Sara Imloul : la magie du calotype entre photographie et art plastique

Sara Imloul : la magie du calotype entre photographie et art plastique
La galerie parisienne Hopstreet accueille la photographe Sara Imloul parmi ses protégé·es. Connue pour son usage moderne du calotype, l’artiste donne vie à des univers en noir et blanc intrigants, parsemés de magie. Sa première exposition solo est ouverte à Hopstreet Bruxelles jusqu’au 29 avril.

La photographie de Sara Imloul possède quelque chose de profondément magique, envoûtant, capable de faire ressortir des souvenirs enfouis. Ses noirs et blancs semblent surgir de visions intimes et de mémoires anciennes. Photographie et collage se côtoie subtilement, dans une constante recherche de langages nouveaux et de techniques personnelles. Elle se sert notamment du calotype – un procédé mis au point par Henri Fox Talbot en 1840, permettant d’obtenir un tirage par contact à partir d’un négatif papier. Son univers iconoclaste lui a valu plusieurs récompenses, parmi lesquelles le Prix Levallois, ainsi qu’une exposition aux Rencontres d’Arles. Deux ouvrages ont été consacrés à l’artiste aux Éditions Filigranes, Passages en 2022 et Das Schloss en 2014.

Fin février 2023, la galerie parisienne Hopstreet a accueilli Sara Imloul parmi ses artistes représenté·es. À l’heure de l’image numérique et des réseaux sociaux, cette artiste « a choisi la lenteur, l’Arte Povera de la photographie » écrit la critique d’art Maud de la Forterie dans la revue artpress. « Si je suis restée attachée au procédé du calotype, fastidieux et lourd, avec un temps de pose très long, c’est parce qu’il me rappelle aussi la pose des modèles en peinture, explique la photographe. Au fond, c’est la scène qui m’intéresse et c’est ainsi que je crée ce journal fictif. »

© Sara Imloul

La pratique de la magie en photographie

« Pour moi, l’art et la création ont un lien très fort avec l’imaginaire, la métaphysique, la magie, le passé, les fantômes, les souvenirs… » affirmait Sara Imloul lors d’un entretien accordé en 2020 dans le cadre du programme Elles X Paris Photo. C’est par le théâtre qu’elle entre en contact avec la photographie, une expérience qui lui permet de cultiver son amour de la mise en scène dans ses clichés. L’usage du calotype et du noir et blanc contribue à la création d’atmosphères hypnotiques et donne vie à une véritable pratique de la magie en photographie. Comme l’explique Maud de la Forterie, chaque négatif est retravaillé à la main. Dans son atelier, elle invente des techniques personnelles qui lui permettent de créer son monde mystérieux d’images en mêlant dessins et collages à ses tirages photographiques. Elle travaille soit en noircissant le sel pour ajouter de la lumière, soit en le soustrayant avec du ferricyanure de potassium pour obtenir un effet plus ombré.

Telle une alchimiste, Sara Imloul semble constamment chercher l’équilibre entre photographie et art plastique. Les objets qui composent ses images sont comme une archéologie personnelle, traversée de croyances animistes. Chaque image se transforme en reliquaire, en autel symbolique, fruit d’un processus de recherche, d’écriture, puis de mise en scène et de post-production. « [Sara Imloul] parcourt les obscurités d’une mélancolie inscrite dans les objets et les lieux. Ce n’est pas un simple recensement, c’est l’obstinée recherche de l’écho de ses bruissements intérieurs, de sa part d’ombre qui jamais n’en produira, écrivait Jacques Damez de la Galerie l’Escale, lors du Prix Levallois 2019. Cette archéologie n’est pas qu’intime, elle met en résonance les formes plastiques des avant-gardes modernes avec cette technique des prémices de l’invention de la photographie qu’est le calotype. »

© Sara Imloul
© Sara Imloul© Sara Imloul

© Sara Imloul

Explorez
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
© Leila Calvaruso
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi, nos coups de cœur de la semaine, documentent la vie quotidienne à l’aide de leur boîtier. La...
Il y a 6 heures   •  
Dans l'œil d'Anne-Laure Étienne : portrait flambant sous le soleil d'Ardèche
© Anne-Laure Étienne, Cindy
Dans l’œil d’Anne-Laure Étienne : portrait flambant sous le soleil d’Ardèche
Cette semaine, plongée dans l’œil d'Anne-Laure Étienne, qui met son regard aiguisé et ses mises en scène colorées au service des arts...
10 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Kimbra Audrey met à nu le cancer du sein
© Kimbra Audrey
Kimbra Audrey met à nu le cancer du sein
Kimbra Audrey est une artiste américaine qui vit à Paris. Dans son regard, faire le portrait d'elle-même devient une manière de redéfinir...
07 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Lusted Men : un livre de photos érotiques d’hommes à paraître prochainement !
© Laura Lafon & Kacim Sonofawitch
Lusted Men : un livre de photos érotiques d’hommes à paraître prochainement !
Lancé en 2019, le collectif Lusted Men a récolté, en cinq ans, les images de plus de 800 photographes différent·es. Une collection...
06 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
De la série Illustrated People, 2013 © Thomas Mailaender
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
Jusqu’au 29 septembre, la Maison européenne de la Photographie laisse carte blanche à Thomas Mailaender. Un pari réussi pour l’artiste...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
© Leila Calvaruso
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi, nos coups de cœur de la semaine, documentent la vie quotidienne à l’aide de leur boîtier. La...
Il y a 6 heures   •  
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l'oppression
© Campbell Addy
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l’oppression
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine tentent de faire entendre les voix des marges et des personnes opprimé·es de la...
16 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
© Michael Ackerman
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
Du 27 juin au 29 septembre 2024, la galerie Anne Clergue Galerie à Arles présente Le monde flottant, de Michael Ackerman et Maciej...
15 juin 2024   •  
Écrit par Costanza Spina