Les Portraits d’artistes d’Irving Penn ou le reflet de la scène artistique de son temps

15 juin 2023   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les Portraits d’artistes d’Irving Penn ou le reflet de la scène artistique de son temps
Jusqu’au 1er octobre 2023, les portraits d’artistes d’Irving Penn, issus de la collection Pinault, se dévoilent à Dinard, entre les murs de la Villa Les Roches Brunes. Un ensemble de 74 tirages en noir et blanc dresse le panorama du paysage artistique, dans toute sa déclinaison, qui animait son temps.

« Dans la photographie de portrait, il y a quelque chose de plus profond que nous recherchons à l’intérieur d’une personne tout en étant douloureusement conscients qu’une des limites de notre médium est que l’intérieur n’est enregistrable que dans la mesure où il est apparent à l’extérieur », pouvons-nous lire sur l’un des murs de la Villa Les Roches Brunes. Tout autour, une multitude de visages aux nuances monochromes s’affichent fièrement sur les cimaises. Cet ensemble d’émotions disparates a été immortalisé par Irving Penn, à qui nous devons également cette phrase liminaire. Nous sommes au cœur d’une demeure de la Belle Époque, qui surplombe la superbe côte d’Émeraude et accueille, en ce moment même, une exposition sur l’illustre photographe. Instiguée par François Pinault, Portraits d’artistes donnent à voir 74 tirages issus de ses collections. Le premier cliché classique jamais acheté par l’homme d’affaires français était signé Irving Penn.

© The Irving Penn Foundation Pinault Collection© The Irving Penn Foundation Pinault Collection

Irving Penn © The Irving Penn Foundation

Un portraitiste de son temps

Dans les méandres de la villa, des figures connues, et d’autres qui, de nos jours, le sont beaucoup moins, se dessinent peu à peu. Nous reconnaissons bien sûr les traits familiers de Pablo Picasso, qui nous font face dès le pas de la porte d’entrée franchi. Puis, à mesure que nous nous approchons, nous redécouvrons ce génie que nous ne saurions désormais dissocier de sa misogynie. Comme un autoportrait dissimulé, son œil réfléchit les contours d’Irving Penn qui devient alors le centre de l’image. Il semble ainsi rappeler, en contrepoint, que cette réunion singulière est de son fait. Marlene Dietrich, Salvador Dalí, Colette, Louis Armstrong, Joséphine Baker, David Bowie et Iman, Ingmar Bergman… Dans les pièces adjacentes, d’autres artistes des formes et des couleurs, des mots et des sons, des planches et des édifices se dévoilent, esquissant la fresque de celles et ceux qui ont participé à créer une époque.

Placés dans des environnements neutres et quelquefois dans des coins, les artistes s’expriment comme bon leur semble. Souvent, leurs mains se livrent à une étonnante chorégraphie et s’imposent comme un moyen de révéler autrement. Véritable synecdoque, elles sont semblables à un miroir de l’être et traduisent un souci du détail. Ces fameux « corner portraits » – imaginés aux côtés d’Alexander Libermann, directeur artistique pour Vogue de 1942 à 1990 – souligne la complicité existante entre le photographe et la revue de mode pour laquelle il travailla pendant près de soixante ans. Porté par la beauté des images, quel que soit leur format ou leur support, Irving Penn avait un égal respect pour les magazines et les livres et faisait fi de ce qui était considéré comme relevant du populaire ou de l’élitiste. Portraitiste de son temps, Irving Penn témoignait d’une pareille générosité lorsqu’il s’agissait des sujets qu’il capturait.

© The Irving Penn Foundation Pinault Collection

Irving Penn © The Irving Penn Foundation

© Condé Nast Pinault Collection© Condé Nast Pinault Collection

Irving Penn © Condé Nast

© Condé Nast Pinault Collection© Condé Nast Pinault Collection

Irving Penn © Condé Nast

© Condé Nast Pinault Collection

Irving Penn © Condé Nast

Image d’ouverture : Irving Penn © Condé Nast

Explorez
Les expositions photo à découvrir ce printemps !
© Paul Wolff, « Femme en maillot de bain avec ombres de plantes », 1932, tirage d'origine, Collection Christian Brandstätter / Courtesy of Pavillon Populaire
Les expositions photo à découvrir ce printemps !
Chaque saison fait fleurir de nouvelles expositions. À cet effet, la rédaction de Fisheye a répertorié toute une déclinaison...
Il y a 3 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
© Marta Bogdanska
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
Pour le festival australien PHOTO 2024, qui se déroulera du 1er mars au 12 mai, l’exposition Only the future revisits the past se propose...
29 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
L'exposition collective Le Parti pris des choses au Centre de la Photographie Hauts-de-France, se nourrit de l'oeuvre du poète Francis...
28 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les expositions photo à découvrir ce printemps !
© Paul Wolff, « Femme en maillot de bain avec ombres de plantes », 1932, tirage d'origine, Collection Christian Brandstätter / Courtesy of Pavillon Populaire
Les expositions photo à découvrir ce printemps !
Chaque saison fait fleurir de nouvelles expositions. À cet effet, la rédaction de Fisheye a répertorié toute une déclinaison...
Il y a 3 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Road trip, violence et alpinisme : nos coups de cœur photos du mois
© Henri Kisielewski
Road trip, violence et alpinisme : nos coups de cœur photos du mois
Expositions, immersion dans une série, anecdotes, vidéos… Chaque mois, la rédaction Fisheye revient sur les actualités photo qui l’ont...
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
© Marta Bogdanska
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
Pour le festival australien PHOTO 2024, qui se déroulera du 1er mars au 12 mai, l’exposition Only the future revisits the past se propose...
29 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
© Annabelle Foucher
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
Le temps de L’Étoffe de l’être, les œuvres d’Annabelle Foucher, lauréate du Grand Prix Picto de la Photographie de mode en 2023, se...
29 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet