Manuel Rossner et la frontière virtuelle de notre monde au Palais Augmentée

17 juin 2021   •  
Écrit par Finley Cutts
Manuel Rossner et la frontière virtuelle de notre monde au Palais Augmentée

À partir de demain, et durant tout le week-end, se tiendra à Paris le Palais Augmenté – premier festival mondial dédié à la réalité augmentée. Pour l’occasion, des artistes à la pointe de l’art numérique ont été invités à réaliser des œuvres avec lesquelles le public pourra interagir. Parmi ces créations, Manuel Rossner présente Where do we go from here?, une réflexion immersive sur l’avenir des frontières virtuelles de notre monde.

C’est à la frontière des mondes physiques et virtuels que se développe Where do we go from here?,  signée par l’artiste digital Manuel Rossner. Avec l’évolution des processus de création, et l’apparition de nombreux outils numériques, les interrogations autour de notre monde prennent une toute autre dimension. Car avec la réalité augmentée, le sujet d’étude est, bien évidemment, le réel. Lorsqu’il intervient directement dessus, l’artiste n’est plus celui qui interprète notre environnement, mais celui qui le transforme. Avec comme question centrale de sa recherche : « quelles sont les nouvelles technologies qui définissent notre société actuelle ? », l’artiste allemand imagine les nombreuses directions que peuvent prendre nos vies. « En ce moment, la séparation entre l’espace virtuel et la réalité physique s’estompe, ce qui ouvre de nombreuses possibilités. Cela ne montre pas seulement que nous sommes capables de créer de nouveaux mondes en un clin d’œil, nous pouvons aussi apprendre beaucoup de choses sur notre propre perception et existence », avance l’artiste. Avec Where do we go from here?, les spectateurs pourront suivre, avec leurs smartphones, un avatar à travers un parcours de sculptures digitales.

Ludique, grandiose, magique, interactive et tout simplement bluffant, l’œuvre présentée à l’occasion du Grand Palais Éphémère se vivra comme un jeu. Une expérience à part entière que le visiteur s’emparera à cœur ouvert. Une pièce démocratique, accessible à tous – libre à nous de la vivre comme on veut. C’est un art pour le public, et c’est définitivement le public qui le fera exister. Une intention éveillée chez Manuel Rossner dès sa jeune enfance. « Lorsque j’étais à l’école, je jouais avec mes amis. La plupart du temps, je trouvais les possibilités des jeux limitées et j’ai donc appris les techniques pour créer des mondes moi-même », explique-t-il. Et la réalité augmentée a offert pour lui une infinité de possibilités pour approfondir ces expériences. En 2012, il a ouvert les portes de sa propre galerie numérique : Float Gallery, un espace où il expose librement ses œuvres, sans contrainte de temps ni d’espace. En 2017, il a été invité par Alain Bieber (directeur du NRW-Forum à Düsseldorf), à réaliser une exposition majeure de réalité virtuelle avec des casques de réalité augmentée.

© Manuel Rossner

Ressentir des dimensions nouvelles

Lorsque l’art peut être entièrement numérique, l’importance de l’espace d’exposition – dans ses spécificités et ses contraintes – reste tout de même primordiale. L’idée n’étant pas de s’extraire du monde, mais d’y voir et y ressentir des dimensions nouvelles. « L’espace, c’est bien plus que le bâtiment. C’est aussi le contexte, les idées, l’histoire et l’équipe qui se cachent derrière. C’est pourquoi je fais référence à des artistes qui ont travaillé au Grand Palais comme Anish Kapoor ou Daniel Buren dans mon travail. Il le faut, pour dompter cet espace difficile, mais incroyablement inspirant », avance Manuel Rossner. Au Grand Palais Éphémère, l’atmosphère à prendre en compte est à double tranchant – entre tradition et modernité. D’une part, il faut reconnaître l’immense histoire du Grand Palais, à l’avant-garde de la technologie et de l’art à l’époque des expositions universelles. D’autre part, réussir à célébrer le caractère temporaire de ce lieu, installé pour une période de seulement quelques années, le temps des travaux de sa maison-mère. « J’aime beaucoup l’idée de l’éphémère, qui s’apparente à un mode de pensée numérique. Alors que le Grand Palais a plus de 100 ans, le Grand Palais Éphémère est prévu pour quelques années. Enfin, très littéralement, les expériences numériques seront recréées 30 fois par seconde sur nos écrans », poursuit-il.

En réalité augmentée, comme pour toute œuvre d’art, c’est la vision de l’artiste qui est véhiculée. Mais dans ce médium en plein essor, les auteurs cherchent encore de nouvelles manières d’incarner leurs écritures. En effet, par quels moyens intégrer ses perspectives dans des mondes virtuels émergents, où le matériel et l’immatériel se confondent ? La question est ouverte, et les voies à emprunter sont si nombreuses qu’il est encore difficile d’imaginer les univers possibles. À l’image de tout l’art contemporain, il n’y pas de limites dans les formats à exploiter. « Une performance immatérielle de Tino Sehgal est autant une œuvre d’art qu’une peinture monochrome ou l’Arc de Triomphe emballé, imaginé par Cristo et Jeanne Claudes et qui sera réalisé cette année », avance Manuel Rossner. Et comment évoquer ces évolutions techniques sans parler d’intelligence artificielle, qui est en train de bouleverser notre conception de l’art ? Les interrogations sont nombreuses, et se situent au cœur des recherches contemporaines des talents émergents, comme c’est le cas pour l’artiste allemand. « Y aura-t-il un moment où une machine pourra suffisamment bien comprendre la société  pour créer une œuvre d’art conceptuelle pertinente ? Et qu’est-ce que cela signifierait pour l’être humain ? », conclut-il.

© Manuel Rossner

© Manuel Rossner© Manuel Rossner

© Manuel Rossner

© Manuel Rossner

Explorez
Onironautica : les rêves lucides, l’IA des êtres humains
© Ludivoca De Santis
Onironautica : les rêves lucides, l’IA des êtres humains
Collections d’images venues de rêves lucides, Onironautica de Ludovica De Santis interroge, au travers de mises en scène intrigantes...
19 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Le Jardin du Lunch : les boulettes de Proust
© Pascal Sgro
Le Jardin du Lunch : les boulettes de Proust
Entre nostalgie et humour, le photographe belge Pascal Sgro saisit, dans sa série en cours Le Jardin du Lunch, la bienveillante laideur...
19 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Le Prix étudiant de la Photographie Industrielle révèle les noms de ses six lauréates
© Adèle Delbet
Le Prix étudiant de la Photographie Industrielle révèle les noms de ses six lauréates
Le jury du Prix étudiant de la Photographie Industrielle 2024 a désigné ses lauréates. Au nombre de six, les gagnantes portent un regard...
18 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les coups de cœur #501 : Cal Douglas et Sveta Kaverina
© Sveta Kaverina
Les coups de cœur #501 : Cal Douglas et Sveta Kaverina
Cal Douglas et Sveta Kaverina, nos coups de cœur de la semaine, ont commencé leurs projets grâce à des livres anciens. En les parcourant...
15 juillet 2024   •  
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Dans l’œil de Juliette-Andréa Élie : éprouver le paysage qui se transforme
© Juliette-Andréa Élie, œuvre réalisée dans le cadre d'une résidence au musée Nicéphore Niépce
Dans l’œil de Juliette-Andréa Élie : éprouver le paysage qui se transforme
Cette semaine, plongée dans l’œil de Juliette-Andréa Élie. Au moyen de diverses techniques, la photographe et plasticienne compose des...
À l'instant   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
© Rafael Fabrés
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
Dominik Scharf et Rafael Fabrés, nos coups de cœur de la semaine, enregistrent le monde grâce à leur boîtier. Le premier se considère...
Il y a 5 heures   •  
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
© Pascal Sgro
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
Cette semaine, les photographes de Fisheye s’intéressent aux différents aspects du feu, et ce, de manière littérale comme figurée.
21 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Voir le temps en couleurs : le laboratoire de l'histoire photographique imaginé par Sam Stourdzé
Yevonde Middleton Vivex, *John Gielgud as Richard II in 'Richard of Bordeaux'*, 1933 by colour print NPG x11658. © National Portrait Gallery, London
Voir le temps en couleurs : le laboratoire de l’histoire photographique imaginé par Sam Stourdzé
Jusqu’au 18 novembre, les 1 200 mètres carrés du deuxième étage du Centre Pompidou-Metz se transforment en une promenade temporelle pour...
20 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger