Sabine Weiss et Vivian Maier : promenades humanistes

Sabine Weiss et Vivian Maier : promenades humanistes

Jusqu’au 27 février, Les Douches la Galerie présente une double exposition, mettant à l’honneur deux femmes photographes qui ont profondément bouleversé le 8e art. Sous le Soleil de la Vie de Sabine Weiss, et, Self Portraits de Vivian Maier.

Si les approches formelles de Sabine Weiss et Vivian Maier divergent, quelques similitudes nous sautent aux yeux. Nées à deux années d’écart – en 1924 et en 1926 respectivement –, les deux artistes excellent dans la photographie de rue. Comme pour témoigner d’une époque commune, c’est le quotidien que cherchent à saisir les deux photographes – qui ne cessent de sublimer l’ordinaire. Toujours à la recherche de la bonne lumière, la première saisit des moments de vie, et la seconde contemple les reflets. Leur élégance partagée relève du même souci esthétique – en un mot, de la composition. « Encore hier, je me disais : mais enfin, arrête ! Je suis toujours en train de composer », remarquait Sabine Weiss, dans des propos recueillis par Marie Desplechin (préface de l’ouvrage Émotions, paru aux Éditions de la Martinière, 2020). Réflexion plastique devenue habitude compulsive, la composition devient une éthique de vie. Dans leur comportement, comme dans leurs images, les deux travaillent la lumière avec une exigence distinguée. En adoptant une attitude scrupuleuse vis-à-vis des détails, et une attention particulière aux êtres qui peuplent ce monde, elles signent des compositions sincères et profondément humaines.

Thème central dans l’œuvre de ces deux photographes, l’humain se déploie dans toute sa diversité. De la France aux États-Unis, Sabine Weiss et Vivian Maier s’inscrivent, peut-être malgré elles, dans un courant humaniste. Contemporaines de Robert Doisneau, Willy Ronis, Brassaï, Henri Cartier-Bresson… Elles parviennent tout de même à s’émanciper de toute influence, et forgent un style unique dans leur propre rapport au monde. Avec une grande curiosité pour autrui, les deux artistes magnifient la simplicité du quotidien urbain – en se focalisant sur les hommes et femmes qui donnent vie à la rue.

© Sabine Weiss / Courtesy Les Douches la Galerie, Paris

© Sabine Weiss / Courtesy Les Douches la Galerie, Paris

Une étude de l’humain

Les enfants, les vieux, les marginaux défilent devant l’objectif de Sabine Weiss. « Les milieux populaires, ça me touche. Ils ne sont pas prétentieux. Je ne les manipule pas », explique-t-elle. Profondément optimiste, la photographe saisit des moments d’allégresse – des enfants qui jouent, des hommes au travail, des femmes qui dansent, et des fêtes populaires. Sous le soleil de la vie est une ode humaniste à la joie et à la tendresse. Titre choisi pour raconter la personnalité de Sabine Weiss, comme l’explique Françoise Morin, directrice de la galerie, il met en lumière une artiste soucieuse des plaisirs innocents et candides. En parcourant ses clichés, on découvre un regard bienveillant qui explore le monde avec attention, et tâche de voir le bonheur partout.

Quant à Vivian Maier, elle scrute ses propres projections dans l’anonymat de la rue. Dans son ombre fuyante, ou dans des reflets découverts ici et là, elle court la ville de Chicago et multiplie les autoportraits. On pourrait croire à une pulsion narcissique pourtant, méconnue de son vivant, elle n’a jamais montré ses images. Dans la représentation répétée et stoïque, ses images se révèlent comme une étude de l’humain et une réflexion longue autour de son identité. « Les photographies de Vivian Maier ont l’extraordinaire singularité d’avoir seulement voulu être prises. Quelle magie ! », raconte Elizabeth Avedon, designer de livres et d’expositions (Vivian Maier, Self-Portraits, powerHouse Books, Brooklyn, NY, 2013). Réalisées entre 1953 et les années 1970, les images qui composent Self Portraits prennent un sens nouveau. Ainsi exposées, elles nous invitent à pénétrer l’esprit de Vivian Maier, d’adopter son regard, et voir l’humain derrière ses compositions mystérieuses.

Sabine Weiss : Sous le soleil de la vie

&

Vivian Maier : Self Portraits

Les Douches la Galerie, 5 Rue Legouvé, 75010 Paris

© Sabine Weiss / Courtesy Les Douches la Galerie, Paris© Sabine Weiss / Courtesy Les Douches la Galerie, Paris

© Sabine Weiss / Courtesy Les Douches la Galerie, Paris

© Estate of Vivian Maier / Courtesy Maloof Collection;Howard Greenberg Gallery, New York & Les Douches la Galerie, Paris

© Estate of Vivian Maier / Courtesy Maloof Collection; Howard Greenberg Gallery, New York & Les Douches la Galerie, Paris

© Sabine Weiss / Courtesy Les Douches la Galerie, Paris

© Sabine Weiss / Courtesy Les Douches la Galerie, Paris

© Estate of Vivian Maier / Courtesy Maloof Collection;Howard Greenberg Gallery, New York & Les Douches la Galerie, Paris© Estate of Vivian Maier / Courtesy Maloof Collection;Howard Greenberg Gallery, New York & Les Douches la Galerie, Paris

© Estate of Vivian Maier / Courtesy Maloof Collection;Howard Greenberg Gallery, New York & Les Douches la Galerie, Paris

© Estate of Vivian Maier / Courtesy Maloof Collection; Howard Greenberg Gallery, New York & Les Douches la Galerie, Paris

© Sabine Weiss / Courtesy Les Douches la Galerie, Paris© Sabine Weiss / Courtesy Les Douches la Galerie, Paris

© Sabine Weiss / Courtesy Les Douches la Galerie, Paris

© Sabine Weiss / Courtesy Les Douches la Galerie, Paris

© Estate of Vivian Maier / Courtesy Maloof Collection;Howard Greenberg Gallery, New York & Les Douches la Galerie, Paris© Estate of Vivian Maier / Courtesy Maloof Collection;Howard Greenberg Gallery, New York & Les Douches la Galerie, Paris

© Estate of Vivian Maier / Courtesy Maloof Collection; Howard Greenberg Gallery, New York & Les Douches la Galerie, Paris

Image d’ouverture : © Sabine Weiss / Courtesy Les Douches la Galerie, Paris

Explorez
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
© Hugo Mapelli
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
Parmi les thématiques abordées sur les pages de notre site comme dans celles de notre magazine se trouve la mode. Par l’intermédiaire de...
17 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil de J.A. Young : l’hydre monstrueuse qui domine les États-Unis
© J.A. Young
Dans l’œil de J.A. Young : l’hydre monstrueuse qui domine les États-Unis
Cette semaine, plongée dans l’œil de J.A. Young. Aussi fasciné·e que terrifié·e par les horreurs que le gouvernement américain dissimule...
15 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
© Kin Coedel
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine s'immergent en profondeur dans diverses communautés, avec lesquelles iels...
14 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
© Nestor Benedini
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
Du 6 avril au 22 septembre, l’exposition PERFORMANCE au MRAC Occitanie fait dialoguer art et sport. L’événement fait partie de...
13 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les éternels éphémères : des abeilles et des hommes
© Maewenn Bourcelot
Les éternels éphémères : des abeilles et des hommes
C’est un monde sublime et violent, enchanté et tragique, énigmatique et d’une évidence terrible. Avec Les Éternels Éphémères, la...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
© Nicolas Lebeau
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
Avec Voltar A Viver (« Retourner à la vie », en français), Nicolas Lebeau questionne notre rapport aux images en puisant aussi bien dans...
17 avril 2024   •  
Écrit par Ana Corderot