Les minots de la photo

19 avril 2016   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les minots de la photo
Des ados des quartiers Nord de Marseille documentent leur quotidien et partent en reportage au cœur de la ville. Sortie photo sous le soleil, exactement.

Il faut les voir, les minots, appareils photo à la main, tout sourire, débarquant au pied de la Cité radieuse. Ils s’appellent Ryad, Nani, Rayan, Oussam, Alfa et Nabil, ils ont entre 12 et 16 ans. Tous habitent La Castellane, dans les quartiers Nord de Marseille. Aujourd’hui, les apprentis photographes ont pour terrain de jeu la célèbre « Maison du fada », dessinée par le célèbre Le Corbusier, dans le 8e arrondissement. Ils sont accompagnés de Teddy Seguin, photographe, et de Naba, animateur du centre social.

 Au-delà de ses activités professionnelles – pour la presse et pour une équipe d’archéologie sous-marine –, Teddy Seguin mène un projet baptisé Insulae depuis près de cinq ans. Le photographe retrouve en effet plusieurs caractères propres à l’isolement des îles sur des lieux non entourés d’eau. Comme pour la cité de la Castellane, « une véritable forteresse, on est dans le parfait exemple du territoire isolé en milieu urbain », explique-t-il. Une forteresse dans laquelle on ne pénètre pas si facilement, surtout avec un appareil photo. À l’époque, Teddy a alors pris contact avec le centre social du quartier, qui, toujours à la recherche de nouveaux projets culturels au sein de la cité, lui a demandé d’animer des ateliers.

© Marie Abeille
Dans les couloirs du Corbusier, Alfa cherche des points de vue originaux / © Marie Abeille
Oussam, Ryad et Alpha, sur le toit du Corbusier / © Marie Abeille
Oussam, Ryad et Alpha, sur le toit du Corbusier / © Marie Abeille

Les quatre saisons

Malgré une « absence totale de fibre pédagogique », de son propre aveu, le photographe a accepté. En septembre 2014, il a commencé à enseigner les bases de la prise de vue à une petite dizaine d’ados. Ensemble, ils ont élaboré le projet « Les quatre saisons de la Castellane », destiné à couvrir le quotidien de la cité tout au long de 2015, et qui a donné lieu à cinq expositions. Aux rendez-vous du mercredi se sont ajoutées des semaines de stage durant les vacances scolaires, l’occasion pour Teddy d’étendre les champs d’investigation des jeunes photographes.

 À la Cité radieuse, les minots sont en pleine forme. Ils se marrent, le long des couloirs colorés, se penchent, se courbent, se perchent pour prendre des photos. Ils se font remettre en place par Naba quand ils s’éloignent de leur zone d’exploration. L’idée est de réaliser des reportages à l’extérieur de la cité et de publier deux ou trois magazines pour les habitants de leur quartier. Teddy les guide, mais les laisse très libres dans leur approche de la photo : « Je n’essaie pas de leur transmettre la technique ; plutôt des notions de cadrage, de lumière, de composition. » Prises de vue donc, mais aussi interview des habitants afin d’analyser les points communs entre les deux cités : celle des beaux quartiers et celle des oubliés. Pour poser des questions, les ados se font plus timides : « J’ai pas d’idée », lâche Rayan. Teddy lui donne des pistes et l’accompagne interroger une femme qui prend le soleil sur le toit-terrasse de l’immeuble.

Caste_01-fisheyelemagCaste_02-fisheyelemagCaste_05-fisheyelemagCaste_07-fisheyelemagCaste_14-fisheyelemagCaste_15-fisheyelemagCaste_21-fisheyelemagCaste_22-fisheyelemagCaste_25-fisheyelemagCaste_26-fisheyelemagCaste_31-fisheyelemagCaste_33-fisheyelemagCaste_34-fisheyelemagCaste_39-fisheyelemagCaste_40-fisheyelemag

Ouverture

Le vent souffle fort au sommet de la « Maison du fada », et la vue à 360 degrés est l’une des plus belles de Marseille. On aperçoit les barres de la Castellane, au nord, à la périphérie de la ville. Naba a 24 ans, autant d’années passées dans sa cité et c’est une première visite pour lui aussi. Pourquoi a-t-il attendu si longtemps ? « Si personne ne te dit de venir, pourquoi tu le ferais ? » répond-il. C’est important de sortir de la cité, mais aussi de ramener un témoignage de ce qu’ils y ont vu pour les habitants de la Castellane. Une ouverture qui pourrait sembler dérisoire, mais qui apporte plus qu’il n’y paraît en recréant un lien social rompu par des années de politique inégalitaire…

… L’intégralité de cet article est à retrouver dans Fisheye #17, en kiosque actuellement.

Explorez
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
La sélection Instagram #450 : les déclinaisons du grain
© Veronique Van Hoorick / Instagram
La sélection Instagram #450 : les déclinaisons du grain
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram partagent un attrait pour les images au grain saillant. Dans des approches...
16 avril 2024   •  
30 ans après ? : à Niort, tous les futurs se déclinent
© Marine Combes
30 ans après ? : à Niort, tous les futurs se déclinent
Les Rencontres de la jeune photographie internationale célèbrent leurs 30 ans à Niort. Pour l’occasion, le festival propose aux neuf...
09 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Dyal Thak : Kin Coedel, tisserand d'un Tibet onirique
© Kin Coedel
Dyal Thak : Kin Coedel, tisserand d’un Tibet onirique
Pour réaliser Dyal Thak, Kin Coedel s’est rendu à de multiples reprises sur le plateau tibétain. Là-bas, le photographe chinois a...
09 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
© Maewenn Bourcelot
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine creusent l'énigme derrière les images, puisent dans les possibilités du 8e art...
Il y a 11 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
© Chloé Milos Azzopardi
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
Du 6 au 28 avril, Maison Sœur accueille Ces corps qui nous traversent, une exposition qui nous inivite à repenser notre rapport au vivant.
19 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Photon Tide, le glitch à l'âme
© Photon Tide
Photon Tide, le glitch à l’âme
« Je voudrais que vous n'ayez pas peur de ce qui se trouve dans votre esprit, mais que vous l'embrassiez », déclare Photon Tide, ou « Pho...
19 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas