Regards « Désirés » à la 110 Galerie

16 janvier 2023   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Regards « Désirés » à la 110 Galerie

L’exposition Désirés, de la représentation érotique des hommes, imaginée par la 110 Galerie et le collectif Lusted Men, porte une vision nouvelle sur l’érotisme des corps d’hommes. Entre dessin, peinture et photographie, cette sélection invite à la réflexion sur la représentation du désir et de la sexualité dans notre société. À découvrir jusqu’au 10 février 2023.

« Ma rencontre avec le collectif Lusted Men s’est présentée comme une évidence. Nous avons sélectionné ensemble huit artistes complémentaires dont le travail nous touchait. Par cette exposition, nous souhaitons offrir une vision de l’érotisme différente, et qui n’est pas centrée uniquement sur une représentation homoérotique. C’est une bonne façon de voir le monde autrement », introduit Sidonie Gaychet, directrice de la 110 Galerie. À la croisée des arts, entre peinture, dessin, céramique et photographie, les auteurices présent·es proviennent de la scène française et ont moins de 40 ans. L’exposition Désirés, de la représentation érotique des hommes permet aux regards féminins et non-binaires de poser leurs yeux sur des corps d’hommes à l’heure où le corps féminin s’érotise majoritairement. « Avec cette nouvelle exposition, je craignais la censure des réseaux sociaux. Étrangement, je n’en ai eu aucune. Contrairement à une précédente exposition composée de corps féminins dénudés où une simple apparition de téton était légitime d’être censuré selon Instagram… », explique Sidonie Gaychet. En 2023, le travail est encore d’actualité quant à l’acceptation du corps féminin dans la sphère publique.

© Karla Hiraldo Voleau© Solène Ballesta

à g. © Karla Hiraldo Voleau, à d. © Solène Ballesta

Des corps d’hommes érotiques et sensuels 

Dans cette co-curation, le 8e art prend une place significative. La vision érotique du corps d’homme est alors vue sous différents prismes. À l’image d’un peep-show, 4 carrousels de 80 diapositives du collectif Lusted Men défilent dans un coin de la galerie, calfeutré de rideaux en velours rouge. L’endroit parfait pour regarder secrètement, seul·e ou à plusieurs, des images érotiques d’hommes. Les photos argentiques du·de la photographe, modèle et artiste visuel·le Mila Nijinsky respirent également l’amour, mais au pluriel. Alors que ses parents lui servent de modèles, iel rencontre aux États-Unis un couple d’hommes mûrs qui donneront naissance à une série photos pour illustrer l’amour queer. La photographe française Solene Ballesta s’inspire également de son entourage, plus précisément de sa muse fétiche : son mari. Résidant au Japon, elle n’hésite pas à l’utiliser comme protagoniste dans des mises en scènes minimalistes et percutantes. 

Une vision plus politique de l’érotisation masculine est offerte par Rebekka Deubner dans la série Les saisons (thermiques). Avec le soutien du Centre national des arts plastiques, l’artiste s’immisce dans une communauté de testeurs d’anneaux thermiques, un moyen de contraception masculine. Les images, punaisées dans des boîtes en bois, questionnent la charge mentale de la contraception sur la femme. Une autre question politique se pose avec la série Hola Mi Amol de la photographe franco-dominicaine Karla Hiraldo Voleau. Dès son plus jeune âge, ses parents la mettent en garde en lui sommant de ne jamais sortir avec un Dominicain, les qualifiants de dragueurs invétérés. Quelques années plus tard, elle décide de retourner sur les plages dominicaines pour poser son regard sur leurs corps. Elle les accoste avec des phrases typiques de dragueurs et entre en séduction avec plusieurs d’entres eux. De cette expérience nait des nus et des autoportraits à la fois sensuels et incisifs. Mais la photographe n’est pas la seule artiste de cette exposition à s’être mise en scène. Kim utilise, elle, ses propres sextos, reçus et envoyés avec ses amants, afin d’illustrer des hommes hétérosexuels qui s’érotisent. Ne voulant plus être associée à cette série, l’artiste a utilisé un nom d’emprunt.

 

 La 110 Galerie met en vente, sur place, un petit pochon de 10 diapositives d’images de l’exposition accompagné d’une petite visionneuse. De plus, le lieu sera exceptionnellement fermée du 17 au 21 janvier.

© Mila Nijinsky© Rebekka Deubner

à g. © Mila Nijinsky, à d. © Rebekka Deubner

© Kim

© Kim

Image d’ouverture : © Kim

Explorez
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
The Necklace, 1999 © 2021, Alessandra Sanguinetti / Magnum Photos
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
Pendant plus de deux décennies, Alessandra Sanguinetti a documenté, au travers de mises en scène, le quotidien de deux petites filles de...
20 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
© Lara Lussheimer
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
Lara Lussheimer et Sara Tontorova, nos coups de cœur de la semaine, sont toutes deux en quête de métaphores. La première les fait émerger...
19 février 2024   •  
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill