Andrei Furnea : quand les mots ne suffisent plus

05 janvier 2024   •  
Écrit par Anaïs Viand
Andrei Furnea : quand les mots ne suffisent plus
© Andrei Furnea
© Andrei Furnea

Convaincu que les émotions ont leurs mots à dire, le photographe Andrei Furnea nous ouvre les portes de son monde intérieur. Il révèle dans On my way to somewhere else un espace d’apprentissages et de rencontres où le visible et l’invisible se côtoient avec naturel.

« Je suis devenu photographe au moment où j’ai réalisé que la lumière – comparée aux mots – est infinie. J’ai écrit des poèmes. Il m’arrive encore d’en rédiger, mais seulement lorsque mon boîtier est en charge », annonce celui qui se décrit comme un gamin du milieu des années 1980, ayant grandi avec des cassettes et des écrans pixelisés. « Enfant, mes rêves avaient des couleurs néon et un goût de chewing-gum bon marché, ajoute Andrei Furnea. Aujourd’hui, je suis en perpétuelle navigation vers l’équilibre délicat de la vie : d’un côté, le monde concret avec sa force inflexible, et de l’autre, celui plus éthéré où les émotions ont leur mot à dire ». L’artiste s’est lancé un défi de taille : capturer tout ce que les mots ne peuvent pas complètement décrire. Et selon lui, le 8e art possède un pouvoir émotionnel unique : « la photographie fige les moments, capture l’essence de l’expérience humaine, évoque l’empathie tout en transcendant les barrières linguistiques ». L’auteur ne se réclame d’aucun courant photographique particulier, il préfère explorer et élargir les horizons créatifs. « Je dirais qu’en ce moment je suis attiré par le réalisme candide, la narration en couleur, le commentaire social et l’interaction humaine », précise-t-il. Ici, une silhouette, là, une ombre et puis, plus loin, un garçon, qui, comme tant d’autres s’envole vers les vagues. Andrei Furnea cherche la poésie dans le quotidien ordinaire et s’éprend du non-familier.

© Andrei Furnea
© Andrei Furnea
© Andrei Furnea

Odyssée intime

En capturant le monde qui l’entoure, le photographe initie comme un voyage initiatique, une quête spirituelle et personnelle. En témoigne sa série On my way to somewhere else. Dans cette « odyssée intime », il se dévoile et interroge la notion d’identité. « Chaque image est une étoile, un fragment lumineux de mon récit, assemblé en une constellation d’observations de sois ». En parcourant ses images, on pourra peut-être croiser un mathématicien et poète à la retraite dans le pub d’un petit village – le « futur moi » de l’auteur – ou un cheval sans tête (ci-dessous, ndlr). Quand il s’exprime sur cette curieuse photo, il avoue sans trop de difficulté son rapport à lui-même. « Lorsque cette image m’a découverte (car ce n’est pas l’inverse), j’ai aperçu comme une énigme. Cette apparition, reflet de mon propre chemin, galope à travers les paysages de mon monde intérieur. Le cheval sans cavalier symbolise l’autonomie et l’autodirection. Sa présence signifie que le chemin de la découverte de soi est souvent solitaire ». Qu’elles soient farfelues ou sombres, ses images rappellent la force de nos intuitions, et invitent à utiliser nos émotions comme une boussole. « En explorant ce travail, puissiez-vous repérer vos propres constellations dans le ciel nocturne de votre âme, qu’elles vous guident dans votre propre voyage cosmique… », conclut celui qui n’hésite point à briser certains miroirs en cours de route.

© Andrei Furnea
© Andrei Furnea
© Andrei Furnea
Explorez
Quand l’étranger devient intime : les dialogues ininterrompus de Jana Sojka
© Jana Sojka
Quand l’étranger devient intime : les dialogues ininterrompus de Jana Sojka
Jana Sojka imagine des diptyques afin de donner cours à un dialogue ininterrompu. Dans un nuancier crépusculaire lui inspirant sérénité...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Charlie Tallott est le lauréat 2024 du prix Photo London x Nikon
© Charlie Tallott
Charlie Tallott est le lauréat 2024 du prix Photo London x Nikon
Le 15 mai 2024, à la Somerset House, le Photo London x Nikon Emerging Photography Award a annoncé son nouveau lauréat : Charlie Tallott....
16 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Notre sélection de livres photo consacrés à la communauté LGBTQIA+
© Momo Okabe
Notre sélection de livres photo consacrés à la communauté LGBTQIA+
Dans le prolongement de Fisheye #65, tout juste sorti en kiosque, nous avons sélectionné une série d’ouvrages photographiques consacrés à...
14 mai 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
La sélection Instagram #454 : un message d'absence
© Luma Koklova / Instagram
La sélection Instagram #454 : un message d’absence
L’absence évoque souvent un sentiment de vide, mais il peut aussi faire écho à un sentiment d’apaisement, de nature, ou de calme....
14 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
© Jennifer McLain
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
Dans Behind the Facade, Jennifer McLain compose un monde dans lequel elle tente de se soustraire à des évènements du quotidien qui...
18 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Quand l’étranger devient intime : les dialogues ininterrompus de Jana Sojka
© Jana Sojka
Quand l’étranger devient intime : les dialogues ininterrompus de Jana Sojka
Jana Sojka imagine des diptyques afin de donner cours à un dialogue ininterrompu. Dans un nuancier crépusculaire lui inspirant sérénité...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Charlie Tallott est le lauréat 2024 du prix Photo London x Nikon
© Charlie Tallott
Charlie Tallott est le lauréat 2024 du prix Photo London x Nikon
Le 15 mai 2024, à la Somerset House, le Photo London x Nikon Emerging Photography Award a annoncé son nouveau lauréat : Charlie Tallott....
16 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas