Elina Brotherus nous dicte les règles

05 octobre 2017   •  
Écrit par Anaïs Viand
Elina Brotherus nous dicte les règles

À l’occasion de la 8ème édition de la Carte blanche PMU et de la 3e au Centre Pompidou, Elina Brotherus nous propose une série ludique et décalée intitulée Règle du jeu. Une exposition à découvrir jusqu’au 22 octobre à la Galerie de photographies du Centre Pompidou. 

Depuis 2010, le PMU soutient le travail d’un photographe émergent ou confirmé autour de l’univers du jeu. Le soutien prend trois formes : une dotation de 20 000 €, une exposition au sein de la Galerie de photographies du Centre Pompidou et l’édition d’un ouvrage aux éditions Filigranes. Cette année, le PMU a accompagné l’artiste finlandaise Elina Brotherus qui ouvre, avec Règle du jeu, un nouveau chapitre de sa vie artistique. « J’ai eu le sentiment d’avoir épuisé mon matériau. Il m’est arrivé de trouver un endroit parfait, d’ajuster mon appareil sur le trépied et de me demander : que vais-je faire devant mon appareil puisque j’ai déjà pris toutes les poses ? » nous confie-t-elle. Si elle pratiquait jusque-là l’autoportrait, elle collabore pour cette série avec une amie et danseuse, Vera Nevanlinna. L’histoire de l’art a toujours été une source d’inspiration pour Elina. Pour Règle du jeu, elle s’intéresse aux event scores (partitions, scénarios d’une œuvre d’art) développés par les artistes Fluxus dans les années 1960. Ensemble, les deux artistes explorent l’univers du jeu selon une méthode qui valorise l’humour et la dérision.

« Telles deux Alice au pays des merveilles, l’artiste et son amie danseuse Vera Nevanlinna, ouvrent dans chaque série photographique et vidéo les portes des nouveaux mondes. »

© Elina Brotherus

Un artiste doit avoir quelques règles pour pouvoir créer

« Regardez longtemps deux ou trois oranges », « Placez un chien ou un chat (ou les deux) dans un piano et jouez Chopin », « Regardez-moi, cela suffit ». On retiendra certains des credos suivis par les deux amies. Deux adultes dans un monde d’enfant qui ont besoin de règles pour se mouvoir et finalement créer. Qui dicte les règles ? Faut-il toujours les suivre ? A quel moment est-il judicieux de les enfreindre ? Elina Brotherus reste persuadée qu’un artiste doit avoir quelques lignes directrices pour pouvoir travailler et que « les règles font office de déclencheur et boostent la créativité ». Et puis, les règles peuvent être exécutées de mille façons. Si Elina les respecte, elle aime aussi créer en toute liberté et demeure toujours le seul maître du jeu : « je choisis les règles qui me conviennent et je joue avec ». Par des situations absurdes et des jeux subtils avec son double, elle apporte clarté et poésie dans un monde qu’elle considère chaotique. Un ouvrage édité par Filigranes Éditionsprolonge cette magnifique série

© Elina Brotherus

© Elina Brotherus

© Elina Brotherus
© Elina Brotherus© Elina Brotherus
© Elina Brotherus

© Elina Brotherus

© Elina Brotherus

Entretien d’Elina Brotherus réalisé dans le cadre de la Carte Blanche PMU

Jusqu’au 22 octobre 2017

Règle du jeu, Carte blanche PMU 2017

À la Galerie de photographies du Centre Pompidou, Paris.

Explorez
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
© Bénédicte Kurzen
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
Le journaliste Anas Aremeyaw Anas et les photojournalistes Muntaka Chasant et Bénédicte Kurzen remportent le Prix Carmignac 2024 avec...
15 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Dans l'œil de Jérémy Appert : la mer de toutes les mémoires
© Jérémy Appert / Courtesy of Circulation(s)
Dans l’œil de Jérémy Appert : la mer de toutes les mémoires
Jérémy Appert, dont le travail est exposé au festival Circulation(s) jusqu’au 2 juin prochain, a côtoyé pendant plusieurs années celles...
13 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Itinérances Foto 2024 : état des lieux de la photo contemporaine
© Alice Pallot
Itinérances Foto 2024 : état des lieux de la photo contemporaine
Itinérances Foto Sète revient pour sa 2e édition, en réunissant des photographes de tout horizon pour raconter le monde contemporain....
09 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
Il y a 6 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
© Salome Jishkariani
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
Salome Jishkariani et Luthor, nos coups de cœur de cette semaine, emploient le 8e art pour sonder le monde qui les environne. Si la...
Il y a 10 heures   •  
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
C’est l’heure du récap' ! Cette semaine, les photographes de la semaine immortalisent leurs propres visions de mondes qu’iels regrettent...
26 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill