Collages surréalistes : les identités florissantes d’Anna Bu Kliewer

11 février 2023   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Collages surréalistes : les identités florissantes d’Anna Bu Kliewer

Sujets insolites ou tendances, faites un break avec notre curiosité. Installée à Londres, l’artiste ukrainienne Anna Bu Kliewer crée de nouvelles identités à l’aide de collages dans lesquelles des silhouettes féminines se confondent à des bouquets de fleurs et des formes organiques.

« La dualité entre la fragilité et la force de la nature me fascine. Elle m’évoque presque un état émotionnel. Vivre dans une grande ville avec tant d’informations visuelles nous pousse à rechercher le calme et la sensibilité loin de l’urbanité », commence Anna Bu Kliewer. Dans l’œuvre de l’artiste-collagiste, cette envie de renouer avec les espaces sauvages est telle que ses muses ne font qu’un avec les éléments qui les composent. Terrain fertile, au cœur de cet univers fantasque et coloré de jeunes filles en fleur, le corps pourvu d’un luxuriant feuillage ou drapé d’écume, jaillissent de toute part. Ils suivent les songes de leur créatrice, « toujours vifs et irréels ». « Mes tableaux dépendent aussi des matériaux que je source et découpe, ils sont le fruit d’un concours de circonstances », explique-t-elle.

Une allégorie de la condition postmoderne

Si ses étranges chimères déclinent non sans ironie les variétés de fleurs, elles dévoilent également tout un champ de personnalités, cultivées au gré de son histoire. Née en Ukraine et élevée en Allemagne, Anna Bu Kliewer se définit comme une « Gerkainian » – contraction de l’anglais « German » et « Ukrainian ». Abreuvée par la mélancolie de sa terre natale et le pragmatisme de son pays d’adoption, ses racines ont fait naître en elle une inclination inconsciente pour le paradoxe et l’oxymore. En ce sens, les figures anonymes d’Anna Bu Kliewer traduisent une identité plurielle dans son irrépressible liberté. « En supprimant les carcans visuels, on se défait des normes sociales de beauté et on agit comme une radiographie qui permet de voir au-delà de l’expression faciale et de l’apparence de quiconque », assure l’artiste.

Dans l’idée que l’intime a résolument trait à l’universel, l’artiste prolonge son entreprise en permettant à celui ou celle qui contemple d’y apposer ses propres fantaisies. « Ôter les visages peut également être perçu comme une allégorie de la condition postmoderne », ajoute notre interlocutrice. Pareil à une multitude de miroirs, ses collages donnent à voir, en contrepoint, le reflet d’une société caractérisée par « un flux et une surconsommation de culture visuelle permanents et, en conséquence, une destruction de la nature ». Dès lors, les silhouettes que l’on pensait florissantes prennent un air grave. Le végétal coloré semble reprendre ses droits sur les corps de celles et ceux qui le dénigrent et témoigne irrémédiablement de l’urgence d’agir en faveur de la planète.

© Anna Bu Kliewer© Anna Bu Kliewer
© Anna Bu Kliewer© Anna Bu Kliewer
© Anna Bu Kliewer© Anna Bu Kliewer
© Anna Bu Kliewer© Anna Bu Kliewer
© Anna Bu Kliewer© Anna Bu Kliewer
© Anna Bu Kliewer© Anna Bu Kliewer
© Anna Bu Kliewer© Anna Bu Kliewer
© Anna Bu Kliewer© Anna Bu Kliewer
© Anna Bu Kliewer© Anna Bu Kliewer

© Anna Bu Kliewer

Explorez
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
© Feng Li
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
Connu pour sa photographie de rue insolite, l’artiste chinois Feng Li présente à travers Pig un aspect plus intimiste de son existence....
19 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Sophie Calle, étrangeté et lapins nains : dans la photothèque de Caroline Heinecke
Un événement photographique que tu n’oublieras jamais ? © Caroline Heinecke
Sophie Calle, étrangeté et lapins nains : dans la photothèque de Caroline Heinecke
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
16 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
WhiteWall met en lumière l'œuvre monochrome de Alexandre Souêtre
© Alexandre Souêtre / Courtesy of Whitewall
WhiteWall met en lumière l’œuvre monochrome de Alexandre Souêtre
Le laboratoire WhiteWall met en avant, imprime et édite l'œuvre toute en noir et blanc de Alexandre Souêtre, grâce à un livre haut de...
14 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Yannig Hedel : l'équilibre subtil de l'ombre à la lumière
© Yannig Hedel
Yannig Hedel : l’équilibre subtil de l’ombre à la lumière
L'exposition De prime abord, accueillie par la Galerie Bigaignon, met en avant les premiers travaux de Yannig Hedel, des expérimentations...
13 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina