Self 07 : Harry Gruyaert et Magnum déclinent leur vision de la Maison Saint Laurent

09 juin 2022   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Self 07 : Harry Gruyaert et Magnum déclinent leur vision de la Maison Saint Laurent

À l’occasion de Self 07, Anthony Vaccarello a appelé six photographes – dont trois de l’agence Magnum – à soumettre leur vision de la Maison Saint Laurent. Parmi eux, Harry Gruyaert représente Paris. Ses œuvres sont à découvrir dans les jardins du Palais Royal jusqu’au 12 juin.

Engagée dans la culture depuis ses balbutiements, la Maison Saint Laurent a imaginé un projet d’envergure qu’elle a baptisé, à juste titre, Self. Sous l’impulsion d’Anthony Vaccarello, le directeur artistique de la marque donne carte blanche – et ce, plusieurs fois dans l’année – à quelques artistes qu’il a lui-même sélectionnés. Venus des quatre coins du monde, leurs pratiques créatives sont tout aussi variées. L’objectif ? Mettre en regard différentes perceptions de ce qui fait l’ADN même de la célèbre maison de couture. Épitomé d’une certaine élégance à la française, génie subversif ou incarnation d’un glamour ambivalent… Autant de possibilités que d’imaginaires qui animent les esprits de chacun. Pensé comme un « commentaire artistique » sur nos sociétés contemporaines, l’évènement cristallise également la notion de liberté, déjà chère à son fondateur.

Un véritable carrefour entre les mondes

Pour cette 7e édition, Anthony Vaccarello a jeté son dévolu sur six photographes. Trois d’entre eux officient au sein de l’agence Magnum. Les trois autres ont, quant à eux, été invités par la prestigieuse agence de renom. En ce moment même, Olivia Arthur, Alex Webb, Daesung Lee, Birdheard et Takashi Homma exposent ainsi respectivement leurs œuvres dans les capitales de la mode que sont Londres, New York, Séoul, Shanghai et Tokyo. À Paris – qui figure bien évidemment en majesté sur cette liste –, c’est Harry Gruyaert qui se prête au jeu.

À cet effet, les jardins du Palais Royal, situés en plein cœur de la Ville Lumière, accueille une structure éphémère où resplendissement quelques tirages inédits signés Harry Gruyaert. Pour cette collaboration, l’artiste belge a immortalisé ses modèles dans un aéroport désert. Sur ses pistes ou entre ses murs, une clarté diffuse traverse de larges baies aux multiples reflets. Ces rayons naturels complimentent alors la dernière collection Saint Laurent avec délicatesse. À cela s’ajoute un jeu de superpositions. Celui-ci engendrerait presque une perte de repères dans ce lieu singulier, zone internationale et véritable carrefour entre les mondes. Ouverte au grand public jusqu’au 12 juin, Self 07 est l’occasion idéale de découvrir l’essence artistique de ce photographe de talent.

© Harry Gruyaert, Magnum Photo for Saint Laurent by Anthony Vaccarello

© Harry Gruyaert, Magnum Photo for Saint Laurent by Anthony Vaccarello

© Harry Gruyaert, Magnum Photo for Saint Laurent by Anthony Vaccarello

© Harry Gruyaert, Magnum Photo for Saint Laurent by Anthony Vaccarello

© Harry Gruyaert, Magnum Photo for Saint Laurent by Anthony Vaccarello

 

Explorez
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
© Andrea Sena
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Andrea Sena, qui s’est attachée à capturer la fête comme acte de résistance en temps de guerre. Pour...
19 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill