Myop en mode zine

21 septembre 2017   •  
Écrit par Molly Sisson
Myop en mode zine

L’agence Myop multiplie les projets éditoriaux. Après Politique Paillettes, ouvrage consacré à la dernière élection présidentielle, le collectif a entrepris la publication d’une série de 21 Myopzines dont chaque opus est dédié à un photographe de l’équipe. La deuxième livraison de 4 carnets vient tout juste de sortir.

Mes yeux objets patients

Regroupant une vingtaine de photographes dont elle organise et diffuse le travail, l’agence Myop forme une petite famille conviviale qui a lancé une collection de 21 livrets photographiques dédiés à chacun de ses auteurs : les Myopzines. Élégant, doté d’une maquette soignée et joliment imprimé, chaque opus donne un éclairage singulier sur les photographes de la structure. La première livraison de 4 a été publiée au printemps (Pierre Hybre, Julien Pebrel, Alain Keler et Guillaume Binet), la seconde vient tout juste de sortir (Marie Dorigny, Julien Daniel, Olivier Laban-Mattei et Agnès Dherbeys). Au dos de chaque zine on trouve l’une des lettres de l’acronyme de l’agence : Mes yeux objets patients (Myop) – vers issu d’un poème surréaliste de Paul Eluard. Une manière d’associer poésie et engagement, dans les textes comme dans les images de ces délicats petits ouvrages.

© agence myop
© agence myop
© agence myop
© agence myop

À g. © Olivier Laban-Mattei  / Agence Myop et à d. © Olivier Laban-Mattei  / Agence Myop

© agence myop
© agence myop
© agence myop
© agence myop

 © Marie Dorigny / Agence Myop

Photographes devenus éditeurs

C’est à la librairie du Monte-en-l’air, à Ménilmontant, que nous les avons découverts dernièrement, et où Pierre Hybre et Jean Larive, les deux photographes assurant la direction artistique du projet, nous en ont expliqué la conception. Le choix des photos, la maquette, la séquence, le format, et tous les détails de fabrication ont été pris en charge par le binôme de photographes devenus éditeurs. Un travail enthousiaste associant individus et collectif à l’image de l’histoire de l’agence qui cherche à « résister en proposant un regard impliqué sur le monde », comme l’illustre la série d’Olivier Laban-Mattei au sein d’une famille napolitaine, que l’on pouvait découvrir exposée sur les murs de la librairie.

© agence myop

© Julien Daniel / Agence Myop

Reportage sentimentalAu fil des pages, les photographes nous entraînent en Ukraine, au Texas, en Thaïlande ou au Népal…, autant de destinations qui font émerger des sentiments, des désirs et des pensées diverses. Chaque ouvrage affirme son caractère et fait ressortir l’originalité de son auteur qui signe le court texte d’introduction. Chaque livret se présente comme un reportage sentimental, à l’image de Julien Daniel qui compose un livre à double lecture avec ses séjours en Ukraine et aux États-Unis, et dont la mise en page illustre l’opposition des cultures. Deux visions sociales et culturelles dont les visions s’opposent en miroir.Vendus au prix de huit euros, les Myopzines composent au fil des pages une famille singulière de photographes dans une collection ambitieuse sans être prétentieuse. Ils rassemblent les pièces d’un puzzle racontant l’histoire intime de Myop. De bien jolis carnets que l’on vous recommande de collectionner avant l’épuisement du tirage limité à 250 exemplaires.

© agence myop
© agence myop

© Agnès Dherbys / Agence Myop

Image d’ouverture : ©  Olivier Laban-Mattei / Agence Myop

Explorez
Photographier en Normandie : un laboratoire de créativité
Hippolyte MACAIRE, Louis Cyrus MACAIRE, Navire quittant le port du Havre, 1851, daguerréotype, 15 x 11 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France
Photographier en Normandie : un laboratoire de créativité
Dans le cadre de la 5e édition du festival pluridisciplinaire Normandie Impressionniste, le MuMa – Musée d’art moderne André Malraux au...
29 mai 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
© Chantal Elisabeth Ariëns
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
Jusqu’au 20 juillet, le centre d’art Bildhalle à Amsterdam, accueille la photographe et artiste visuelle Chantal Elisabeth Ariëns, qui se...
28 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
C’est l’heure du récap' ! Cette semaine, les photographes de la semaine immortalisent leurs propres visions de mondes qu’iels regrettent...
26 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
À bord de la Volvo de Joël Meyerowitz au Museo Picasso Málaga
Malaga, 1966 © Joël Meyerowitz
À bord de la Volvo de Joël Meyerowitz au Museo Picasso Málaga
Il y a soixante ans, le photographe américain Joël Meyerowitz foulait le sol de la ville de Málaga, en Espagne. Cette année, du 15 juin...
24 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus #73 : les mutations sacrées de Zoé Chauvet
05:07
© Fisheye Magazine
Focus #73 : les mutations sacrées de Zoé Chauvet
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Zoé Chauvet croise le documentaire et l'abstraction et tisse les liens du corporel au...
29 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Courrier des photographes #1 : être ou ne pas être photographe, telle est la question
© Roman Jehanno / Instagram
Courrier des photographes #1 : être ou ne pas être photographe, telle est la question
Vous êtes photographe ou vous souhaitez le devenir ? Vous avez des questions sur cette profession qui fait rêver, mais ne savez pas où...
29 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Photographier en Normandie : un laboratoire de créativité
Hippolyte MACAIRE, Louis Cyrus MACAIRE, Navire quittant le port du Havre, 1851, daguerréotype, 15 x 11 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France
Photographier en Normandie : un laboratoire de créativité
Dans le cadre de la 5e édition du festival pluridisciplinaire Normandie Impressionniste, le MuMa – Musée d’art moderne André Malraux au...
29 mai 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
© Chantal Elisabeth Ariëns
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
Jusqu’au 20 juillet, le centre d’art Bildhalle à Amsterdam, accueille la photographe et artiste visuelle Chantal Elisabeth Ariëns, qui se...
28 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina