L’Indochine, Marguerite Duras et moi

03 décembre 2020   •  
Écrit par Julien Hory
L'Indochine, Marguerite Duras et moi

Tout juste lauréate du prix Nadar, FLORE offre avec L’odeur de la nuit était celle du jasmin une immersion dans le temps. Sorti aux éditions Maison CF, cet ouvrage fouille les souvenirs d’enfance de la photographe et narre un imaginaire dans le sillage de Marguerite Duras.

« Sur l’instant, vous n’entendez que les histoires qu’on vous raconte. Puis avec le temps, ces histoires font résonance en vous et les choses ressurgissent. » C’est ainsi que FLORE évoque son rendez-vous avec une Indochine à la fois familiale et romancée. C’est en parcourant l’œuvre de Marguerite Duras que la photographe a trouvé cet écho de son enfance. Nourrie aux récits de sa grand-mère, peuplés de souvenirs de cet ailleurs, la photographe fixe sur un support sensible les images qui ont fabriqué ses songes. Dans cette quête intérieure, elle construit le mythe d’une terre qu’elle conquiert comme une partie de soi.

C’est aussi le tableau d’une rencontre, celle de FLORE avec l’écrivaine française Marguerite Duras. Une rencontre dont l’évocation a débuté avec Lointains souvenirs, sa première série autour de l’adolescence de la femme de lettres. Une relation très personnelle qu’elle entretient comme une amitié fantasmée. « Marguerite Duras est une auteure difficile à quitter, confie-t-elle. C’est une relation forte où la personne vous éblouit un jour comme elle peut vous exaspérer le lendemain. Mais elle m’a apporté de grands espaces de liberté. » C’est ainsi que d’une passion littéraire, nous sommes conduits sur les lieux d’une histoire distante et commune. Les grands-parents de FLORE ont vécu cette période et habité ces lieux que le prix Goncourt 1984 met en mots dans son cycle indochinois.

© FLORE

Composer avec l’auteure

Dès les premières pages de cette édition récompensée par un prix Nadar mérité et réalisée main dans la main avec Clémentine de la Féronnière, sa galeriste, nous sommes confrontés à la figure de Duras. Par une photographie intrigante de celle-ci en double de soi s’annonce la complexité subtile du rapport au monde et aux autres qu’elle développera dans ses écrits. Puis sur L’odeur de la nuit était celle du jasmin plane en permanence sa présence. Mais alors, comment pour la photographe rester maître de son ouvrage ? Comment ne pas être débordée, dévorée par son aînée ? FLORE ne signe en aucun cas un livre d’illustrations et accomplit même le tour de force de composer avec l’auteure un récit personnel.

« Je ne voulais pas tomber dans le document, ne pas mettre en images celles qu’on trouve dans les livres de Duras, raconte la photographe. C’est une autre histoire qui se déroule – comme les phrases qui parsèment le livre. Mises ensemble, elles deviennent autre chose, et j’espère qu’elle me le pardonnera (rire). » Cette technique de la narration, FLORE la maîtrise parfaitement. C’est aussi pour cela qu’elle n’a pas souhaité concevoir ce livre comme un catalogue de l’exposition qu’elle propose à l’Académie des Beaux-Arts jusqu’en janvier 2021 . « Je n’ai pas voulu que ce soit les mêmes images qui apparaissent, explique-t-elle. Une nouvelle couche qui se rajoute à l’histoire et les images que je montre ont été pensées pour la salle. »

© FLORE

Un mentir-vrai

Mais il ya autre chose qui émane de ces photographies. Quelque chose qui éveille les sens, qui dépasse le regard et écrase la simple anecdote. Cette part de magie qui bâtit un univers et peut nous faire dire « Nous y sommes ! ». Il ne s’agit pas là d’une histoire française, et pourtant, il subsiste une part d’universel. Ce sont des parfums, des sons, la moiteur des jours qui nous parviennent. Nous vivons alors un autre temps en d’autres lieux. « Ce n’est pas seulement un déplacement dans l’espace que j’ai souhaité, confie-t-elle. J’ai aussi voulu un voyage dans le temps. » Ce défi, elle le réalise par le traitement de l’image. Dans un noir et blanc viré au thé, les formes se fondent pour réaliser ce qu’elle appelle « un mentir-vrai ».

Cette histoire est-elle terminée, la photographe ne le sait pas. Mais elle pense être arrivée à une forme d’aboutissement. Ces puissances relationnelles, presque passionnelles, ne peuvent souvent pas se tenir dans une pareille intensité sans risquer de se perdre. Alors, on s’éloigne sans tout à fait se quitter puis on aime à se retrouver et se redécouvrir. « Il peut s’installer une forme de lassitude quand on vous accompagne depuis l’adolescence, conclut FLORE. Mais je ne lui dois rien. Tout ce que je fais, je ne le dois qu’à moi-même. C’est l’éternelle histoire de la  présence-absence. Celle que chacun de nous a pu éprouver ou éprouvera un jour. »

 

L’odeur de la nuit était celle du jasmin, éditions Maison CF, 45€, 146 p.

 

© FLORE

© FLORE / Courtesy Maison CF© FLORE / Courtesy Maison CF

© FLORE © FLORE © FLORE

© FLORE / Courtesy Maison CF

Explorez
Road trip, violence et alpinisme : nos coups de cœur photos du mois
© Henri Kisielewski
Road trip, violence et alpinisme : nos coups de cœur photos du mois
Expositions, immersion dans une série, anecdotes, vidéos… Chaque mois, la rédaction Fisheye revient sur les actualités photo qui l’ont...
01 mars 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
05:04
© Fisheye Magazine
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Henri Kisielewski analyse, au cœur de Non Fiction, la puissance narrative de la...
28 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
© Pauline Suzor / Instagram
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
Cette semaine, notre sélection Instagram vous plonge au cœur d'un évènement folklorique, festif et coloré : le carnaval. Retrouvez, en ce...
20 février 2024   •  
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 26.02.24 au 03.03.24 : montrer le méconnu
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Les images de la semaine du 26.02.24 au 03.03.24 : montrer le méconnu
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes s’attachent à rendre visibles des sujets méconnus ou peu représentés.
03 mars 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les expositions photo à découvrir ce printemps !
© Paul Wolff, « Femme en maillot de bain avec ombres de plantes », 1932, tirage d'origine, Collection Christian Brandstätter / Courtesy of Pavillon Populaire
Les expositions photo à découvrir ce printemps !
Chaque saison fait fleurir de nouvelles expositions. À cet effet, la rédaction de Fisheye a répertorié toute une déclinaison...
01 mars 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Road trip, violence et alpinisme : nos coups de cœur photos du mois
© Henri Kisielewski
Road trip, violence et alpinisme : nos coups de cœur photos du mois
Expositions, immersion dans une série, anecdotes, vidéos… Chaque mois, la rédaction Fisheye revient sur les actualités photo qui l’ont...
01 mars 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
© Marta Bogdanska
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
Pour le festival australien PHOTO 2024, qui se déroulera du 1er mars au 12 mai, l’exposition Only the future revisits the past se propose...
29 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina