Les compositions pop et décalées de Tropico Photo

24 décembre 2021   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les compositions pop et décalées de Tropico Photo

« J’ai toujours voulu repousser les limites des combinaisons de couleurs, des émotions et de l’excitation qu’elles peuvent procurer. Forrest a, quant à lui, un œil incroyable pour la composition. Cette complémentarité est essentielle au dialogue visuel que nous entretenons », explique Michelle Norris, membre de Tropico Photo. Un duo qu’elle forme avec Forrest Aguar, et qui a vu le jour à l’université de Géorgie, aux États-Unis. Car, très vite, les deux photographes alors étudiants, se sont rendu compte qu’ils partageaient les mêmes inspirations. Les œuvres de Ren Hang, Miranda Makaroff, Ricardo Bofill, Jimmy Marble et Andrew B. Myers faisaient déjà partie de leurs grands classiques. Mais c’est surtout leur inclination commune pour les teintes saturées qui a fini par les convaincre du bienfondé d’une collaboration. « Notre travail, poursuit-elle, a toujours été optimiste, vif et axé sur des tableaux forts et géométriques. Il est conçu pour être joyeux ! » Une manière de rehausser le quotidien, et de nous transporter dans le monde surréel de l’inattendu. Un monde où la temporalité n’existe plus. Les clichés de Tropico Photo se lisent ainsi comme des fictions colorées, qui se déploient au gré des regards.

© Tropico Photo© Tropico Photo© Tropico Photo© Tropico Photo© Tropico Photo© Tropico Photo© Tropico Photo© Tropico Photo

© Tropico Photo

Explorez
The Unmovable Mover : l'usine imaginaire d'Alessandra Leta
© Alessandra Leta
The Unmovable Mover : l’usine imaginaire d’Alessandra Leta
L’artiste italienne Alessandra Leta construit une fiction en fragments, qui prend pour contexte une usine imaginaire de pièces détachées...
12 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Tatiana Lopez : s'approprier son histoire à coups d'aiguille
© Tatiana Lopez
Tatiana Lopez : s’approprier son histoire à coups d’aiguille
La délicate broderie qui s’esquisse sur les polaroids de Tatiana Lopez narre l’histoire de minorités. Les récits de femmes et de...
05 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Participez à nos lectures de portfolio sur le thème des fiertés !
© Michael Oliver Love
Participez à nos lectures de portfolio sur le thème des fiertés !
Dans le prolongement de notre dernier numéro – dédié aux fiertés – Fisheye organise des lectures de portfolio le 13 juin 2024....
04 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Here, In Absence : les contemplations en musique de Mikael Siirilä
© Mikael Siirilä
Here, In Absence : les contemplations en musique de Mikael Siirilä
Dans Here, In Absence, Mikael Siirilä donne une nouvelle vie à des photographies que nous vous avions déjà présentées il y a quelques...
31 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
How I Met Jiro : les marges d'Osaka révélées par Chloé Jafé
© Chloé Jafé
How I Met Jiro : les marges d’Osaka révélées par Chloé Jafé
Avec How I Met Jiro, livre édité conjointement par The(M) Editions et IBASHO, Chloé Jafé clôt une trilogie en trois chapitres qui conte...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
© Eudora Welty
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
Du 26 juin au 29 septembre le Pavillon Populaire de Montpellier exposera Eudora Welty et Gabriele Münter, deux femmes artistes majeures...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
Campbell Addy : quand la nuance reprend ses droits
© Campbell Addy
Campbell Addy : quand la nuance reprend ses droits
Jeune photographe à l'ascension fulgurante, Campbell Addy s'engage corps et âme pour offrir une visibilité aux personnes noires et queer...
13 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Focus : la communauté LGBTQIA+ donne de la voix
© Michael Young
Focus : la communauté LGBTQIA+ donne de la voix
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·es dans nos pages....
12 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas