Le palmarès du Nikon Film Festival, une histoire de partage

29 mars 2019   •  
Écrit par Anaïs Viand
Le palmarès du Nikon Film Festival, une histoire de partage

Jeudi 28 mars, le Nikon Film Festival dévoilait son palmarès au public. Une 9ᵉ édition sous le signe du partage. Focus sur les courts-métrages récompensés.

Le Nikon Film Festival continue sur sa lancée au plus grand plaisir des internautes vidéastes et des internautes qui ont répondu en masse à l’appel. La 9ᵉ édition du festival de courts-métrages a réunit 1249 films en compétition et 118 000 votes en ligne pour le prix du public. Les autres prix ont été attribués par le jury présidé par la scénariste et actrice Marjane Satrapi.

Partage – Grand Prix du Jury

Pour Johann Dionnet et Marc Riso, le partage est une histoire de sandwich et de banc public. Les deux amis partagent avec nous un beau moment de rigolade…

 Je suis si loin – Prix Canal + / Prix de la Mise en scène

Parfois, il y a des choses simples qui ne le sont pas. Léo Grandperret a imaginé une course contre la montre tendre et drôle. Un trhiller délicat.

Je suis de trop – Prix de la Meilleure Photographie

Pas évident de s’intégrer, surtout pour Michel. Cynisme, humour, Maxime Baudin maîtrise les codes de la comédie qui tourne mal. La mise en scène et le jeu d’acteur sont renversants.

Charlie Bruneau dans Je suis samedi en quinze – Prix d’Interprétation Féminine

Samedi en quinze, c’est pas samedi en huit. En quelques minutes, Charlie Bruneau est parvenue à marquer sa place dans cette comédie signée Yannick Privat.

Victor Steil dans Je suis avec eux – Prix d’Interprétation Masculine

Ce n’est pas l’amour qui rend aveugle, mais plutôt l’indifférence. Matthieu Ponchel et Prïncia Car ont imaginé un scénario déconcertant. Un jeune homme, Victor Steil est pris dans un tourbillon qui le dépasse.

Virale – Prix du Meilleur Son

La rumeur, le son et la catastrophe. Tout va très vite dans le court-métrage de Sophie Jarmouni. Virale invite à réfléchir aux impacts des réseaux sur nos vies (réeelles).

Je suis l’apache – Prix des Écoles

Un adolescent timide se rend à une fête costumée. Il y rencontre celle qu’il aime secrètement depuis le collège… Une tendre histoire d’amour résumé en 2 minutes et 20 secondes.

Indépendamment des prix du jury du festival, les prix des Médias et du Public ont récompensé deux autres courts-métrages.

Je suis nous – Le Prix des Médias

Je suis la vie – Prix du Public

Les coups de cœur de la rédaction

Je suis le mur du son

Une soirée raclette entre amis, cela vous tente ? Cédric Martin et Arnaud Pereira ont conçu un scénario décalé et intelligent qui questionne le rapport à l’autre. À visionner de toute urgence.

Je suis ta moitié

« Je me lève et je te bouscule, comme d’habitude », chantait Claude François. Vie de couple, routine, amour et partage. En deux minutes et vingt secondes, Julia Boutteville a réussi à aborder des sujets précieux.

Explorez
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
© Abhishek Khedekar 2023 courtesy Loose Joints
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
Pendant plusieurs années, Abhishek Khedekar s’est immiscé dans le quotidien d’une communauté nomade indienne composée d’une centaine de...
28 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •  
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
© Lauren Gueydon
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
Tetiana Tytova et Lauren Gueydon, nos coups de cœur de la semaine, s’intéressent toutes deux à la photographie de mode. La première s’en...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
© Marta Bogdanska
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
Pour le festival australien PHOTO 2024, qui se déroulera du 1er mars au 12 mai, l’exposition Only the future revisits the past se propose...
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Costanza Spina
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
© Annabelle Foucher
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
Le temps de L’Étoffe de l’être, les œuvres d’Annabelle Foucher, lauréate du Grand Prix Picto de la Photographie de mode en 2023, se...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
L’écocide en ligne de mire
© Oleksandra Zborovska, When The River Left The Shores, 2023
L’écocide en ligne de mire
Ce terme est brutalement réapparu dans l’actualité avec la guerre en Ukraine et la destruction du barrage de Kakhovka, dans le sud du...
Il y a 9 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
05:04
© Fisheye Magazine
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Henri Kisielewski analyse, au cœur de Non Fiction, la puissance narrative de la...
28 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas