En Orbit

16 mars 2018   •  
Écrit par Anaïs Viand
En Orbit

C’est à la galerie Thierry Bigaignon que nous avions découvert le travail de Renato D’Agostin. À l’occasion de la cinquième publication d’IIKKI, Orbit, on retrouve, cette fois en musique, les images noir et blanc du photographe italien. Une expérience visuelle et sonore immersive, disponible à partir du 19 mars 2018.

Comme nous

, Mathias Van Eecloo, le fondateur de la maison d’édition française IIKKI, a été séduit par les images poétiques et contrastées du photographe italien. « Il y une évidence concernant la recherche de lignes, de structure, presque obsessionnelle, clinique », confie le fondateur d’IIKKI. Rappelons son concept singulier : à chaque ouvrage, l’éditeur propose un dialogue entre un photographe et un musicien. « La musique accompagne le livre dans son ensemble, on peut bien entendu regarder le livre sans le son ou écouter la musique sans parcourir le texte, mais il est vrai qu’avec un casque sur les oreilles, le regard du lecteur change et l’immersion est totale », précise Mathias Van Eecloo. Aux images de Renato D’Agostin, Orbit ajoute les morceaux de Scott Worthington, un contrebassiste et compositeur installé à Los Angeles. Chaque chapitre du livre porte le même nom qu’une piste de la bande sonore. La seule contrainte pour vivre cette expérience ? S’accorder 40 minutes et se laisser embarquer. Un bel outil immersif, plus que nécessaire dans un monde qui s’accélère sans cesse.

Pause anthropologique

« J’aime l’idée que l’on puisse être libre et choisir à quelle vitesse on souhaite lire », explique Mathias Van Eecloo. L’ouvrage, comme la bande-son, n’est ici plus seulement limité à une seule et unique fonction. Surtout, le champ des libertés et des possibles s’accroît. Le travail de Renato D’Agostin, sublime, s’accorde ici parfaitement et subtilement avec les compositions de Scott Worthington. Grâce à la musique, les observations du photographe gagnent en intensité et amènent de nouveaux questionnements sur l’homme, comme sur la matière. Quelle est la place de l’homme dans ce monde mouvant et tranché ? Comment se repérer dans cette immensité ? Enfin, n’est-il seulement question que de proportionnalités ? Au lieu de regarder l’homme, puis la nature, n’est-il pas temps de les voir comme un tout ?

Las Vegas, Nevada, "7439" © Renato d’Agostin, courtesy Galerie Thierry Bigaignon
Las Vegas, Nevada, “7439” © Renato d’Agostin, courtesy Galerie Thierry Bigaignon
Houston, Texas, "7439" © Renato d’Agostin, courtesy Galerie Thierry Bigaignon
Houston, Texas, “7439” © Renato d’Agostin, courtesy Galerie Thierry Bigaignon
Alabama, "7439" © Renato d’Agostin, courtesy Galerie Thierry Bigaignon
Alabama, “7439” © Renato d’Agostin, courtesy Galerie Thierry Bigaignon
Death Valley, "7439" © Renato d’Agostin, courtesy Galerie Thierry Bigaignon
Death Valley, “7439” © Renato d’Agostin, courtesy Galerie Thierry Bigaignon
Idianapolis Motor Speedway, 7439 © Renato d’Agostin, courtesy Galerie Thierry Bigaignon

Orbit (livre et disque vinyl), Éditions IIKKI 005, 56,50 €, 96 p.

Explorez
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
The Necklace, 1999 © 2021, Alessandra Sanguinetti / Magnum Photos
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
Pendant plus de deux décennies, Alessandra Sanguinetti a documenté, au travers de mises en scène, le quotidien de deux petites filles de...
20 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
© Lara Lussheimer
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
Lara Lussheimer et Sara Tontorova, nos coups de cœur de la semaine, sont toutes deux en quête de métaphores. La première les fait émerger...
19 février 2024   •  
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina