Dans la bibliothèque de Jean-Christophe Béchet #4

12 janvier 2017   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Dans la bibliothèque de Jean-Christophe Béchet #4

Quand Harry Callahan débarque dans le Sud de la France en 1957, avec sa femme Eleanor et sa fille Barbara, il découvre un nouvel univers, loin de l’Illinois et de cette Amérique du Nord qu’il n’a jamais quitté.  Alors âgé de 45 ans, il est un professeur de photographie reconnu de l’Institut of Design de Chicago et un artiste apprécié par ses pairs. Discret, timide, presque transparent, il vient de recevoir (sans l’avoir sollicité !) une généreuse bourse de création de la Fondation Graham. Il prend donc une année sabbatique et se retrouve en Provence avec une carte blanche aussi enthousiasmante qu’angoissante. Lui, le poète de l’urbanité et des solitudes modernes, le « pur » américain qui triture le réel dans l’obscurité de son cher labo argentique, que va-t-il faire dans cette campagne aixoise « trop harmonieuse » et dans cette ville d’Aix-en-Provence où le pittoresque l’assaille et le paralyse ? Il va lui falloir quelques mois pour ajuster son regard et trouver son rythme.

"France 1957-1958", © The Estate of Henry Callahan; courtesy Pace/MacGill Gallery, New York; collection Maison européenne de la Photographie, Paris.
“France 1957-1958”, © The Estate of Henry Callahan; Courtesy Pace/MacGill Gallery à New York; Collection Maison européenne de la Photographie, Paris.

La parenthèse enchantée

Petit à petit, il se concentre sur les ruelles étroites d’Aix-en-Provence d’où émergent, au loin,  les jours de grands soleils, d’élégantes passantes en contrejour. Dans la campagne provençale, il s’intéresse au rythme de la nature, aux petits détails, aux herbes folles, aux toiles d’araignée. Il poursuit aussi sa série de nu avec celle qui sera son seul modèle, son épouse. Envouté par ce territoire romantique, il conçoit d’étranges surimpressions où le corps d’Eleanor se fond avec la garrigue. Cette période française sera pour lui une parenthèse enchantée. Callahan parlait peu et théorisait encore moins. Mais c’est pourtant un des photographes clefs de l’histoire américaine, le plus illustre représentant de cette école de Chicago qui s’est nourri de la philosophie du Bauhaus.

"France 1957-1958", © The Estate of Henry Callahan; courtesy Pace/MacGill Gallery, New York; collection Maison européenne de la Photographie, Paris.
“France 1957-1958”, © The Estate of Henry Callahan; Courtesy Pace/MacGill Gallery à New York; Collection Maison européenne de la Photographie, Paris.

Alors quand en 1994, presque quarante ans plus tard, il offre à la Maison Européenne de la Photo (MEP) à Paris, un ensemble de 130 tirages barytés issu de ce portfolio « français », son directeur, Jean-Luc Monterosso l’accueille avec enthousiasme et bienveillance. Après une première présentation à Arles il y a deux ans, la MEP propose aujourd’hui une exposition avec un large extrait de ces French Archives. Un beau catalogue est alors conçu (cosigné par la MEP et les éditions Actes Sud) pour conserver une trace de cette période française dans l’œuvre de Callahan. Bien imprimé, ce livre est un reflet fidèle du travail précis et subtil de ce maître du noir et blanc. On aurait sans doute apprécié une édition plus originale, peut-être plus luxueuse sur un épais papier mat. Mais on est déjà très heureux de pouvoir ranger dans sa bibliothèque ce livre d’une grande sobriété qui nous rappelle combien la photographie est aussi un art du silence et du recueillement.

Fisheye Magazine | Dans la bibliothèque de Jean-Christophe Béchet #4
Couverture du livre, “Henry Callahan, French Archives”
Fisheye Magazine | Dans la bibliothèque de Jean-Christophe Béchet #4
© The Estate of Harry Callahan / courtesy Pace/MacGill Gallery, New York
Collection Maison Européenne de la Photographie, Paris – Don de l’auteur

En (sa)voir plus

Harry Callahan, French Archives , éditions Actes Sud – Maison Européenne de la Photographie
260 x 248 mm – 144 pages
35 €

Explorez
Courrier des photographes #1 : être ou ne pas être photographe, telle est la question
© Roman Jehanno / Instagram
Courrier des photographes #1 : être ou ne pas être photographe, telle est la question
Vous êtes photographe ou vous souhaitez le devenir ? Vous avez des questions sur cette profession qui fait rêver, mais ne savez pas où...
29 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
© Georgiana Feidi / Instagram
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
Notre sélection Instagram de la semaine brille de milles éclats naturels et fantasmés. Qu'elle fasse émerger une dimension fantastique à...
28 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
© Salome Jishkariani
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
Salome Jishkariani et Luthor, nos coups de cœur de cette semaine, emploient le 8e art pour sonder le monde qui les environne. Si la...
27 mai 2024   •  
Zooms 2024 : Fisheye soutient Juliette Alhmah
Zooms 2024 : Fisheye soutient Juliette Alhmah
Le Salon de la Photo présente les Zooms 2024 ! L’occasion de (re)découvrir Toujours Diane, le songe éveillé de Juliette Alhmah...
24 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus #73 : les mutations sacrées de Zoé Chauvet
05:07
© Fisheye Magazine
Focus #73 : les mutations sacrées de Zoé Chauvet
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Zoé Chauvet croise le documentaire et l'abstraction et tisse les liens du corporel au...
29 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Courrier des photographes #1 : être ou ne pas être photographe, telle est la question
© Roman Jehanno / Instagram
Courrier des photographes #1 : être ou ne pas être photographe, telle est la question
Vous êtes photographe ou vous souhaitez le devenir ? Vous avez des questions sur cette profession qui fait rêver, mais ne savez pas où...
29 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Photographier en Normandie : un laboratoire de créativité
Hippolyte MACAIRE, Louis Cyrus MACAIRE, Navire quittant le port du Havre, 1851, daguerréotype, 15 x 11 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France
Photographier en Normandie : un laboratoire de créativité
Dans le cadre de la 5e édition du festival pluridisciplinaire Normandie Impressionniste, le MuMa – Musée d’art moderne André Malraux au...
29 mai 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
© Chantal Elisabeth Ariëns
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
Jusqu’au 20 juillet, le centre d’art Bildhalle à Amsterdam, accueille la photographe et artiste visuelle Chantal Elisabeth Ariëns, qui se...
28 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina