Philippe Henry expose au fond des piscines du Havre

24 mai 2019   •  
Écrit par Julien Hory
Philippe Henry expose au fond des piscines du Havre

Avec la série Des abysses et vous, c’est une exposition insolite que propose Philippe Henry. Dans trois piscines du Havre, l’artiste invite les nageurs à plonger pour découvrir neuf photographies prises sous l’eau. Une expérience alimentée par les légendes maritimes.

C’est en faisant appel à la nageuse synchronisée Jessica Josse que le photographe Philippe Henry a réalisé les clichés qui orneront les bassins du Havre durant l’exposition Des abysses et vous. Pour visiter cette exposition, il faudra se mouiller. Le dress code ? Le maillot de bain, tenue exigée pour rejoindre le fond de la piscine où les photographies seront montrées. Cette exposition circulera dans trois bassins de la ville : la piscine située sur le cours de la République (du 10 au 24 mai), la Mare-Rouge (du 27 au 31 mai) et Caucriauville (du 2 au 9 juin). Si vous avez oublié vos lunettes de plongée, ces lieux vous en prêteront sur demande.

Dans des sarcophages de plexiglas, Philippe Henry présente des chimères dans un parti pris esthétique sombre et à la fois lumineux. Ces grands formats en couleurs ont été conçus en collaboration avec la styliste Anna Le Reun. Ses créatures s’inspirent des légendes maritimes. Conscient du sentiment d’insécurité que peut ressentir un nageur la tête sous l’eau, le photographe explique que « l’idée n’est pas de faire peur mais de transmettre une sensation d’inconnu à ceux qui se retrouvent en face d’une créature. L’eau est là pour installer une émotion et un rapport intime à l’image.»


Nous ne connaissons que 5% des fonds marins

Ce projet relève du défi artistique et combine les compétences du collectif Ouitish! dont est issu le photographe. Sous la vigilance d’un plongeur de sécurité, il a fallu lester Jessica Josse pour qu’elle devienne sirène. L’équipe n’aura mis pas moins de six heures pour installer les œuvres. Initiée en 2012 et cofinancée par la mairie de Rennes, cette série a été réalisée grâce au soutien logistique de la fondation Octopus.

Philippe Henry s’est inspiré du livre Abysses de Claire Nouvian. Dans cet ouvrage qui rassemble des clichés d’instituts océanographiques, la militante écologiste explore la vie à 6 000 mètres de profondeur. C’est ce monde des ténèbres que l’artiste a voulu mettre en scène. Pour lui, ce monde est le terrain de jeu de la rêverie : « Alors que la technologie repousse sans cesse les limites de l’exploration, que des robots parviennent à des profondeurs extrêmes, nous ne connaissons que 5% des fonds marins. C’est une grande place pour l’imagination

© Philippe Henry

© Philippe Henry

© Philippe Henry

© Philippe Henry

Explorez
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
© Pelle Cass
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
Cette semaine, plongée dans l’œil de Pelle Cass. Dans Crowded Fields, le photographe américain immortalise des terrains de sport sur...
À l'instant   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
© Jennifer McLain
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
Dans Behind the Facade, Jennifer McLain compose un monde dans lequel elle tente de se soustraire à des évènements du quotidien qui...
18 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Lancement de Fisheye Immersive La Revue : un observatoire annuel des arts numériques et immersifs
© Salome Chatriot
Lancement de Fisheye Immersive La Revue : un observatoire annuel des arts numériques et immersifs
Un an après le lancement du magazine en ligne, Fisheye Immersive sort sa revue papier. 192 pages, bilingues français-anglais, consacrées...
15 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Silent Radar : VRChat, des mondes en simulation
Connecticut. April 12, 2023. Portrait of Silent behind her green screen. As a Virtual Reality drone racing champion, she uses a green screen while competing online. Because she reveals herself on camera, those moments involve more beauty preparation, so she can feel comfortable while competing in the Women's Cup. Outside of simulator competitions, she also flies her real drone, and is portrayed holding her remote controller. Though she is among the top-200 fastest pilots worldwide, real-life drone racing has a steep cost barrier. In addition, the American drone-racing scene takes place mostly in the Midwest, where she feels a lot of fear related to being a trans woman taking part in these events. © Paola Chapdelaine
Silent Radar : VRChat, des mondes en simulation
Bienvenue sur VRChat, une plateforme en ligne qui permet à une communauté d’environ 70 000 personnes de créer leurs propres avatars et...
14 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
© Pelle Cass
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
Cette semaine, plongée dans l’œil de Pelle Cass. Dans Crowded Fields, le photographe américain immortalise des terrains de sport sur...
À l'instant   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
© Jana Sojka
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes donnent à voir les déclinaisons de la fragilité de l’existence.
19 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
© Jennifer McLain
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
Dans Behind the Facade, Jennifer McLain compose un monde dans lequel elle tente de se soustraire à des évènements du quotidien qui...
18 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet