La poétique et brumeuse échappatoire de Roberto De Mitri

06 janvier 2023   •  
Écrit par Pablo Patarin
La poétique et brumeuse échappatoire de Roberto De Mitri

Si l’Italien Roberto de Mitri se présente comme un homme d’affaire diplômé d’économie, c’est pourtant le médium photographique qui l’épanouit avant tout, lui permettant de s’évader loin du pragmatisme de sa profession et du stress de son quotidien pour laisser place à son agitation intérieure. Pour lui, l’art est un outil d’introspection, de retranscription de ses émotions : « Ce qui m’anime, c’est l’envie de donner forme à mes démons, à mes passions, à mes tensions, non pas par des mots, mais par des images », explique le businessman. Ses sujets, qu’il s’agisse d’êtres ou de paysages, ont en commun leur évanescence, révélée par des poses longues, dont l’artiste raffole, venant métamorphoser le monde qui l’entoure. Balades oniriques ou mutations grotesques des corps et visages, les clichés inspirés de Roberto de Mitri se construisent à l’argentique et en noir et blanc – comme une échappatoire au réalisme coloré. Ses contrastes marqués, tout comme ses silhouettes féminines, évoquent Man Ray, qu’il érige en maître. Outre ses inspirations surréalistes, l’artiste cherche à rendre compte de formes expressionnistes et symboliques, sortes de fantômes ou mirages inspirés par le monde brumeux et mélancolique de la poétesse Emily Dickinson. Malgré les années de pratique, l’Italien n’a finalement rien perdu de son émerveillement enfantin à l’égard du 8e art : « Il y a, dans la photographie, quelque chose de magique et d’inaccessible qui me fascine. La profondeur et la densité des ombres, liquides et parfumées, comme de l’encre. La douceur des infinies nuances de gris, élégantes et enveloppantes comme du velours. La texture de l’image avec son grain corsé. Un véritable plaisir tactile pour les yeux et l’esprit », conclut-il poétiquement.

© Roberto De Mitri© Roberto De Mitri© Roberto De Mitri© Roberto De Mitri

 

© Roberto De Mitri

© Roberto De Mitri

© Roberto De Mitri

 

© Roberto De Mitri

© Roberto De Mitri

© Roberto De Mitri

 

 

 

Explorez
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
© Georgiana Feidi / Instagram
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
Notre sélection Instagram de la semaine brille de milles éclats naturels et fantasmés. Qu'elle fasse émerger une dimension fantastique à...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
© Salome Jishkariani
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
Salome Jishkariani et Luthor, nos coups de cœur de cette semaine, emploient le 8e art pour sonder le monde qui les environne. Si la...
27 mai 2024   •  
Zooms 2024 : Fisheye soutient Juliette Alhmah
Zooms 2024 : Fisheye soutient Juliette Alhmah
Le Salon de la Photo présente les Zooms 2024 ! L’occasion de (re)découvrir Toujours Diane, le songe éveillé de Juliette Alhmah...
24 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Enzo Lefort : un regard qui fait mouche
© Enzo Lefort
Enzo Lefort : un regard qui fait mouche
Enzo Lefort, le plus titré des escrimeurs français, est l’un des plus sûrs espoirs de médaille aux prochains Jeux olympiques. Dans...
23 mai 2024   •  
Écrit par Eric Karsenty
Nos derniers articles
Voir tous les articles
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
© Chantal Elisabeth Ariëns
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
Jusqu’au 20 juillet, le centre d’art Bildhalle à Amsterdam, accueille la photographe et artiste visuelle Chantal Elisabeth Ariëns, qui se...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
© Georgiana Feidi / Instagram
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
Notre sélection Instagram de la semaine brille de milles éclats naturels et fantasmés. Qu'elle fasse émerger une dimension fantastique à...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas