« Roll », le dernier livre de Théo Gosselin en préachat !

29 avril 2021   •  
Écrit par Finley Cutts
« Roll », le dernier livre de Théo Gosselin en préachat !

Cet été, Fisheye éditera Roll le dernier livre flamboyant de Théo Gosselin ! Et en attendant, nous lançons une campagne de préachat, avec des offres exclusives pour les participants !

Pour faire suite à l’immense succès de son livre Joe’s Road paru en 2015, Théo Gosselin annonce la sortie de Roll, disponible dès cet été ! Accrochez vos ceintures, la route va être agitée ! Aux States, comme en Europe, le photographe nous embarque avec lui et ses amis pour une virée endiablée. Roll – ce sont les roues qui enflamment le bitume. Le rock’n’roll 70s grésillant dans les haut-parleurs. Les taches d’huile sur les Levi’s déchirés. C’est surtout le cri d’une jeunesse passionnée, qui cherche la voie de la liberté. Dix ans de voyage, dix ans de quête, dix ans de photographies regroupées dans un livre exceptionnel. Toujours sur la route, on voit l’artiste évoluer au rythme de ses aventures – toujours autant séduisantes, et parfois périlleuses. Son nouveau livre se présentera comme un regard rétrospectif sur un long voyage en photos. Roll rassemble une centaine d’images, iconiques ou méconnus du photographe depuis le début de sa carrière jusqu’à aujourd’hui. Avec les routes des States en toile de fond, la bande son rock s’impose d’elle-même.

Jusqu’à ce que le carburant s’épuise

Délibérément cinématographiques, les images de Théo Gosselin célèbrent toute la folie et la tendresse d’une bande d’amis, jeunes et ivres de vie. D’abord une pensée discrète – un espoir – qui s’agite doucement dans la tête, la liberté caresse les lèvres jusqu’à ce qu’elle s’impose violemment comme un cri pulsionnel. Quand cela arrive, il n’y a qu’une solution : prendre la route, courir et vivre jusqu’à ce que le carburant s’épuise. Et là, on s’assujetti à la Liberté – cet idéal persistant mais terriblement insaisissable. L’auteur, lui, l’a toujours cherché. Né près du Havre en Normandie en 1990, Théo Gosselin a grandi avec la mer, le vent, la forêt et le son des guitares électriques, qui résonnaient dans les rues désertes de cette ville grise du nord de la France. Passionné de dessin, de musique et de cinéma, c’est en 2007 qu’il s’est tourné vers la photographie, et c’est devenu sa raison de vivre. Depuis, il capture la vie simple, l’amour, les bons et mauvais moments, ses amis et ses aventures. Éternel voyageur, il parcourt l’Europe et les États-Unis et partage son mode de vie avec les gens qu’il aime ; car la vérité se trouve dans les grands espaces et dans le cœur des personnages qu’il rencontre sur son chemin.

 

Disponible dans le commerce à l’été 2021, la campagne de préachat vous permet de vous procurer en exclusivité et seulement durant cette dernière, le livre Roll avec des tirages et des vinyles pour prolonger l’expérience visuelle du photographe.

 

Alors n’hésitez pas, c’est ici que ça se passe !

© Théo Gosselin

 

© Théo Gosselin

 

© Théo Gosselin

 

© Théo Gosselin

© Théo Gosselin© Théo Gosselin

© Théo Gosselin

© Théo Gosselin© Théo Gosselin

© Théo Gosselin

Roll © Théo Gosselin

Explorez
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
C’est l’heure du récap' ! Cette semaine, les photographes de la semaine immortalisent leurs propres visions de mondes qu’iels regrettent...
26 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
À bord de la Volvo de Joël Meyerowitz au Museo Picasso Málaga
Malaga, 1966 © Joël Meyerowitz
À bord de la Volvo de Joël Meyerowitz au Museo Picasso Málaga
Il y a soixante ans, le photographe américain Joël Meyerowitz foulait le sol de la ville de Málaga, en Espagne. Cette année, du 15 juin...
24 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Histoires de famille : la séance de rattrapage Focus !
© Irina Shkoda
Histoires de famille : la séance de rattrapage Focus !
Retour à ses racines, famille d’adoption, fantômes tenaces ou simples témoignages d’une connexion profonde, les photographes nous...
22 mai 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
La sélection Instagram #455 : Élément H2O
© Ezequiel Rivero / Instagram
La sélection Instagram #455 : Élément H2O
Par la puissance de son courant, l’eau s’impose comme élément d’inspiration pour les photographes de notre sélection Instagram de la...
21 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Nos derniers articles
Voir tous les articles
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
© Georgiana Feidi / Instagram
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
Notre sélection Instagram de la semaine brille de milles éclats naturels et fantasmés. Qu'elle fasse émerger une dimension fantastique à...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
© Salome Jishkariani
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
Salome Jishkariani et Luthor, nos coups de cœur de cette semaine, emploient le 8e art pour sonder le monde qui les environne. Si la...
27 mai 2024   •