En-quête du réel

11 novembre 2020   •  
Écrit par Anaïs Viand
En-quête du réel

Sujets insolites ou tendances, faites un break avec notre curiosité de la semaine. L’artiste français Stéphane Guillaume ne cesse d’interroger, déformer et reconstruire notre réalité. Il propose à travers ses séries Décorum, Retouche, Ici, ou Looking for Bacon une réflexion fascinante sur le tangible et l’intangible. 

« L’information devrait offrir une compréhension stable du monde et constituer un progrès. Mais notre société de surinformation perturbe ma perception du réel », annonce Stéphane Guillaume. Après avoir enseigné les arts plastiques, ce dernier a renoué avec la pratique il y a quelques années. Depuis, il « papillonne d’un projet à l’autre sans trop [se] soucier de l’apparente cohérence de l’ensemble – par refus de creuser un même sillon, et pour le plaisir de l’exploration ».

Son leitmotiv ? Interroger et réécrire le réel. C’est à l’occasion de sa série Décorum, qu’il enclenche son processus de réflexion sur la notion d’intervention. « À l’époque, je modifiais directement le réel. J’essayais de faire émerger une réalité parallèle, pouvant jouer avec l’inconscient », se souvient l’artiste. Il a continué à réécrire le réel dans ses séries suivantes intitulées Retouche, Ici, et Looking for Bacon. « La capture du réel me fascine, mais je m’intéresse à sa déréalisation. J’aime le rapport de tension entre la dimension spéculaire et l’étrangeté », complète Stéphane Guillaume. Alors, il transforme, remodèle des scènes de vie ou des visages en ajoutant des formes – des masques devenus intrusions visuelles. Dans Looking for Bacon par exemple, il a photographié des débats télévisés et déconstruit des figures, dont « la voix est censée faire sens ».

© Stéphane Guillaume© Stéphane Guillaume

« Toute photographie est une fiction qui se prétend véritable », Le baiser de Judas ; Photographie et vérité,  Joan Fontcuberta.

« La perception du réel aurait-elle plus de pouvoir sur nous que la réalité elle-même ? L’artiste s’interroge et ouvre un espace de réflexions infini. Nous vivons dans un monde où le réel nous est présenté transformé, filtré. Il nous échappe. Ne faut-il pas se méfier de l’apparente proximité de la photographie avec lui ? ». Comme René Magritte, il questionne la notion de représentation d’une image. Et comme Francis Bacon, il défigure, disloque les surfaces, les visages, et in fine l’humanité. Déconcertantes, voire violentes, ses images, pourtant, captivent. « Modifier le réel, c’est créer une insécurité, quelque chose d’inconfortable. C’est peut-être une manière de questionner l’assurance et la confiance que nous voulons trouver dans le tangible », explique-t-il. Perte de sens, redéfinition de nos identités ou disparition de l’être humain ? Les images de Stéphane Guillaume offrent de multiples interprétations, et perspectives.

© Stéphane Guillaume© Stéphane Guillaume© Stéphane Guillaume© Stéphane Guillaume

© Stéphane Guillaume© Stéphane Guillaume
© Stéphane Guillaume© Stéphane Guillaume

© Stéphane Guilaume

Explorez
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
© Feng Li
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
Connu pour sa photographie de rue insolite, l’artiste chinois Feng Li présente à travers Pig un aspect plus intimiste de son existence....
19 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Sophie Calle, étrangeté et lapins nains : dans la photothèque de Caroline Heinecke
Un événement photographique que tu n’oublieras jamais ? © Caroline Heinecke
Sophie Calle, étrangeté et lapins nains : dans la photothèque de Caroline Heinecke
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
16 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
WhiteWall met en lumière l'œuvre monochrome de Alexandre Souêtre
© Alexandre Souêtre / Courtesy of Whitewall
WhiteWall met en lumière l’œuvre monochrome de Alexandre Souêtre
Le laboratoire WhiteWall met en avant, imprime et édite l'œuvre toute en noir et blanc de Alexandre Souêtre, grâce à un livre haut de...
14 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Yannig Hedel : l'équilibre subtil de l'ombre à la lumière
© Yannig Hedel
Yannig Hedel : l’équilibre subtil de l’ombre à la lumière
L'exposition De prime abord, accueillie par la Galerie Bigaignon, met en avant les premiers travaux de Yannig Hedel, des expérimentations...
13 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
The Necklace, 1999 © 2021, Alessandra Sanguinetti / Magnum Photos
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
Pendant plus de deux décennies, Alessandra Sanguinetti a documenté, au travers de mises en scène, le quotidien de deux petites filles de...
20 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
© Pauline Suzor / Instagram
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
Cette semaine, notre sélection Instagram vous plonge au cœur d'un évènement folklorique, festif et coloré : le carnaval. Retrouvez, en ce...
20 février 2024   •  
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
© Feng Li
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
Connu pour sa photographie de rue insolite, l’artiste chinois Feng Li présente à travers Pig un aspect plus intimiste de son existence....
19 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
© Lara Lussheimer
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
Lara Lussheimer et Sara Tontorova, nos coups de cœur de la semaine, sont toutes deux en quête de métaphores. La première les fait émerger...
19 février 2024   •