Partenaire particulier cherche partenaire particulière

31 janvier 2020   •  
Écrit par Anaïs Viand
Partenaire particulier cherche partenaire particulière

Durant 8 ans, Katrine Estrup, une photographe de 27 ans installée à Copenhague, a documenté la vie conjugale de Robert et Sussi, sa brebis. Relationsheep, c’est l’histoire d’un homme bon, et de sa douce fiancée.

« J’essaie de retranscrire une histoire spéciale, mais gorgée d’amour. L’amour de Robert pour Sussi, sa brebis », annonce Katrine Estrup, 27 ans. Cette jeune femme danoise étudie la communication et la photographie au sein d’une école de journalisme, au Danemark. Si elle se spécialise dans la photographie de mode et de portrait, elle aime toujours partager des récits. En témoigne son projet Relationsheep amorcé il y a presque dix ans. Direction le nord du Jutland, un territoire reculé situé au Danemark. C’est ici, loin de la civilisation, que se trouve la ferme de Robert. Son seul compagnon ? Sussi. La plus vieille brebis du Danemark à 26 ans – un record ! « Elle n’était pas seulement son animal de compagnie, elle était aussi et surtout son plus grand amour et la compagne de toute sa vie. Je parle au passé, car Sussi est décédée avant que Roberts ne puisse se marier avec elle – son  rêve », précise l’artiste qui avait prévu d’immortaliser leur union.

Comme les hommes amoureux des brebis ne courent pas les rues, Katrine Estrup est revenue sur leur rencontre: « Je vivais moi aussi dans le nord du Jutland, dans un petit village, et dans le cadre d’un article, je me suis rendue en ville, avec mon boîtier. J’y ai rencontré Robert. Il m’a invité chez lui pour voir ses animaux et me conter son récit. Il sait tellement bien raconter les histoires que j’ai continué à lui rendre visite, comme on peut aller voir son grand-père. Et ce, pendant huit ans. J’y ai découvert un homme gentil et avec un grand cœur ».

© Katrine Estrup

Un homme bon

Elle a aussi découvert une relation intime inhabituelle. Car Robert et Sussi étaient reliés l’un à l’autre. « En écoutant la voix de Robert, Sussi parvenait à savoir ce qu’il ressentait. Parfois, elle pouvait devenir agressive, et Robert parvenait à la calmer et à la rendre à nouveau heureuse » – avec du réglisse notamment. Un jour d’été, alors en visite chez le couple, Katrine Estrup assiste à un tendre moment. « Nous parlions de l’enfance de Robert. Il se remémorait à quel point son père était strict avec lui. Et en revivant ses instants où il ne se sentait pas accepté, il a pleuré. Tellement qu’il a saigné du nez. À cet instant, Sussi est venue et a posé sa tête sur la cuisse de son compagnon meurtri. Un moment symbolique », se souvient la photographe qui ne possède pas d’animal de compagnie.

« J’entretiens tout de même une bonne relation avec eux. Je pense qu’ils sont un cadeau pour l’être humain. Ce sont des amis idéal à aimer, et à soigner pour qui a des difficultés à s’ouvrir aux autres », précise-t-elle. Cette dernière a veillé, durant toute la durée du projet, à révéler Robert tel qu’il est : un homme bon. Mais un homme détruit suite au décès de sa chère et tendre. Car il y a un an, en se rendant chez lui, elle a découvert qu’il avait déserté et qu’un sans-abri avait emménagé. « Je n’ai pas parlé avec lui depuis, mais je vais essayer de le retrouver cet été », ajoute la photographe. « En réaction à mes images, nombreux sont ceux qui le voyaient comme un monstre, et puis en partageant son récit, ces derniers comprenaient. Nous avons tous un passé qui a contribué à qui nous sommes aujourd’hui. Certaines personnes sont particulièrement spéciales, mais méritent, comme les autres, d’être écoutées et regardées – et nous oublions bien souvent de le faire ». « Ce n’est pas toujours l’habit qui fait l’homme ». On ne peut démentir les propos de Georges Sand (Flaminio, Théâtre (1854)) après avoir été émergé dans le travail de Katrine Estrup. Un projet résolument sociologique qui démontre que l’amour se joue du convenu.

© Katrine Estrup

© Katrine Estrup © Katrine Estrup

© Katrine Estrup

© Katrine Estrup© Katrine Estrup

© Katrine Estrup

© Katrine Estrup© Katrine Estrup

© Katrine Estrup© Katrine Estrup© Katrine Estrup

© Katrine Estrup

Explorez
Rastchoutchas, la pop en béquille
© Rastchoutchas
Rastchoutchas, la pop en béquille
Entre les potes, les ombres et les mâchoires animales qu’une main de matrone serre, Rastchoutchas pope toujours la même et unique soirée...
16 avril 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
100% L'EXPO : immersion magnétique dans l'art émergent
© Daria Svertilova, Maisons éphémères, 2023, ENSAD / Courtesy of 100% L'EXPO
100% L’EXPO : immersion magnétique dans l’art émergent
En accès libre et gratuit, le festival 100% L’EXPO revient pour une 6e édition au sein de la Grande Halle ainsi qu’en plein air dans le...
08 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Tarek Mawad et les mouvements des corps
© Tarek Mawad
Tarek Mawad et les mouvements des corps
À l’instar de ses muses, Tarek Mawad, photographe de mode germano-égyptien, est porté par un mouvement permanent.
05 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les éternels éphémères : des abeilles et des hommes
© Maewenn Bourcelot
Les éternels éphémères : des abeilles et des hommes
C’est un monde sublime et violent, enchanté et tragique, énigmatique et d’une évidence terrible. Avec Les Éternels Éphémères, la...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
© Nicolas Lebeau
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
Avec Voltar A Viver (« Retourner à la vie », en français), Nicolas Lebeau questionne notre rapport aux images en puisant aussi bien dans...
17 avril 2024   •  
Écrit par Ana Corderot