Les paysages brumeux de Markus von Knorring

08 octobre 2019   •  
Écrit par Julien Hory
Les paysages brumeux de Markus von Knorring

Avec ses paysages brumeux, Markus von Knorring installe une ambiance où jouent le visible et l’invisible. Dans une atmosphère presque palpable, le photographe finlandais convoque l’imagination du spectateur.

« Tout commence par une sensation. Lorsque vous êtes suffisamment proches de la nature comme je le suis, vous pouvez ressentir que quelque chose de spécial se passe dans l’air. Cela peut venir de la façon dont la lumière tombe ou de l’odeur de la pluie. » Markus von Knorring explique ici sa proximité avec la nature qu’il saisit. Originaire d’Helsinki, résidant à Stockholm, il partage son temps entre la ville et la campagne. C’est au milieu de cette dernière qu’il puise son inspiration et libère ses ambitions créatrices. « À l’origine, je suis cinéaste, je travaillais comme technicien dans une boîte de location de matériel et en tant que free-lance. C’était très technique, alors la photographie a été une échappatoire pour mon imaginaire, confie-t-il.»

Souvent, un épais brouillard presque palpable s’installe dans les images de Markus von Knorring. « Pour moi, la brume superpose une couche de mystère à l’ambiance. Je suis fasciné par tous les différents phénomènes naturels, mais le brouillard est parfois délicat à capturer, il peut s’installer et disparaître d’une minute à l’autre. » Il dessine ainsi des contours incertains qui révèlent un monde fantasmagorique propice à la construction de petits contes. « En tant que chef opérateur, je raconte toujours des histoires par l’image, explique-t-il. J’aime l’idée que mes photos sont les images d’un film qui n’existera jamais. »

© Markus von Knorring

Regarder les plantes germer

Markus van Knorring vit au rythme des saisons. Un cycle qu’il a ignoré pendant son enfance. « Quand j’étais plus jeune, je vivais en ville et je n’avais pas beaucoup de contact avec la nature. Maintenant, je peux regarder les plantes germer et pousser au printemps, et voir les mêmes mourir au premier gel. Bien que ce soit le même paysage, ce n’est pas seulement l’apparence qui change, mais aussi l’ambiance. » Pour trouver ces décors et construire son théâtre, il parcourt la campagne en voiture pendant des heures, souvent sans se rendre compte que la journée passe. Mais la prise de vue n’est qu’une étape dans la vie de l’image. L’artiste finlandais consacre également beaucoup de temps à sélectionner les photographies sur lesquelles il va poursuivre le travail de post-production.

Dans les prises de décisions liées à sa pratique, il est aidé par sa compagne qui joue le rôle de directeur artistique personnel. « Parfois, vous pouvez être bloqué mentalement à propos d’un cadre ou d’un choix de couleur, note-t-il. Il est donc important d’avoir un avis extérieur, quelqu’un avec qui échanger. » C’est pourquoi il utilise également beaucoup Instagram et n’hésite pas à solliciter la communauté. Aujourd’hui, il veut se consacrer pleinement à la création et, sans en dire plus, il nourrit des projets photographiques où il explore le moyen format. Nous suivrons donc les évolutions artistiques de Markus van Knorring avec attention.

© Markus von Knorring

© Markus von Knorring

© Markus von Knorring

© Markus von Knorring

© Markus von Knorring

© Markus von Knorring

© Markus von Knorring

Explorez
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
© Chloé Milos Azzopardi
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
Du 6 au 28 avril, Maison Sœur accueille Ces corps qui nous traversent, une exposition qui nous inivite à repenser notre rapport au vivant.
19 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les éternels éphémères : des abeilles et des hommes
© Maewenn Bourcelot
Les éternels éphémères : des abeilles et des hommes
C’est un monde sublime et violent, enchanté et tragique, énigmatique et d’une évidence terrible. Avec Les Éternels Éphémères, la...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Ces séries photographiques qui apprivoisent la ville
© Craig-Whitehead
Ces séries photographiques qui apprivoisent la ville
Dans la rue, au cœur du fourmillement de la foule ou au fil des bâtiments qui façonnent la réalité urbaine, les photographes n’ont de...
16 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Fotohaus Bordeaux 2024 : appréhender le littoral et ses territoires autrement
© Nancy Jesse
Fotohaus Bordeaux 2024 : appréhender le littoral et ses territoires autrement
En ce mois d’avril, la ville de Bordeaux célèbre le 8e art. Parmi les nombreuses expositions à découvrir figure Fotohaus Bordeaux, qui...
11 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
© Maewenn Bourcelot
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine creusent l'énigme derrière les images, puisent dans les possibilités du 8e art...
Il y a 11 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
© Chloé Milos Azzopardi
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
Du 6 au 28 avril, Maison Sœur accueille Ces corps qui nous traversent, une exposition qui nous inivite à repenser notre rapport au vivant.
19 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Photon Tide, le glitch à l'âme
© Photon Tide
Photon Tide, le glitch à l’âme
« Je voudrais que vous n'ayez pas peur de ce qui se trouve dans votre esprit, mais que vous l'embrassiez », déclare Photon Tide, ou « Pho...
19 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas