États d’âme en forêt

13 avril 2017   •  
Écrit par Marie Moglia
États d'âme en forêt

Il y a des cris enjoués d’enfants, qui se perdent en échos dans les arbres. Des cris que seul un silence concentré face à l’effort interrompt. Et le temps qui, à l’âge adulte, ne les invoque qu’en souvenirs. Ceux-là appartiennent à Alexandra. Petite, elle en a arpenté des sentiers. Qu’est-ce qu’un enfant peut bien chercher au fond des bois ? Un refuge, un espace éphémère n’appartenant qu’à lui. La cabane.

En 2012, Alexandra vient de terminer ses études. Elle retourne chez elle, à Fontainebleau. C’est la période des doutes, des hésitations. Alors pour échapper aux incertitudes, la photographe se rend régulièrement dans la forêt, qu’elle connaît par cœur. « C’est un endroit qui m’apaise. À force de m’y balader, j’ai un jour pris conscience qu’il fallait que je travaille dessus », raconte la photographe, « et dans une forêt, il y a tout le temps des cabanes. [En redécouvrant] Fontainebleau, je me suis aperçue qu’il y en avait aux mêmes endroits où je me rendais petite. En fait, il y a là-bas des lieux très précis où des générations d’enfants construisent quasiment les mêmes cabanes. » Alexandra tient son sujet.

"Cette photo est très importante pour moi car c'est le début de la série. Ça a été le moment où je me suis dit qu'il fallait que je me concentre sur la forêt. C'est donc une carte de la forêt de Fontainebleau. Les petites maisons de Monopoly évoquent le jeu - ce que je représente aussi ce travail. Le jeu me ramène à l'enfance." Extrait de "Nesting in the Wolf Tree", © Alexandra Serrano
Extrait de “Nesting in the Wolf Tree”, © Alexandra Serrano

Pendant deux ans, elle explore sur son temps libre la forêt de son enfance. Elle arpente les chemins, découvre des grottes inquiétantes, rassemble des branches et reconstruit les mêmes cabanes que la fillette qu’elle a été un jour. « Tout mon travail est lié à l’enfance, et aux souvenirs que j’en ai gardé », explique-t-elle. La différence avec Nesting in the Wolf Tree, c’est que l’imaginaire y tient une place primordiale. Les 27 images retenues dans son editing final évoquent avec force la puissance symbolique de la forêt.

C’est à la fois un refuge ; un lieu d’aventure, où les héros malheureux des contes doivent se confronter aux épreuves de la vie ; un écrin de solitude. Pour celui ou celle qui s’y confronte, la forêt est un terrain d’introspection. C’est pourquoi Nesting in the Wolf Tree est aussi un témoignage très personnel. « Pourtant, quand j’ai commencé, je n’envisageais pas le projet sous cet angle. Je m’intéressais davantage à l’expérience des autres. J’ai fait pas mal de portraits de gens, à qui je demandais de me raconter leurs souvenirs de cabanes. » Petit à petit pourtant, la forêt jusque là un peu lointaine s’impose dans les réflexions d’Alexandra. Puis un stage à Arles avec Claudine Doury lui révèle ce que doit être le propos de sa série : sa mémoire à elle. C’est d’ailleurs à Arles qu’elle réalise les images les plus difficiles de sa série.

"Cet autoportrait et la photo du nid ont été pour mois les images les plus difficiles à réaliser. Je les ai faites quand j'étais en stage avec Claudine Doury. Elle m'avait demandé de ne travailler sur rien d'autre. Sauf que j'étais à Arles, et pas du tout dans mon atmosphère. Je suis restée une journée entière dans la Maison des stages, dans un grenier poussiéreux où il faisait 40 degrés. Je me suis obligée à ne pas quitter cette pièce, tant que je n'avais pas mes images." Extrait de "Nesting in the Wolf Tree", © Alexandra Serrano
Extrait de “Nesting in the Wolf Tree”, © Alexandra Serrano
"'J'ai acheté de quoi faire un nid dans un magasin animalier. J'avais fait un croquis de cette image et ça a été très long, parce que je voulais absolument que la lumière tombe à cet endroit là." Extrait de "Nesting in the Wolf Tree", © Alexandra Serrano
Extrait de “Nesting in the Wolf Tree”, © Alexandra Serrano

Car Alexandra ne laisse rien au hasard. Chaque image de la série naît d’abord d’un croquis. Puis c’est plusieurs heures de travail. Pour une photo, Alexandra peut utiliser jusqu’à deux pellicules de douze vues. « Le format carré me convient vraiment bien, car je suis très méticuleuse et j’ai besoin de me concentrer sur une scène, un détail, ce que facilite le moyen-format. » Une exigence et une rigueur qui sont de véritables inspirations, nourries par ses lectures. Pour ce travail, il y a eu La poétique de l’espace (Gaston Bachelard) et Hétérotopies, des espaces autres (Michel Foucault). Alexandra demeure une photographe productive qui révèle avec une délicatesse incroyable toute la poésie de ce qu’elle a sous les yeux. C’est, véritablement, une conteuse très douée.

serrano-002
Extrait de “Nesting in the Wolf Tree”, © Alexandra Serrano
serrano-003
Extrait de “Nesting in the Wolf Tree”, © Alexandra Serrano
serrano-004
Extrait de “Nesting in the Wolf Tree”, © Alexandra Serrano
serrano-005
Extrait de “Nesting in the Wolf Tree”, © Alexandra Serrano
serrano-006
Extrait de “Nesting in the Wolf Tree”, © Alexandra Serrano
serrano-007
Extrait de “Nesting in the Wolf Tree”, © Alexandra Serrano
serrano-008
Extrait de “Nesting in the Wolf Tree”, © Alexandra Serrano
serrano-009
Extrait de “Nesting in the Wolf Tree”, © Alexandra Serrano
serrano-010
Extrait de “Nesting in the Wolf Tree”, © Alexandra Serrano
serrano-011
Extrait de “Nesting in the Wolf Tree”, © Alexandra Serrano
serrano-012
Extrait de “Nesting in the Wolf Tree”, © Alexandra Serrano
serrano-013
Extrait de “Nesting in the Wolf Tree”, © Alexandra Serrano
serrano-014
Extrait de “Nesting in the Wolf Tree”, © Alexandra Serrano
serrano-015
Extrait de “Nesting in the Wolf Tree”, © Alexandra Serrano
serrano-018
Extrait de “Nesting in the Wolf Tree”, © Alexandra Serrano
serrano-019
Extrait de “Nesting in the Wolf Tree”, © Alexandra Serrano
serrano-020
Extrait de “Nesting in the Wolf Tree”, © Alexandra Serrano
serrano-021
Extrait de “Nesting in the Wolf Tree”, © Alexandra Serrano
serrano-022
Extrait de “Nesting in the Wolf Tree”, © Alexandra Serrano
serrano-023
Extrait de “Nesting in the Wolf Tree”, © Alexandra Serrano
serrano-024
Extrait de “Nesting in the Wolf Tree”, © Alexandra Serrano
serrano-025
Extrait de “Nesting in the Wolf Tree”, © Alexandra Serrano
serrano-026
Extrait de “Nesting in the Wolf Tree”, © Alexandra Serrano
serrano-027
Extrait de “Nesting in the Wolf Tree”, © Alexandra Serrano
Explorez
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
© Pascal Sgro
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
Cette semaine, les photographes de Fisheye s’intéressent aux différents aspects du feu, et ce, de manière littérale comme figurée.
21 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Looking at my brother : mes frères, l’appareil et moi
© Julian Slagman
Looking at my brother : mes frères, l’appareil et moi
Projet au long cours, Looking at My Brother déroule un récit intime faisant éclater la chronologie. Une lettre d’amour visuelle de Julian...
09 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Rafael Medina : corps libres et désirés 
© Rafael Medina
Rafael Medina : corps libres et désirés 
En double exposition, sous les néons des soirées underground, Rafael Medina développe un corpus d'images grisantes, inspirées par les...
27 juin 2024   •  
Écrit par Anaïs Viand
Pierre et Gilles, in-quiétude et Cyclope : dans la photothèque de Nanténé Traoré
© Nanténé Traoré, Late Night Tales, 2024 / Un ou une artiste que tu admires par-dessus tout ?
Pierre et Gilles, in-quiétude et Cyclope : dans la photothèque de Nanténé Traoré
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
26 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Gangs de chats, pigeons dérobés ou espions : ces séries de photos sur les animaux
© Chloé Lamidey
Gangs de chats, pigeons dérobés ou espions : ces séries de photos sur les animaux
Chiens, chats, ours, éléphants ou encore pigeons, apprivoisés, sauvages ou même espions, parmi les séries présentées sur les pages de...
À l'instant   •  
Écrit par Fisheye Magazine
La sélection Instagram #464 : à vos marques, prêt·e, partez !
© Scott Boldt Lotz / Instagram
La sélection Instagram #464 : à vos marques, prêt·e, partez !
Le compte à rebours est lancé. Dans trois jours, les Jeux olympiques de Paris 2024 s’ouvriront sur la Seine. Pour marquer cet événement...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Dans l’œil de Juliette-Andréa Élie : éprouver le paysage qui se transforme
© Juliette-Andréa Élie, œuvre réalisée dans le cadre d'une résidence au musée Nicéphore Niépce
Dans l’œil de Juliette-Andréa Élie : éprouver le paysage qui se transforme
Cette semaine, plongée dans l’œil de Juliette-Andréa Élie. Au moyen de diverses techniques, la photographe et plasticienne compose des...
22 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
© Rafael Fabrés
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
Dominik Scharf et Rafael Fabrés, nos coups de cœur de la semaine, enregistrent le monde grâce à leur boîtier. Le premier se considère...
22 juillet 2024   •