« Old Glory », récit au cœur de l’Amérique

19 août 2019   •  
Écrit par Lou Tsatsas
« Old Glory », récit au cœur de l’Amérique

Jusqu’au 23 septembre, la Galerie Artsphalte, installée à Arles, accueille Old Glory, une exposition signée Ronan Guillou explorant l’identité complexe d’une Amérique contrastée.

« Rosanna Tardif, la directrice de la galerie Artsphalte et moi-même avons une amie commune chez qui une de mes photographies est encadrée. Après l’avoir vue, Rosanna m’a contacté pour me proposer de réfléchir à un évènement dans sa galerie arlésienne »,

se souvient Ronan Guillou, photographe né en 1968 en Bretagne. Une rencontre impromptue, qui précipite la création d’Old Glory, une exposition inspirée par le continent américain, le doute, la découverte et les rencontres.

Fasciné par les États-Unis depuis plusieurs années, l’artiste explore les espaces les moins représentés de ce vaste territoire. « Certaines images proviennent de projets, datant de 2002 à 2015, d’autres sont inédites », précise Ronan Guillou. Intemporelle, Old Glory se lit comme un récit de l’expérience américaine. Un périple nostalgique et touchant pensé à deux. « C’est ce qui m’a plu dans la proposition de Rosanna Tardif, ajoute l’auteur. Nous avons composé ensemble une suite d’accords et de variations ; ce que j’aime appeler une partition photographique. »

Illusions et désillusions

Pour le photographe, le 8e art possède une dimension cathartique. Il comble les vides et éclaire l’existence. Un média provoquant le contact et la découverte. « La photographie donne à voir les réalités du monde, les différences. Elle nuance aussi les jugements », ajoute l’auteur. Au cœur de l’exposition, cette volonté de révéler l’histoire, la profondeur d’un lieu se devine. Inspiré par les enjeux sociaux, le mythe du rêve américain, ou les New Topographics – un courant lancé par une exposition organisée en 1975 à la George Eastman House de Rochester (New York), marquant un tournant dans la représentation des paysages urbains contemporains – Ronan Guillou capture un monde complexe, entre illusions et désillusions.

Portraits et paysages se mélangent, jouant avec les rêves et déceptions, le réalisme et le fantastique. L’Amérique rétro, habitée par les cow-boys et les pin-ups, rencontre un espace plus moderne, tiraillé par le racisme ou encore la pauvreté. « Mon inclination pour la fragilité des choses et des êtres, pour les marges oriente mon propos, conduisant à la construction d’un récit en phase avec qui je suis », confie le photographe. Dans cette narration élaborée, l’artiste prend place, narrateur d’un rêve américain défaillant.

 

Old Glory, Ronan Guillou

Jusqu’au 23 septembre 2019

Galerie Artsphalte

8 rue des Douaniers, 13200 Arles

© Ronan Guillou / Courtesy Galerie Artsphalte© Ronan Guillou / Courtesy Galerie Artsphalte
© Ronan Guillou / Courtesy Galerie Artsphalte© Ronan Guillou / Courtesy Galerie Artsphalte
© Ronan Guillou / Courtesy Galerie Artsphalte© Ronan Guillou / Courtesy Galerie Artsphalte

© Ronan Guillou / Courtesy Galerie Artsphalte

Explorez
L’éclat des nuits de Nicolas Hermann
© Nicolas Hermann
L’éclat des nuits de Nicolas Hermann
C’est en pleine nuit que Nicolas Hermann trouve l’inspiration. Dans la pénombre, le photographe français compose des récits mystiques...
10 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Francisco Gonzalez Camacho : splendeur d'appartenir
© Francisco Gonzalez Camacho
Francisco Gonzalez Camacho : splendeur d’appartenir
« J’aime voir le monde d'un point de vue photographique. En ce sens, je m'identifie beaucoup à Garry Winogrand (photographe américain...
10 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Kyotographie 2024 : danser avec la photographie
© Yoriyas
Kyotographie 2024 : danser avec la photographie
Breakdancer, photographe, vidéaste et chorégraphe, le Marocain Yoriyas (Yassine Alaoui Issmaili) nous propose avec Casablanca. Not The...
07 mai 2024   •  
Écrit par Eric Karsenty
Necromancer : Inuuteq Storch, mage noir au service des mythes groenlandais
© Inuuteq Storch
Necromancer : Inuuteq Storch, mage noir au service des mythes groenlandais
Dans Necromancer, un récit monochrome aux frontières du monde spirituel, Inuuteq Storch illustre les coutumes de ses ancêtres, tout en...
23 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Forgotten in The Dark : l’hommage dansant de Tom Kleinberg
© Tom Kleinberg
Forgotten in The Dark : l’hommage dansant de Tom Kleinberg
Le festival Circulation(s) n’en finit pas de faire briller la jeune photographie européenne. Dans l’un des cubes de l’espace central du...
Il y a 3 heures   •  
Écrit par Hugo Mangin
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
© Albertine Hadj
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
Nos coups de cœur de la semaine, Albertine Hadj et Alessandro Truffa, emploient la photographie comme une manière de retranscrire et...
Il y a 7 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
© Pelle Cass
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
Cette semaine, plongée dans l’œil de Pelle Cass. Dans Crowded Fields, le photographe américain immortalise des terrains de sport sur...
Il y a 11 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
© Jana Sojka
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes donnent à voir les déclinaisons de la fragilité de l’existence.
19 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet