« Old Glory », récit au cœur de l’Amérique

19 août 2019   •  
Écrit par Lou Tsatsas
« Old Glory », récit au cœur de l’Amérique

Jusqu’au 23 septembre, la Galerie Artsphalte, installée à Arles, accueille Old Glory, une exposition signée Ronan Guillou explorant l’identité complexe d’une Amérique contrastée.

« Rosanna Tardif, la directrice de la galerie Artsphalte et moi-même avons une amie commune chez qui une de mes photographies est encadrée. Après l’avoir vue, Rosanna m’a contacté pour me proposer de réfléchir à un évènement dans sa galerie arlésienne »,

se souvient Ronan Guillou, photographe né en 1968 en Bretagne. Une rencontre impromptue, qui précipite la création d’Old Glory, une exposition inspirée par le continent américain, le doute, la découverte et les rencontres.

Fasciné par les États-Unis depuis plusieurs années, l’artiste explore les espaces les moins représentés de ce vaste territoire. « Certaines images proviennent de projets, datant de 2002 à 2015, d’autres sont inédites », précise Ronan Guillou. Intemporelle, Old Glory se lit comme un récit de l’expérience américaine. Un périple nostalgique et touchant pensé à deux. « C’est ce qui m’a plu dans la proposition de Rosanna Tardif, ajoute l’auteur. Nous avons composé ensemble une suite d’accords et de variations ; ce que j’aime appeler une partition photographique. »

Illusions et désillusions

Pour le photographe, le 8e art possède une dimension cathartique. Il comble les vides et éclaire l’existence. Un média provoquant le contact et la découverte. « La photographie donne à voir les réalités du monde, les différences. Elle nuance aussi les jugements », ajoute l’auteur. Au cœur de l’exposition, cette volonté de révéler l’histoire, la profondeur d’un lieu se devine. Inspiré par les enjeux sociaux, le mythe du rêve américain, ou les New Topographics – un courant lancé par une exposition organisée en 1975 à la George Eastman House de Rochester (New York), marquant un tournant dans la représentation des paysages urbains contemporains – Ronan Guillou capture un monde complexe, entre illusions et désillusions.

Portraits et paysages se mélangent, jouant avec les rêves et déceptions, le réalisme et le fantastique. L’Amérique rétro, habitée par les cow-boys et les pin-ups, rencontre un espace plus moderne, tiraillé par le racisme ou encore la pauvreté. « Mon inclination pour la fragilité des choses et des êtres, pour les marges oriente mon propos, conduisant à la construction d’un récit en phase avec qui je suis », confie le photographe. Dans cette narration élaborée, l’artiste prend place, narrateur d’un rêve américain défaillant.

 

Old Glory, Ronan Guillou

Jusqu’au 23 septembre 2019

Galerie Artsphalte

8 rue des Douaniers, 13200 Arles

© Ronan Guillou / Courtesy Galerie Artsphalte© Ronan Guillou / Courtesy Galerie Artsphalte
© Ronan Guillou / Courtesy Galerie Artsphalte© Ronan Guillou / Courtesy Galerie Artsphalte
© Ronan Guillou / Courtesy Galerie Artsphalte© Ronan Guillou / Courtesy Galerie Artsphalte

© Ronan Guillou / Courtesy Galerie Artsphalte

Explorez
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
100% L'EXPO : immersion magnétique dans l'art émergent
© Daria Svertilova, Maisons éphémères, 2023, ENSAD / Courtesy of 100% L'EXPO
100% L’EXPO : immersion magnétique dans l’art émergent
En accès libre et gratuit, le festival 100% L’EXPO revient pour une 6e édition au sein de la Grande Halle ainsi qu’en plein air dans le...
08 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Tarek Mawad et les mouvements des corps
© Tarek Mawad
Tarek Mawad et les mouvements des corps
À l’instar de ses muses, Tarek Mawad, photographe de mode germano-égyptien, est porté par un mouvement permanent.
05 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Ascension, Matthew Smith et les seuils du deuil
© Matthew Smith
Ascension, Matthew Smith et les seuils du deuil
Avec Ascension, le photographe Matthew Smith crée une ville imaginaire où traquer l’ombre de sa première femme disparue. L’occasion de...
03 avril 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
© Kin Coedel
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine s'immergent en profondeur dans diverses communautés, avec lesquelles iels...
À l'instant   •  
Écrit par Milena Ill
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
© Nestor Benedini
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
Du 6 avril au 22 septembre, l’exposition PERFORMANCE au MRAC Occitanie fait dialoguer art et sport. L’événement fait partie de...
13 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d'Alexis Pazoumian
© Alexis Pazoumian
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d’Alexis Pazoumian
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
12 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill