Partenaire particulier cherche partenaire particulière

31 janvier 2020   •  
Écrit par Anaïs Viand
Partenaire particulier cherche partenaire particulière

Durant 8 ans, Katrine Estrup, une photographe de 27 ans installée à Copenhague, a documenté la vie conjugale de Robert et Sussi, sa brebis. Relationsheep, c’est l’histoire d’un homme bon, et de sa douce fiancée.

« J’essaie de retranscrire une histoire spéciale, mais gorgée d’amour. L’amour de Robert pour Sussi, sa brebis », annonce Katrine Estrup, 27 ans. Cette jeune femme danoise étudie la communication et la photographie au sein d’une école de journalisme, au Danemark. Si elle se spécialise dans la photographie de mode et de portrait, elle aime toujours partager des récits. En témoigne son projet Relationsheep amorcé il y a presque dix ans. Direction le nord du Jutland, un territoire reculé situé au Danemark. C’est ici, loin de la civilisation, que se trouve la ferme de Robert. Son seul compagnon ? Sussi. La plus vieille brebis du Danemark à 26 ans – un record ! « Elle n’était pas seulement son animal de compagnie, elle était aussi et surtout son plus grand amour et la compagne de toute sa vie. Je parle au passé, car Sussi est décédée avant que Roberts ne puisse se marier avec elle – son  rêve », précise l’artiste qui avait prévu d’immortaliser leur union.

Comme les hommes amoureux des brebis ne courent pas les rues, Katrine Estrup est revenue sur leur rencontre: « Je vivais moi aussi dans le nord du Jutland, dans un petit village, et dans le cadre d’un article, je me suis rendue en ville, avec mon boîtier. J’y ai rencontré Robert. Il m’a invité chez lui pour voir ses animaux et me conter son récit. Il sait tellement bien raconter les histoires que j’ai continué à lui rendre visite, comme on peut aller voir son grand-père. Et ce, pendant huit ans. J’y ai découvert un homme gentil et avec un grand cœur ».

© Katrine Estrup

Un homme bon

Elle a aussi découvert une relation intime inhabituelle. Car Robert et Sussi étaient reliés l’un à l’autre. « En écoutant la voix de Robert, Sussi parvenait à savoir ce qu’il ressentait. Parfois, elle pouvait devenir agressive, et Robert parvenait à la calmer et à la rendre à nouveau heureuse » – avec du réglisse notamment. Un jour d’été, alors en visite chez le couple, Katrine Estrup assiste à un tendre moment. « Nous parlions de l’enfance de Robert. Il se remémorait à quel point son père était strict avec lui. Et en revivant ses instants où il ne se sentait pas accepté, il a pleuré. Tellement qu’il a saigné du nez. À cet instant, Sussi est venue et a posé sa tête sur la cuisse de son compagnon meurtri. Un moment symbolique », se souvient la photographe qui ne possède pas d’animal de compagnie.

« J’entretiens tout de même une bonne relation avec eux. Je pense qu’ils sont un cadeau pour l’être humain. Ce sont des amis idéal à aimer, et à soigner pour qui a des difficultés à s’ouvrir aux autres », précise-t-elle. Cette dernière a veillé, durant toute la durée du projet, à révéler Robert tel qu’il est : un homme bon. Mais un homme détruit suite au décès de sa chère et tendre. Car il y a un an, en se rendant chez lui, elle a découvert qu’il avait déserté et qu’un sans-abri avait emménagé. « Je n’ai pas parlé avec lui depuis, mais je vais essayer de le retrouver cet été », ajoute la photographe. « En réaction à mes images, nombreux sont ceux qui le voyaient comme un monstre, et puis en partageant son récit, ces derniers comprenaient. Nous avons tous un passé qui a contribué à qui nous sommes aujourd’hui. Certaines personnes sont particulièrement spéciales, mais méritent, comme les autres, d’être écoutées et regardées – et nous oublions bien souvent de le faire ». « Ce n’est pas toujours l’habit qui fait l’homme ». On ne peut démentir les propos de Georges Sand (Flaminio, Théâtre (1854)) après avoir été émergé dans le travail de Katrine Estrup. Un projet résolument sociologique qui démontre que l’amour se joue du convenu.

© Katrine Estrup

© Katrine Estrup © Katrine Estrup

© Katrine Estrup

© Katrine Estrup© Katrine Estrup

© Katrine Estrup

© Katrine Estrup© Katrine Estrup

© Katrine Estrup© Katrine Estrup© Katrine Estrup

© Katrine Estrup

Explorez
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
©Lydia Goldblatt
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
Lydia Goldblatt parle des mères, de la sienne qu’elle a perdue, de celle qu’elle est devenue. De ce deuil enduré alors qu’elle était déjà...
24 mai 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Contenu sensible
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
© Jonas Van der Haegen
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
Collection imposante de polaroïds intimes, l’ouvrage Sunsets de Jonas Van der Haegen propose une relecture poétique d’un langage sexuel...
23 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
© Melody Melamed
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
Inspirée par une utopie où tout ne serait qu'harmonie, Melody Melamed compose Shangri-La: The Book of Skin, un ouvrage où les peaux...
23 mai 2024   •  
Écrit par Ana Corderot
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
© Albertine Hadj
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
Nos coups de cœur de la semaine, Albertine Hadj et Alessandro Truffa, emploient la photographie comme une manière de retranscrire et...
20 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
Il y a 6 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
© Salome Jishkariani
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
Salome Jishkariani et Luthor, nos coups de cœur de cette semaine, emploient le 8e art pour sonder le monde qui les environne. Si la...
27 mai 2024   •  
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
C’est l’heure du récap' ! Cette semaine, les photographes de la semaine immortalisent leurs propres visions de mondes qu’iels regrettent...
26 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill