Les coups de cœur #433

Les coups de cœur #433

Stéphanie Di Domenico et Domenico Matera, nos coups de cœur #433, partagent leurs émotions vives et nostalgiques. Tandis que l’une utilise la photographie comme exutoire à la suite d’une douloureuse rupture, l’autre capture des espaces abandonnés de sa région natale, en Italie.

Domenico Matera

« Par rapport à d’autres disciplines artistiques, la photographie a le pouvoir de communiquer en direct. Une sélection d’images peut devenir une exposition, une édition, et laisser sa marque sur les spectateurices. À travers ses clichés, un·e photographe trace un chemin, dissémine des idées, inscrit un trait indélébile sur le monde », déclare Domenico Matera. Pour l’auteur italien âgé de 22 ans, c’est l’émotion brute, celle qui résonne dans le temps et qui cause des turbulences des années plus tard qui importent. Initié au médium par son père, lui-même passionné, il se décrit aujourd’hui comme un observateur, capable d’établir une relation avec les différentes choses qu’il perçoit. Une démarche incarnée qu’il explore dans EarthSky. Le projet se lit comme un périple au cœur d’un espace abandonné de sa région natale. Là, parmi les champs fleuris et les roches pâles, se cachent des fermes rurales au charme passé, des oiseaux de proie guettant leur prochain repas. Tout un écosystème ignoré par la modernité. « Le silence n’est brisé que par les cloches que portent les vaches et les vents puissants qui enveloppent les collines nuageuses. Il me semble le voir danser dans l’herbe », raconte le photographe. Une immersion paisible dans un territoire authentique, où le brouhaha de la société contemporaine semble laisser place à cette sérénité qu’on ne parvient à ressentir qu’en osmose avec la nature.

© Domenico Matera

© Domenico Matera© Domenico Matera
© Domenico Matera© Domenico Matera

© Domenico Matera

© Domenico Matera

Stéphanie Di Domenico

Installée dans les Landes, Stéphanie Di Domenico débute la photographie à la suite d’une rupture amoureuse douloureuse. « Une autre femme a déjà pris ma place. Je pense alors que je ne remonterais jamais la pente. Je me cache souvent dans ma salle de bain pour pleurer et c’est là où je commence à me prendre en photo et faire connaissance avec celle qui traverse le miroir », confie la photographe âgée de 46 ans. Le médium agit alors rapidement comme un « antidote à l’amour ». Autodidacte, elle commence à se photographier quotidiennement. Puis, Another day before death voit le jour. Tel un exutoire, Stéphanie Di Domenico partage dans ce projet visuel ses états d’âme, ses pensées négatives. Bien que son univers baigne dans des teintes sombres, elle capture également des femmes qui souhaitent se réapproprier leur corps. Véritable processus thérapeutique, ces séances emplies de bienveillance et de poésie permettent à l’artiste d’aller plus loin dans sa pratique. « La photographie comme moyen de prendre soin de soi ? J’en suis convaincue », déclare-t-elle. Ses clichés, principalement en noir et blanc, s’inspirent notamment de la peinture italienne, de la renaissance et du baroque. Par ce choix de colorimétrie, Stéphanie Di Domenico souhaite mettre en avant la profondeur, la force et les émotions qu’il procure. « Au milieu de ce chaos, j’ai décidé de (sur)vivre. Croyez en vous ! », conclut la photographe. 

© Stéphanie Di Domenico© Stéphanie Di Domenico
© Stéphanie Di Domenico© Stéphanie Di Domenico
© Stéphanie Di Domenico© Stéphanie Di Domenico

© Stéphanie Di Domenico

Image d’ouverture : © Stéphanie Di Domenico

Explorez
Looking at my brother : mes frères, l’appareil et moi
© Julian Slagman
Looking at my brother : mes frères, l’appareil et moi
Projet au long cours, Looking at My Brother déroule un récit intime faisant éclater la chronologie. Une lettre d’amour visuelle de Julian...
09 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Rafael Medina : corps libres et désirés 
© Rafael Medina
Rafael Medina : corps libres et désirés 
En double exposition, sous les néons des soirées underground, Rafael Medina développe un corpus d'images grisantes, inspirées par les...
27 juin 2024   •  
Écrit par Anaïs Viand
Pierre et Gilles, in-quiétude et Cyclope : dans la photothèque de Nanténé Traoré
© Nanténé Traoré, Late Night Tales, 2024 / Un ou une artiste que tu admires par-dessus tout ?
Pierre et Gilles, in-quiétude et Cyclope : dans la photothèque de Nanténé Traoré
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
26 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Les coups de cœur #498 : Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno
© Tommy Keith
Les coups de cœur #498 : Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno
Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno, nos coups de cœur de la semaine, dépeignent le paysage alentour chacun à leur manière. Le...
24 juin 2024   •  
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
© Damien Krisl
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes de Fisheye sondent le futur en interrogeant le temps présent.
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Lorine © Hélène Mastrandréas
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Après avoir perdu une partie de son autonomie, la photographe de réalisatrice Hélène Mastrandréas réalise que sa vie a changé à jamais....
13 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
© Claire Jaillard
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
Le 6 juillet s’est clôturé la première semaine des Rencontres d’Arles 2024. À la cour de l’Archevêché, lieu historique du...
13 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Géographie de la domination : l'horreur vue du ciel
© Paul Mesnager
Géographie de la domination : l’horreur vue du ciel
Projet multiforme à la croisée du livre et de l’exposition virtuelle, Géographie de la domination nous fait prendre de la hauteur pour...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin