Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »

17 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
De la série Illustrated People, 2013 © Thomas Mailaender
De la série Gone Fishing, 2016 © Thomas Mailaender
De la série Sponsoring, 2011 © Thomas Mailaender

Jusqu’au 29 septembre, la Maison européenne de la Photographie laisse carte blanche à Thomas Mailaender. Un pari réussi pour l’artiste visuel qui imagine un parcours immersif où les images forment de drôles d’installations.

Comment rejouer les codes de la photographie ? Quelles sont les différentes manières de faire vivre une image ? Peut-on leur donner une seconde vie ? Insuffler une dimension artistique à des clichés jugés « pauvres », ou du moins « ordinaires » ? Dans quelle mesure est-on propriétaire d’une photo que l’on n’a pas réalisée ? Autant de questions que se pose Thomas Mailaender. Avec sa carte blanche intitulée Les Belles Images, ce dernier investit les deux étages de la Maison européenne de la Photographie – et même certains espaces inédits – avec une créativité ludique certaine. Véritable collectionneur d’archives visuelles, l’artiste rend hommage, donne à voir, transforme et se réapproprie inlassablement ses trouvailles à la manière d’un génie fou en recherche constante de l’inattendu.

Une voile de bateau imprimée, déployée dans le jardin de la MEP, des stickers collés sur les vitres, une cabane de chasse mise au point par un fabricant de chars de guerre, une chambre noire installée pour l’occasion, un sens de la visite inversé… Multipliant les installations et décisions farfelues, l’auteur entend « questionner son regard sur la culture de la photographie et de l’image », comme le souligne Simon Baker, directeur de la MEP et commissaire de l’exposition. « Thomas fait très peu de photos lui-même, poursuit-il. Il travaille presque toujours à partir de choses trouvées, et entend comprendre comment trouver des manières différentes de faire vivre ces images qu’on ne remarque pas. » Des protocoles aux archives, des reliques venues de la presse aux retoucheurs anonymes, l’artiste se fait l’archéologue subversif d’une banque de données ayant fait sa place dans notre imaginaire collectif. Puisant dans ces ressources (presque) inépuisables, il nous invite, à travers cette carte blanche, à poser un œil nouveau sur ces assemblages d’images « déjà vues ».

De la série Lava, 2015-2022 © Thomas Mailaender
De la série Les Belles Images, 2010 © Thomas Mailaender
De la série Bookworm, 2021 © Thomas Mailaender

Des histoires drôles et universelles

Imaginez un performeur mangeant une photographie, un sédentaire qui s’ennuie et se rêve en expédition près de volcans en éruption, un futur père de famille angoissé par l’arrivée imminente de sa paternité qui part en escapade « entre mecs » pour se rassurer, un chanceux ne cessant de gagner des chèques lors de loteries et autres événements caritatifs, un mari qui tâche de réparer continuellement sa photo de mariage que sa femme s’acharne à déchirer aux mêmes endroits à chaque dispute. Ce sont des récits que Thomas Mailaender tisse à travers ses réappropriations d’archives. Des histoires drôles, touchantes, universelles qui, toutes, nous invitent à reconsidérer notre rapport à ce que nous voyons. Dans Extreme Retouch, l’artiste ne cesse de donner à retoucher à un expert un portrait de mariés, devenant de plus en plus méconnaissable à mesure que les logiciels « imaginent » les traits des visages. À travers Les Belles Images – la série donnant son nom à la rétrospective – il fige dans des cadres colorés des photos de presse tirées des « rubriques des chiens écrasés », cachant le fait divers à l’arrière du visuel. Pour Extreme Tourism, il fait appel à un site : volcanofantasy.com, « qui proposait, via PayPal, de vous mettre en scène dans des paysages volcaniques pour quelques dollars ». « J’aimais beaucoup l’idée de ne pas “avoir à faire le travail”, interroger qui est l’auteur de ces images », précise-t-il. À travers Fail Anthology, ce sont des centaines de tirages qu’il catégorise en dix thématiques – parmi elle, « Party animal », « Parental Advisory », « Name dropping » ou « Toilet fail ». Autant d’invitation à une sortie de piste, loin des carcans de la monstration habituelle du 8e art.

La magie opère

Car Thomas Mailander ne se contente pas de fouiller les banques de données. Des résines à l’émail – « seule manière pérenne de reproduire la photographie », commente-t-il – en passant par des plaques de placoplâtre, des vers à farine mangeurs de livres, ou même de la peau humaine, il hisse le médium au rang d’art plastique, plaçant l’image dans des créations en trois dimensions, la rendant palpable, remarquable, au cœur de la sursaturation visuelle contemporaine. Alors, la magie opère. Rivalisant d’inventivité – grâce à un parcours ambitieux imaginé avec Simon Baker – l’artiste parvient à transformer les images « vulgaires » en artefacts précieux, en installation immersive d’où émane même, parfois, la beauté. En témoigne l’incroyable Chemical Room. Une chambre noire imaginée « en premier essai » dans l’une des salles de la MEP. « On a appliqué une solution gélatino-argentique sur les murs, installé des calques faisant office de négatif, allumé la lumière une seconde pour révéler. On a ensuite pris des pulvérisateurs de jardin et passé les trois bains pour fixer les images », explique-t-il. Dans des lueurs rouges, le rendu est vaporeux, les visuels semblent presque s’échapper de la pièce, comme un demi-rêve, fait d’images que nos imaginaires partagent et parfumé des odeurs d’un laboratoire photo. Une expérience d’où on sort songeur·ses, surpris·es d’être ému·es par un banal magnifié.

De la série Papier Mâché, 2011 © Thomas Mailaender
De la série Extrem Tourism, 2011 © Thomas Mailaender
À lire aussi
« Le temps qui s'échappe et les choses qui s'effacent sont au cœur de ses images » : la MEP fait honneur à Annie Ernaux
Dolorès Marat, La femme aux gants, 1987 Collection MEP, Paris. Acquis en 2001. © Dolorès Marat
« Le temps qui s’échappe et les choses qui s’effacent sont au cœur de ses images » : la MEP fait honneur à Annie Ernaux
La photographie traverse une grande partie de l’œuvre d’Annie Ernaux, la première écrivaine française à avoir reçu le prix Nobel de…
07 mars 2024   •  
Écrit par Eric Karsenty
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images…
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Explorez
Onironautica : les rêves lucides, l’IA des êtres humains
© Ludivoca De Santis
Onironautica : les rêves lucides, l’IA des êtres humains
Collections d’images venues de rêves lucides, Onironautica de Ludovica De Santis interroge, au travers de mises en scène intrigantes...
19 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Le Jardin du Lunch : les boulettes de Proust
© Pascal Sgro
Le Jardin du Lunch : les boulettes de Proust
Entre nostalgie et humour, le photographe belge Pascal Sgro saisit, dans sa série en cours Le Jardin du Lunch, la bienveillante laideur...
19 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Le Prix étudiant de la Photographie Industrielle révèle les noms de ses six lauréates
© Adèle Delbet
Le Prix étudiant de la Photographie Industrielle révèle les noms de ses six lauréates
Le jury du Prix étudiant de la Photographie Industrielle 2024 a désigné ses lauréates. Au nombre de six, les gagnantes portent un regard...
18 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les coups de cœur #501 : Cal Douglas et Sveta Kaverina
© Sveta Kaverina
Les coups de cœur #501 : Cal Douglas et Sveta Kaverina
Cal Douglas et Sveta Kaverina, nos coups de cœur de la semaine, ont commencé leurs projets grâce à des livres anciens. En les parcourant...
15 juillet 2024   •  
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
© Rafael Fabrés
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
Dominik Scharf et Rafael Fabrés, nos coups de cœur de la semaine, enregistrent le monde grâce à leur boîtier. Le premier se considère...
Il y a 4 heures   •  
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
© Pascal Sgro
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
Cette semaine, les photographes de Fisheye s’intéressent aux différents aspects du feu, et ce, de manière littérale comme figurée.
21 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Voir le temps en couleurs : le laboratoire de l'histoire photographique imaginé par Sam Stourdzé
Yevonde Middleton Vivex, *John Gielgud as Richard II in 'Richard of Bordeaux'*, 1933 by colour print NPG x11658. © National Portrait Gallery, London
Voir le temps en couleurs : le laboratoire de l’histoire photographique imaginé par Sam Stourdzé
Jusqu’au 18 novembre, les 1 200 mètres carrés du deuxième étage du Centre Pompidou-Metz se transforment en une promenade temporelle pour...
20 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Onironautica : les rêves lucides, l’IA des êtres humains
© Ludivoca De Santis
Onironautica : les rêves lucides, l’IA des êtres humains
Collections d’images venues de rêves lucides, Onironautica de Ludovica De Santis interroge, au travers de mises en scène intrigantes...
19 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas