désert de Bardenas, en Espagne, je suis tombé sur ce chien (Nocturnes#1), et j’ai tout de suite pensé à la peinture de Goya. C’était une évidence, j’ai commencé avec cette photo, et j’ai continué à photographier cet endroit. »

« J’avais besoin d’un paysage terrestre, même si c’est pour basculer ensuite vers un paysage imaginaire », précise la photographe. Et si au départ Juliette pensait utiliser sa camera obscura numérique (procédé qui associe un sténopé dont l’image est projetée sur un écran, et ensuite enregistrée par un appareil photo numérique), elle se rend vite compte que la lumière n’est pas suffisante et finit par photographier des paysages de jour auxquels elle associe d’autres photos de ciels étoilés qu’elle capte la nuit, le montage étant finalisé par un retoucheur professionnel. « Je m’appuie sur le réel, mais il faut que ça le dépasse et qu’on arrive dans un espace intermédiaire. C’est un paysage onirique que je suis venu cherché. »

© Juliette Agnel, courtesy galerie Françoise Paviot
© Juliette Agnel, courtesy galerie Françoise Paviot
© Juliette Agnel, courtesy galerie Françoise Paviot
© Juliette Agnel, courtesy galerie Françoise Paviot

Incorporer le rythme

Présentées dans des caissons lumineux éclairés par des Led, les images ont une puissance d’attraction que les reproductions sur papier ou sur écran ont du mal à restituer. Comme souvent avec les œuvres d’art, il faut aller à leur rencontre physiquement pour en éprouver toute la densité. Comme avec les projections qui accompagnent l’exposition arlésienne. Juliette a en effet installé deux grandes photos nocturnes dans une espèce de diorama, sur lesquelles elle projette des images prises à intervalles réguliers (en time-lapse) dans ce même lieu durant plusieurs heures. On voit ainsi se dérouler le temps en même temps que les étoiles se déplacent

« C’était super beau. Il y a un truc qui s’est passé quand j’observais le ciel, j’ai adoré ce moment. Quelque chose s’est mis en marche avec le déclencheur sur lequel j’appuyais à intervalles réguliers. Le fait d’incorporer le rythme était un élément important du processus qui m’a permis de partager ce que j’ai ressenti à ces moments-là. Quand on reste devant la Voie lactée et qu’on s’aperçoit qu’elle est passée de l’autre côté de la montagne, il y a un rapport au temps, à l’infiniment grand. On est projeté dedans et on le vit physiquement. » Une expérience à vivre jusqu’au 24 septembre en visitant Les Nocturnes, à l’Atelier de la Mécanique, aux Rencontres d’Arles.

© Juliette Agnel, courtesy galerie Françoise Paviot

© Juliette Agnel, courtesy galerie Françoise Paviot
© Juliette Agnel, courtesy galerie Françoise Paviot
© Juliette Agnel, courtesy galerie Françoise Paviot
© Juliette Agnel, courtesy galerie Françoise Paviot

© Juliette Agnel, courtesy galerie Françoise Paviot

Images par © Juliette Agnel, avec l’aimable autorisation de la galerie Françoise Paviot

Explorez
À bord de la Volvo de Joël Meyerowitz au Museo Picasso Málaga
Malaga, 1966 © Joël Meyerowitz
À bord de la Volvo de Joël Meyerowitz au Museo Picasso Málaga
Il y a soixante ans, le photographe américain Joël Meyerowitz foulait le sol de la ville de Málaga, en Espagne. Cette année, du 15 juin...
24 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Histoires de famille : la séance de rattrapage Focus !
© Irina Shkoda
Histoires de famille : la séance de rattrapage Focus !
Retour à ses racines, famille d’adoption, fantômes tenaces ou simples témoignages d’une connexion profonde, les photographes nous...
22 mai 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
La sélection Instagram #455 : Élément H2O
© Ezequiel Rivero / Instagram
La sélection Instagram #455 : Élément H2O
Par la puissance de son courant, l’eau s’impose comme élément d’inspiration pour les photographes de notre sélection Instagram de la...
21 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
L’éclat des nuits de Nicolas Hermann
© Nicolas Hermann
L’éclat des nuits de Nicolas Hermann
C’est en pleine nuit que Nicolas Hermann trouve l’inspiration. Dans la pénombre, le photographe français compose des récits mystiques...
10 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Zooms 2024 : Fisheye soutient Juliette Alhmah
Zooms 2024 : Fisheye soutient Juliette Alhmah
Le Salon de la Photo présente les Zooms 2024 ! L’occasion de (re)découvrir Toujours Diane, le songe éveillé de Juliette Alhmah...
Il y a 9 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
©Lydia Goldblatt
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
Lydia Goldblatt parle des mères, de la sienne qu’elle a perdue, de celle qu’elle est devenue. De ce deuil enduré alors qu’elle était déjà...
24 mai 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
À bord de la Volvo de Joël Meyerowitz au Museo Picasso Málaga
Malaga, 1966 © Joël Meyerowitz
À bord de la Volvo de Joël Meyerowitz au Museo Picasso Málaga
Il y a soixante ans, le photographe américain Joël Meyerowitz foulait le sol de la ville de Málaga, en Espagne. Cette année, du 15 juin...
24 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Enzo Lefort : un regard qui fait mouche
© Enzo Lefort
Enzo Lefort : un regard qui fait mouche
Enzo Lefort, le plus titré des escrimeurs français, est l’un des plus sûrs espoirs de médaille aux prochains Jeux olympiques. Dans...
23 mai 2024   •  
Écrit par Eric Karsenty