Dans le paradis en ruine de Pablo Escobar

15 avril 2015   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Dans le paradis en ruine de Pablo Escobar
Le baron de la drogue résidait autrefois dans un luxueux palais, situé au milieu des Caraïbes. Aujourd’hui, son palace n’est plus que l’ombre de lui-même.

Isla Grande, à une heure de bateau de Carthagène des Indes, ville portuaire de Colombie. Cette île, située dans mer des Caraïbes, est très prisée des touristes pour son eau turquoise et ses plages de sable blanc. Il y a plus de vingt ans, elle a longtemps accueilli le baron de la drogue, Pablo Escobar.

El Patrón habitait dans un palais très luxueux, caché parmi la forêt tropicale. 300 chambres dans des chalets individuels, des salles de bain avec des équipements en or, une hélisurface etc. À l’époque, sa fortune personnelle était estimée à 25 milliards de dollars et le Cartel de Medellín contrôlait 80% du trafic mondial de cocaïne.

© Luke Spencer / Atlas Obscura
© Luke Spencer / Atlas Obscura

Depuis la mort d’El Diablo en 1993, le palais n’est plus que l’ombre de lui-même. Mauvaises herbes, murs fissurés.. Dame nature a repris ses droits et le lieu semble abandonné… En réalité, le palais est désormais un repaire de squatteurs.

© Luke Spencer / Atlas Obscura
© Luke Spencer / Atlas Obscura

Fermé au public, le photographe américain Luke Spencer a eu la chance de s’aventurer à l’intérieur du repaire de Pablo Escobar. Sur le site Atlas Obscura, il y a publié un très beau photo-reportage.

(via Atlas Obscura)

 

 

Explorez
Les expositions photo à découvrir ce printemps !
© Paul Wolff, « Femme en maillot de bain avec ombres de plantes », 1932, tirage d'origine, Collection Christian Brandstätter / Courtesy of Pavillon Populaire
Les expositions photo à découvrir ce printemps !
Chaque saison fait fleurir de nouvelles expositions. À cet effet, la rédaction de Fisheye a répertorié toute une déclinaison...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
© Marta Bogdanska
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
Pour le festival australien PHOTO 2024, qui se déroulera du 1er mars au 12 mai, l’exposition Only the future revisits the past se propose...
29 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
L'exposition collective Le Parti pris des choses au Centre de la Photographie Hauts-de-France, se nourrit de l'oeuvre du poète Francis...
28 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les expositions photo à découvrir ce printemps !
© Paul Wolff, « Femme en maillot de bain avec ombres de plantes », 1932, tirage d'origine, Collection Christian Brandstätter / Courtesy of Pavillon Populaire
Les expositions photo à découvrir ce printemps !
Chaque saison fait fleurir de nouvelles expositions. À cet effet, la rédaction de Fisheye a répertorié toute une déclinaison...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Road trip, violence et alpinisme : nos coups de cœur photos du mois
© Henri Kisielewski
Road trip, violence et alpinisme : nos coups de cœur photos du mois
Expositions, immersion dans une série, anecdotes, vidéos… Chaque mois, la rédaction Fisheye revient sur les actualités photo qui l’ont...
Il y a 11 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
© Marta Bogdanska
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
Pour le festival australien PHOTO 2024, qui se déroulera du 1er mars au 12 mai, l’exposition Only the future revisits the past se propose...
29 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
© Annabelle Foucher
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
Le temps de L’Étoffe de l’être, les œuvres d’Annabelle Foucher, lauréate du Grand Prix Picto de la Photographie de mode en 2023, se...
29 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet