Au micro de « Regardez voir » #95

22 mai 2019   •  
Écrit par Julien Hory
Au micro de « Regardez voir » #95

Intimiste et prenante, la série Dis papa, de Geoffroi Caffiery, présentée au festival Boutographie raconte la réalité de la schizophrénie. Le Château de Versailles accueille Visibles/Invisible, une exposition collective réunissant des images de Nan Goldin, Martin Parr et Viviane Sassen, entre autres. Deux actualités sur lesquelles se pose la voix de Brigitte Patient sur France Inter.

Quel visiteur a déjà eu l’opportunité de se balader dans les canalisations qui alimentent les fontaines du château de Versailles en compagnie de Nan Goldin ? C’est pourtant là que la photographe emmène le spectateur. À la lecture d’extraits de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, rédigée par Olympe de Gouges en 1791, et par laquelle les voix d’Isabelle Adjani, Catherine Deneuve et Charlotte Rampling résonnent, c’est un geste politique que signe l’artiste américaine rendant hommage à la marche des femmes sur ces terres en 1789.

Elle n’est pas seule. Du 14 mai au 26 octobre, dans le cadre de l’exposition Visibles/Invisible, Viviane Sassen, Eric Poitevin, Martin Parr, et Dove Allouche proposent leurs images créées in situ. Chacun dans un univers différent, ils exposent leurs œuvres et leurs visions singulières du lieu. À cette occasion, la photographe néerlandaise Viviane Sassen explore l’amour, la mort et le sexe dans des images qui dénotent radicalement avec le château.

Une exposition de photographie contemporaine prend son sens dans la rupture qu’elle entretient avec le passé. C’est le cas ici. L’orangerie de Jussieu, rarement fréquentée par le public, ouvre ses portes à Éric Poitevin qui expose une première série en très grands formats, tournée droit vers le soleil, comme une référence à Louis XIV. « Notre rôle c’est peut-être de montrer des choses là où il n’y a rien à voir. Regarder n’est pas si simple. L’invitation qui nous est faite ici (…) c’est pour produire de l’écart. » C’est une vision concrète du projet offert par le Château de Versailles que met en images Éric Poitevin. Il propose également, dans un passage, une série florale d’angéliques issues du parc du château. Dove Allouche a travaillé à sa façon le plâtre et extrait des cristaux de gypse un panel de couleurs proche du pictural. En abondance sur le domaine, cette roche tendre répond à la rareté des matériaux importés pour parer l’endroit. De son côté, Martin Parr ne se dépareille pas de ses classiques en proposant des photos des touristes visitant l’exposition.

 

© Éric Poitevin
© Éric Poitevin
© Dove Allouche
© Dove Allouche

© à g. Éric Poitevin et à d. Dove Allouche

© Martin Parr / Courtesy de l’artiste & château de Versailles / Magnum Photos / kamel mennour

© Martin Parr / Courtesy de l’artiste & château de Versailles / Magnum Photos / kamel mennour

Hier j’ai dormi 34h pour une période de 36h

Avec sa série Dis papa, exposée jusqu’au 26 mai au festival Boutographie, à Montpellier, Geoffroi Caffiery confie les troubles de son fils. Touché par la schizophrénie, ce dernier est le sujet central du travail de son père. « Hier, j’ai dormi 34h pour une période de 36h. J’étais incapable de faire quoi que ce soit. C’est dû aux médocs et aux médecins qui me les prescrit. Elle veut m’épingler sur son mur comme un trophée de chasse. » Une existence subie résumée en quelques mots.

Ce récit intimiste débute le 10 décembre 2010, lorsque le photographe apprend la maladie des son fils alors âgé de 19 ans. Il ne faut voir ici aucune impudeur, comme l’explique justement Geoffroi Caffiery : « Le récit de famille peut réunir des gens qui s’aiment ou qui ne se supportent plus ou mal. Ma famille, comme beaucoup d’autres, a subi de nombreux soubresauts : le deuil prématuré d’une mère, la  maladie de mon fils au moment où il aurait dû s’affranchir et vivre une vie autonome et authentique. »

 

© Geoffroi Caffiery© Geoffroi Caffiery

© Geoffroi Caffiery

© Geoffroi Caffiery

Image d’ouverture © Geoffroi Caffiery

Explorez
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
100% L'EXPO : immersion magnétique dans l'art émergent
© Daria Svertilova, Maisons éphémères, 2023, ENSAD / Courtesy of 100% L'EXPO
100% L’EXPO : immersion magnétique dans l’art émergent
En accès libre et gratuit, le festival 100% L’EXPO revient pour une 6e édition au sein de la Grande Halle ainsi qu’en plein air dans le...
08 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Tarek Mawad et les mouvements des corps
© Tarek Mawad
Tarek Mawad et les mouvements des corps
À l’instar de ses muses, Tarek Mawad, photographe de mode germano-égyptien, est porté par un mouvement permanent.
05 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Ascension, Matthew Smith et les seuils du deuil
© Matthew Smith
Ascension, Matthew Smith et les seuils du deuil
Avec Ascension, le photographe Matthew Smith crée une ville imaginaire où traquer l’ombre de sa première femme disparue. L’occasion de...
03 avril 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d'Alexis Pazoumian
© Alexis Pazoumian
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d’Alexis Pazoumian
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
12 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Bodyland : déluge de chairs
© Kristina Rozhkova
Bodyland : déluge de chairs
C’est l’Amérique contemporaine que Kristina Rozhkova photographie dans sa série Bodyland. Une Amérique de la peau orange comme le...
12 avril 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Entre deux mondes : NYC en IA par Robin Lopvet
© Robin Lopvet
Entre deux mondes : NYC en IA par Robin Lopvet
Du 17 février au 5 mai 2024, Robin Lopvet présente sept séries qui ont toutes en commun l’utilisation de la retouche numérique et/ou de...
11 avril 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas