L’appel de Samuel Bollendorf

26 avril 2017   •  
Écrit par Anaïs Viand
L'appel de Samuel Bollendorf
Un film, une exposition et un journal. « La nuit tombe sur l’Europe » est un projet multimédia d’envergure mené par Samuel Bollendorf avec le soutien d’Amnesty International et le Fond de dotation Agnès B. Une exposition-enquête réalisée sur la route des Balkans à découvrir à la Canopée, au Forum des Halles jusqu’au 11 mai 2017.

À l’heure de l’entre-deux-tours, ce projet tombe à pic. « Re-sensibiliser » le citoyen aux questions de migration, telle est la mission que s’est donnée le photographe et vidéaste Samuel Bollendorf à travers cette exposition. Pendant six mois, il a parcouru la route des Balkans et a photographié des lieux clefs du chemin emprunté par des millions de migrants : les abords de la Mer Egée, la ville de Calais ou les centres d’accueil grecs. Nous avons tous été frappés par l’image du petit Aylan échoué sur la plage. Après elle, d’autres photos ont suivi mais elles n’ont pas eu le même impact. Comme si elles n’opéraient plus et ne faisaient que glisser sur nous… La nuit tombe sur l’Europe est un cri de conscience, un acte citoyen pour Samuel Bollendorf qui a décidé d’aborder le sujet sous un nouvel angle.

"Ce ne sont pas des gilets de sauvetage mais des gilets de la mort. C’est simplement un massacre. C’est pour ça que tant d’enfants se noient. La plupart ne savent pas nager, mais ils n’ont de toute façon aucune chance de flotter." / © Samuel Bollendorf
“Ce ne sont pas des gilets de sauvetage mais des gilets de la mort. C’est simplement un massacre. C’est pour ça que tant d’enfants se noient. La plupart ne savent pas nager, mais ils n’ont de toute façon aucune chance de flotter.” / © Samuel Bollendorf

Le dispositif scénique est à l’image du sujet : considérable. En plein passage de la Canopée, de grands panneaux mesurant 4 mètres sur 2 et posés à même le sol accrochent le regard. Car « pour stopper la foule, pour s’insérer dans le flux, il faut faire bloc », nous explique Samuel Bollendorf. Chacun de ces blocs sont composés d’une photographie de lieu et d’un témoignage. Les paysages déserts sont aussi éloquents que les textes, qui racontent crument le quotidien d’enfants, d’hommes et de femmes tentant de rejoindre l’Europe.

Pour le photographe, il s’agit d’une scénographie nécessaire pour que les visiteurs puissent « se figurer ce qu’il y a pu se dérouler ». L’expérience d’immersion est renforcée par la diffusion d’un film. Dans l’espace de projection, nous pouvons découvrir la mer et entendre la voix de Catherine Deneuve. Elle nous livre un récit à la première personne et nous permet ainsi de nous identifier à Maria, syrienne, qui a perdu son mari pendant la guerre et qui a eu des relations sexuelles forcées pour pouvoir traverser. Ou encore à Saïd qui a payé 10 000 $ pour embarquer sur un bateau avec sa femmes et ses enfants. Lui seul a survécu.

Une vague d’espoir dans une Europe à la dérive

L’exposition est à l’image du titre : alarmante. L’Europe aurait-elle oubliée d’assurer ses missions sociales et humaines ? Si la nuit est tombée sur l’Europe, elle est aussi tombée sur l’espoir de nombreux migrants. Une image pourtant contrebalance ce regard. Il s’agit d’un grand panneau dressé sur un terrain vague. Dessus, un mot : « hope ». Il est écrit de la main de migrants. Samuel Bollendorf, habituellement pessimiste, espère que cette exposition soit « suffisamment poignante et pédagogique » et fasse éviter un maximum le « vote de repli sur soi ».

© Samuel Bollendorf
En juin 2015, il y a eu jusqu’à 6 500 tentatives d’intrusion sur le site d’Eurotunnel. 10 personnes tentant de passer en Angleterre sont mortes ce même été.
“En juin 2015, il y a eu jusqu’à 6 500 tentatives d’intrusion sur le site d’Eurotunnel. 10 personnes tentant de passer en Angleterre sont mortes ce même été.” / © Samuel Bollendorf

La nuit tombe sur l’Europe
Samuel Bollendorf
Au Forum des Halles, jusqu’au 11 mai 2017
10 passage de la Canopée – 75001 Paris

Explorez
Photographier en Normandie : un laboratoire de créativité
Hippolyte MACAIRE, Louis Cyrus MACAIRE, Navire quittant le port du Havre, 1851, daguerréotype, 15 x 11 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France
Photographier en Normandie : un laboratoire de créativité
Dans le cadre de la 5e édition du festival pluridisciplinaire Normandie Impressionniste, le MuMa – Musée d’art moderne André Malraux au...
29 mai 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
© Chantal Elisabeth Ariëns
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
Jusqu’au 20 juillet, le centre d’art Bildhalle à Amsterdam, accueille la photographe et artiste visuelle Chantal Elisabeth Ariëns, qui se...
28 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
C’est l’heure du récap' ! Cette semaine, les photographes de la semaine immortalisent leurs propres visions de mondes qu’iels regrettent...
26 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
À bord de la Volvo de Joël Meyerowitz au Museo Picasso Málaga
Malaga, 1966 © Joël Meyerowitz
À bord de la Volvo de Joël Meyerowitz au Museo Picasso Málaga
Il y a soixante ans, le photographe américain Joël Meyerowitz foulait le sol de la ville de Málaga, en Espagne. Cette année, du 15 juin...
24 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus #73 : les mutations sacrées de Zoé Chauvet
05:07
© Fisheye Magazine
Focus #73 : les mutations sacrées de Zoé Chauvet
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Zoé Chauvet croise le documentaire et l'abstraction et tisse les liens du corporel au...
29 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Courrier des photographes #1 : être ou ne pas être photographe, telle est la question
© Roman Jehanno / Instagram
Courrier des photographes #1 : être ou ne pas être photographe, telle est la question
Vous êtes photographe ou vous souhaitez le devenir ? Vous avez des questions sur cette profession qui fait rêver, mais ne savez pas où...
29 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Photographier en Normandie : un laboratoire de créativité
Hippolyte MACAIRE, Louis Cyrus MACAIRE, Navire quittant le port du Havre, 1851, daguerréotype, 15 x 11 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France
Photographier en Normandie : un laboratoire de créativité
Dans le cadre de la 5e édition du festival pluridisciplinaire Normandie Impressionniste, le MuMa – Musée d’art moderne André Malraux au...
29 mai 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
© Chantal Elisabeth Ariëns
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
Jusqu’au 20 juillet, le centre d’art Bildhalle à Amsterdam, accueille la photographe et artiste visuelle Chantal Elisabeth Ariëns, qui se...
28 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina