Les coups de cœur #216

03 décembre 2018   •  
Écrit par Anaïs Viand
Les coups de cœur #216

Emma Masciotti livre sa vision sur Londres et Frédéric Agius transforme et raconte une réalité altérée. Voici nos deux photographes coups de cœur de la semaine.

Emma Masciotti

Emma Masciotti, photographe italienne étudie à Londres, au London College of Communication.
« J’ai toujours été fascinée par la photographie, j’ai commencé à utiliser un boîtier pour capturer des situations et des événements trop difficiles à décrire avec des mots », se souvient-elle. Emma préfère des clichés aléatoires aux mises en scène. Les images composant sa série La signora di Tooting Broadway documente un quartier au sud de Londres dans lequel elle a vécu, Tooting Broadway. « Un endroit particulier, fait de contraste et de diversité ». En parcourant ses images, le lecteur rencontre entre autres une femme « qui vit dans la rue de Tooting et qui a fait de ce banc sa maison depuis des années maintenant. Ses amis ? Les passants et les magasins ». Emma signe ici un portrait singulier de Londres, où les problèmes de logement demeurent.

© Emma Masciotti © Emma Masciotti © Emma Masciotti

© Emma Masciotti

Frédéric Agius

Frédéric Agius devient photographe en 2014, en achetant un vieil argentique Russe (Zorki 4). Pour ce dernier, la photographie est « la possibilité de raconter les choses, tout en passant par le filtre de la subjectivité de chacun. »
Curieux, le photographe aime transformer, en témoigne sa série Altered reality. « J’ai fait, avec les composants qui m’entourent, une radiographie émotionnelle de l’instant. C’est un moyen de montrer comment le temps transforme la réalité », confie-t-il. Dans ces clichés, l’image devient une douce représentation d’une « réalité définitivement altérée ».

© Frédéric Aigus © Frédéric Aigus © Frédéric Aigus

© Frédéric Aigus© Frédéric Aigus

© Frédéric Agius

Image d’ouverture © Frédéric Agius

Explorez
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
© Andrea Sena
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Andrea Sena, qui s’est attachée à capturer la fête comme acte de résistance en temps de guerre. Pour...
19 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 12.02.24 au 18.02.24 : un éveil réparateur
© Maurine Tric
Les images de la semaine du 12.02.24 au 18.02.24 : un éveil réparateur
C’est l’heure du récap’ ! Cette semaine, les photographes mis·es en avant par Fisheye ont en commun de transmettre des valeurs de soin et...
18 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina