La vie secrète du papier : Vesna Vrdoljak ouvre les imaginaires

04 janvier 2023   •  
Écrit par Apolline Coëffet
La vie secrète du papier : Vesna Vrdoljak ouvre les imaginaires

Sujets insolites ou tendances, faites un break avec notre curiosité. Installée à Amsterdam, Vesna Vrdoljak donne une seconde vie à des photographies venues d’un autre temps. À l’aide d’ « une paire de ciseaux, d’un couteau et de colle », l’artiste collagiste ouvre les portes d’un monde serein qui révèle toute l’importance de la représentation.

Alors qu’elle se promenait dans les allées du musée d’art contemporain d’Amsterdam, Vesna Vrdoljak fait une rencontre inopinée qui changera sa vie : les collages de Kurt Schwitters. Sur les murs qui lui font face, les compositions « charmantes, désordonnées et abstraites » l’émerveillent et témoignent, en creux, de toute l’importance de la représentation. « Je ne savais pas que ce genre d’œuvres pouvait être considéré comme de l’art – et encore moins qu’il pouvait être exposé dans un musée ! Je trouvais cela très audacieux », se rappelle l’artiste. Dans le souvenir de cette vision marquante, un jour d’ennui, elle se munit d’ « une paire de ciseaux, d’un couteau et de colle » et part en quête de morceaux d’images et de papier, allant des cartes postales aux brochures de ces films anciens dont elle se délecte dans les salles obscures.

Au cœur de ses tableaux se déploie une nature aux lignes courbes ou fragmentées, marines ou montagneuses. « Le paysage offre de l’espace – l’espace nécessaire à la respiration et à la création d’histoires », nous souffle Vesna Vrdoljak. Minimalistes, ses collages associent toujours cet élément à un second, graphique ou indéfinissable, et jouent avec le contour de l’œuvre, souvent apparent. À cela s’ajoutent des taches, des égratignures et de légères décolorations. « J’aime attirer le regard sur les parties endommagées de l’image pour mettre en lumière les imperfections et l’accidentel. Je suis très sensible à la vie du papier. En montrant son altération, je témoigne de mon respect pour son existence passée. Avec le moins de découpes possible, j’essaie de créer une nouvelle réalité. Cela offre également un sentiment de mystère et d’intimité », affirme l’artiste.

Le charme fragile de l’éphémère

Ces territoires réinventés s’inscrivent dans une recherche d’équilibre entre l’étrange et le familier, ce qui nous échappe et nous rassure. « Il y a beaucoup de romantisme dans les anciennes photos. L’expérience et la mémoire du passé sont différentes pour chacun et chacune d’entre nous. En regardant ces images, je vagabonde dans mes pensées et crée ma propre histoire, nous confie notre interlocutrice. Tout le monde le fait. L’idée que le temps se manifeste dans la détérioration des clichés me rend très nostalgique. » Pareilles à des vanités d’un nouveau genre, ses œuvres cristallisent l’épanouissement fugace et mobile des êtres et des choses qui habitent notre Terre.

Les fleurs, « ses grands modèles », incarnent tout à fait cette idée. « Elles représentent la beauté universelle et intemporelle. Leur puissance me plaît, explique Vesna Vrdoljak. La floraison est synonyme de productivité, de mouvement et de développement. Les fleurs ne sont jamais les mêmes : elles sont toujours dans un état, dans une phase différente, tout comme les saisons. Elles s’épanouissent, puis elles meurent. Elles sont délicates, de la même manière que le papier est sujet à la décomposition. Cela correspond à la dynamique de la vie. » Par ce traitement singulier de l’image, l’artiste néerlandaise entend ainsi capturer le processus de transition auquel nul ne peut se soustraire, et célèbre le charme fragile de l’éphémère.

© Vesna Vrdoljak© Vesna Vrdoljak
© Vesna Vrdoljak© Vesna Vrdoljak

© Vesna Vrdoljak

© Vesna Vrdoljak© Vesna Vrdoljak
© Vesna Vrdoljak© Vesna Vrdoljak

 © Vesna Vrdoljak

Explorez
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
© Georgiana Feidi / Instagram
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
Notre sélection Instagram de la semaine brille de milles éclats naturels et fantasmés. Qu'elle fasse émerger une dimension fantastique à...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
© Salome Jishkariani
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
Salome Jishkariani et Luthor, nos coups de cœur de cette semaine, emploient le 8e art pour sonder le monde qui les environne. Si la...
27 mai 2024   •  
Zooms 2024 : Fisheye soutient Juliette Alhmah
Zooms 2024 : Fisheye soutient Juliette Alhmah
Le Salon de la Photo présente les Zooms 2024 ! L’occasion de (re)découvrir Toujours Diane, le songe éveillé de Juliette Alhmah...
24 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Enzo Lefort : un regard qui fait mouche
© Enzo Lefort
Enzo Lefort : un regard qui fait mouche
Enzo Lefort, le plus titré des escrimeurs français, est l’un des plus sûrs espoirs de médaille aux prochains Jeux olympiques. Dans...
23 mai 2024   •  
Écrit par Eric Karsenty
Nos derniers articles
Voir tous les articles
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
© Chantal Elisabeth Ariëns
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
Jusqu’au 20 juillet, le centre d’art Bildhalle à Amsterdam, accueille la photographe et artiste visuelle Chantal Elisabeth Ariëns, qui se...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
© Georgiana Feidi / Instagram
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
Notre sélection Instagram de la semaine brille de milles éclats naturels et fantasmés. Qu'elle fasse émerger une dimension fantastique à...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas