« From dawn to dusk » : tourisme artistique

18 décembre 2019   •  
Écrit par Lou Tsatsas
« From dawn to dusk » : tourisme artistique

La Galerie &co119 accueille jusqu’au 15 janvier From dawn to dusk, premier volet de l’exposition en deux temps de Léo Berne. Une immersion pétillante dans son « journal photographique ».

C’est à l’âge de dix ans que Léo Berne, photographe et réalisateur français venu d’Aix-en-Provence, découvre le 8e art. Avec un petit appareil, il immortalise un voyage en Angleterre. En grandissant, il emprunte le boîtier de son père, et débute un « journal photographique » qu’il complète d’année en année. « J’ai toujours shooté dans l’idée de garder des souvenirs, de capturer des chocs émotionnels, des coups de foudre esthétiques », confie l’artiste. Le terme anglais « diary » lui parle davantage que la notion de carnet intime pour définir sa pratique du médium : une collection d’entrées visuelles aussi personnelles que spontanées.

Travaillant au sein du collectif Megaforce, Léo Berne y réalise des vidéos. Un métier dont la démarche contraste avec sa façon de prendre des photos. « Le tournage demande du travail en amont, il nécessite de créer une certaine mise en scène, tandis qu’une image est plus instinctive. Je n’ai pas envie de faire la même chose avec ces deux facettes de ma vie : j’ai besoin d’un concept en vidéo, mais je vois mes clichés comme des souvenirs », précise-t-il. Une vision décomplexée du médium que l’on retrouve dans From dawn to dusk, premier volet d’une exposition.

© Leo Berne

Poésie, nostalgie, surréalisme et humour

On entrevoit, dans l’œuvre de Léo Berne, une approche comparable à celle d’un touriste, une collection de souvenirs de vacances, de moments fugaces. « Mais à la différence d’eux, je documente mes périples comme mon quotidien », ajoute l’auteur. Souvent prises de manière spontanée, ses images ne révèlent pas de démarche particulière ni de narration complexe. Elles existent, simplement. Objets éternels illustrant des instants éphémères. C’est cette énergie intuitive que la Galerie &co119 a souhaité souligner, à travers une scénographie reproduisant le temps qui s’écoule : 24 heures, depuis l’aube à la fin d’une journée. « La deuxième partie de l’exposition, qui débutera le 24 janvier prochain s’intitulera From dusk to dawn et mettra en avant le monde nocturne : un univers un peu différent, plus étrange, plus festif et pris au flash », commente le photographe, qui compare ces événements aux deux faces d’un vinyle.

Car il y a, dans les créations de Léo Berne, une dynamique intrigante, semblable à celle de la musique. Poésie, nostalgie, surréalisme et humour dialoguent, au cœur de ces images au grain marqué. Des compositions prises à l’argentique, donnant à l’ensemble une certaine identité. « J’aime devoir attendre avant de découvrir mes photos, l’importance du geste est ainsi décuplée », explique l’artiste. Avec talent – et chance parfois – le photographe réalise un tour du monde intime, du Chili au Vietnam, en passant par l’Espagne, la Suède ou même les États-Unis. Aux quatre coins de la planète, il capture ses amis, ses connaissances avec une fougue charmante. Légères et pétillantes, ses créations se lisent comme une série d’émotions fortes et brèves, prêtes à éclater au visage des visiteurs, laissant derrière elles une sensation satisfaisante de liberté.

 

From dawn to dusk – jusqu’au 15 janvier 2019

From dusk to dawn – du 24 janvier au 21 février

Galerie &co119, 119 rue Vieille du Temple, Paris 3e

© Leo Berne

© Leo Berne© Leo Berne

© Leo Berne

© Leo Berne© Leo Berne

© Leo Berne

© Leo Berne© Leo Berne

© Leo Berne

© Léo Berne

Explorez
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
© Albertine Hadj
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
Nos coups de cœur de la semaine, Albertine Hadj et Alessandro Truffa, emploient la photographie comme une manière de retranscrire et...
20 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
© Jana Sojka
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes donnent à voir les déclinaisons de la fragilité de l’existence.
19 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Quand l’étranger devient intime : les dialogues ininterrompus de Jana Sojka
© Jana Sojka
Quand l’étranger devient intime : les dialogues ininterrompus de Jana Sojka
Jana Sojka imagine des diptyques afin de donner cours à un dialogue ininterrompu. Dans un nuancier crépusculaire lui inspirant sérénité...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Charlie Tallott est le lauréat 2024 du prix Photo London x Nikon
© Charlie Tallott
Charlie Tallott est le lauréat 2024 du prix Photo London x Nikon
Le 15 mai 2024, à la Somerset House, le Photo London x Nikon Emerging Photography Award a annoncé son nouveau lauréat : Charlie Tallott....
16 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Forgotten in The Dark : l’hommage dansant de Tom Kleinberg
© Tom Kleinberg
Forgotten in The Dark : l’hommage dansant de Tom Kleinberg
Le festival Circulation(s) n’en finit pas de faire briller la jeune photographie européenne. Dans l’un des cubes de l’espace central du...
20 mai 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
© Albertine Hadj
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
Nos coups de cœur de la semaine, Albertine Hadj et Alessandro Truffa, emploient la photographie comme une manière de retranscrire et...
20 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
© Pelle Cass
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
Cette semaine, plongée dans l’œil de Pelle Cass. Dans Crowded Fields, le photographe américain immortalise des terrains de sport sur...
20 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
© Jana Sojka
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes donnent à voir les déclinaisons de la fragilité de l’existence.
19 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet