Frank Horvat s’est éteint ce mercredi 21 octobre 

21 octobre 2020   •  
Écrit par Anaïs Viand
Frank Horvat s’est éteint ce mercredi 21 octobre 

Cynique, exigeant, et incroyablement talentueux, Frank Horvat a marqué l’histoire de la photographie, de mode notamment. Il nous a quittés ce mercredi 21 octobre. Retour sur son parcours.

« Photographier, chacun le sait, signifie écrire avec la lumière. Comme Niépce et Daguerre commencèrent à le faire il y a presque deux siècles, et comme un milliard de personnes, de nos jours, le font avec leurs téléphones portables. Ce qui dans mon cas (et dans celui de quelques autres) est un peu différent ? Je suis presque plus sensible à la lumière qu’à ce qu’elle éclaire. Incontestablement une bonne photo n’est pas qu’une question de lumière, mais aussi, et surtout, de temps. Ou plutôt d’un arrêt du temps. D’où l’instant décisif de Cartier-Bresson. Mais la lumière, justement, est d’autant plus décisive qu’elle est fuyante. Comme le temps lui-même ». Il y a moins d’un an, Frank Horvat nous livrait sa définition de la bonne photo. Une définition apparue au cours d’un échange passionnant, dans son studio de photographie, à Boulogne.

C’est avec beaucoup d’émotion que nous avons appris sa disparition ce mercredi 21 octobre à l’âge de 92 ans. Né le 28 avril en 1928 à Abbazia (l’actuelle Opatijia, Croatie), de parents médecins, juifs et originaires de l’Europe Centrale, il a choisi de s’installer en France, à la fin des année 1950. C’est à cette époque qu’il rencontre Cartier-Bresson et qu’il entame sa carrière de photojournaliste, lors d’un voyage de deux ans en Asie. Dix ans plus tard, il réalise ses premières photos de mode pour quelques grands magazines tels que Elle, Vogue ou Harper’s Bazaar.  « Une bonne photo de mode, c’est un instant d’une femme », avait définit le photographe.

© Frank Horvat

Regarder, voir et prendre

Passionné par le 8e art, Frank Horvat nous dévoilait sa collection personnelle, situé au Rez-de-chaussée de son studio. Kertész, Mapplethorpe, Giacomelli, Henri Cartier-Bresson, Sebastião Salgado, ou encore Irving Penn…Horvat réunissait là des « photos non fabriquées, et des photographes qui font des choses dont je suis incapable ». En 2000, le musée Maillol, à Paris, lui avait consacré une double exposition présentant la capitale française dans les années 1950, et son « horizon visuel » (journal d’images reprenant 360 jours de découvertes). Actuellement, la Maison Robert Doisneau, à Gentilly, lui dédie une exposition. Le photographe disparaît le jour de la mise en librairie de son dernier livre, Side Walk, par l’Atelier EXB. Un ouvrage qui regroupe ses photographies – célèbres comme inédites – de New York, et démontre son grand talent de coloriste.

Cynique, sentimental, passionnant, intuitif et déroutant. Frank Horvat avait besoin de prévoir, mais restait toujours ouvert à l’inattendu et à la nouveauté. Il y a deux ans, Frank Horvat avait collaboré avec Sandra Wis pour un projet de vidéo, Le Photosophe, des instants avec Frank Horvat. Un film captivant dans lequel l’artiste revenait sur quelques-uns de ses temps forts de sa carrière, et sur la création d’une image. Aujourd’hui, plus que jamais, les paroles du photosophe résonnent comme une ode à la vie : « Regarder, voir et prendre. » Et puis, ne pas hésiter, à se « demander ce qu’on fout là ». Tel était son conseil.

© Frank Horvat© Frank Horvat© Frank Horvat

© Frank Horvat

Frank Horvat par © M. Zhong

Frank Horvat par © M. Zhong

Explorez
Les expositions photo à découvrir ce printemps !
© Paul Wolff, « Femme en maillot de bain avec ombres de plantes », 1932, tirage d'origine, Collection Christian Brandstätter / Courtesy of Pavillon Populaire
Les expositions photo à découvrir ce printemps !
Chaque saison fait fleurir de nouvelles expositions. À cet effet, la rédaction de Fisheye a répertorié toute une déclinaison...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
© Marta Bogdanska
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
Pour le festival australien PHOTO 2024, qui se déroulera du 1er mars au 12 mai, l’exposition Only the future revisits the past se propose...
29 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
L'exposition collective Le Parti pris des choses au Centre de la Photographie Hauts-de-France, se nourrit de l'oeuvre du poète Francis...
28 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les expositions photo à découvrir ce printemps !
© Paul Wolff, « Femme en maillot de bain avec ombres de plantes », 1932, tirage d'origine, Collection Christian Brandstätter / Courtesy of Pavillon Populaire
Les expositions photo à découvrir ce printemps !
Chaque saison fait fleurir de nouvelles expositions. À cet effet, la rédaction de Fisheye a répertorié toute une déclinaison...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Road trip, violence et alpinisme : nos coups de cœur photos du mois
© Henri Kisielewski
Road trip, violence et alpinisme : nos coups de cœur photos du mois
Expositions, immersion dans une série, anecdotes, vidéos… Chaque mois, la rédaction Fisheye revient sur les actualités photo qui l’ont...
Il y a 9 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
© Marta Bogdanska
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
Pour le festival australien PHOTO 2024, qui se déroulera du 1er mars au 12 mai, l’exposition Only the future revisits the past se propose...
29 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
© Annabelle Foucher
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
Le temps de L’Étoffe de l’être, les œuvres d’Annabelle Foucher, lauréate du Grand Prix Picto de la Photographie de mode en 2023, se...
29 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet