Autochromes de Paris

15 décembre 2015   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Autochromes de Paris
Commandées par le philanthrope et banquier Albert Khan, ces photos ont été réalisées à Paris en 1914.

À l’origine de ces prises de vues étonnantes de Paris, il y a un pari fou : celui de battre le record du monde d’autochromes, la première technique industrielle de photographie couleur. C’était en 1909. L’homme à l’origine du projet modestement baptisé Archives de la planète s’appelait Albert Khan, riche banquier qui a laissé derrière lui un fonds iconographique important, aujourd’hui conservé dans le musée qui porte son nom.

Pour parvenir à ses fins, Albert Khan a fait appel à quatre photographes : Leon Gimpel, Auguste Leon, Stephane Passet et Georges Chevalier. Ces derniers ont parcouru le monde pour documenter leur époque, et se sont notamment arrêtés à Paris. Pionniers de la photographie en couleur, ces quatre professionnels utilisaient un procédé rudimentaire et original. Ils créaient des filtres de couleurs à partir de l’amidon des germes de pommes de terre. Voici le résultat final : Paris en 1914.

Paris-archive-fisheyelemag-7
© Musée Albert Khan
Paris-archive-fisheyelemag-6
© Musée Albert Kahn
Paris-archive-fisheyelemag-3
© Musée Albert Kahn
Paris-archive-fisheyelemag-1
© Musée Albert Kahn
Paris-archive-fisheyelemag-5
© Musée Albert Kahn
Paris-archive-fisheyelemag-4
© Musée Albert Kahn
Paris-archive-fisheyelemag-2
© Musée Albert Kahn

 

(via Petapixel)

En (sa)voir plus

→ Rendez-vous sur le site du musée Albert Kahn ICI.

Explorez
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
© Edwige Lamy
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
Comment capter le mystère au sein du vivant ? Comment retranscrire la mutabilité infinie de nos identités ? Cette année, du 16 mars au 14...
26 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
600° : à Bordeaux, LesAssociés plongent dans les décombres des incendies
© Alban Dejong
600° : à Bordeaux, LesAssociés plongent dans les décombres des incendies
Jusqu’au 17 mars 2024, le collectif LesAssociés présente l’exposition 600° au cœur de l’Espace Saint-Rémi, à Bordeaux. Un récit choral...
15 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les photographes de Fisheye et la pollution sublimée
© Richard Pak
Les photographes de Fisheye et la pollution sublimée
Enjeux sociétaux, troubles politiques, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur nos pages ne...
09 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
© Edwige Lamy
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
Comment capter le mystère au sein du vivant ? Comment retranscrire la mutabilité infinie de nos identités ? Cette année, du 16 mars au 14...
26 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
© Lauren Gueydon
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
Tetiana Tytova et Lauren Gueydon, nos coups de cœur de la semaine, s’intéressent toutes deux à la photographie de mode. La première s’en...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet