Saudade à Rio

04 octobre 2018   •  
Écrit par Eric Karsenty
Saudade à Rio

Vincent Catala s’est installé dans la cité carioca il y a une dizaine d’années, fantasmant sur une ville solaire, idéale pour un nouveau départ. Loin des favelas, du Corcovado ou de la plage de Copacabana, le photographe s’est laissé porter durant cinq ans au gré de ses déambulations, pour livrer une série pleine d’une douce mélancolie. Cet article est à retrouver dans notre dernier numéro.

Portraits inquiets, immeubles fantomatiques, vagues solitaires, paysages à la lumière laiteuse ou rues écrasées de soleil, intérieurs muets, architectures semblables à des décors de théâtre… Les photographies de Vincent Catala nous entraînent dans un monde énigmatique. Les terrains vagues géants et les tronçons d’autoroute nous éloignent de la carte postale de Rio de Janeiro. De ses « lieux fantasmés que l’on pourrait décrire les yeux fermés sans jamais y être allé », précise l’auteur, qui a « l’impression de naviguer perpétuellement entre réalité et fiction, comme le lecteur des Villes invisibles d’Italo Calvino, ne sachant jamais si Marco Polo décrit ou invente les cités qu’il raconte à l’empereur Kubilai Khan ». Dans son roman, qui sert de repère au Français débarqué au Brésil, l’écrivain italien précisait : « Les villes, comme les rêves, sont faites de désirs et de peurs. »

© Vincent Catala

À coups d’errances et de déambulations

« Je dois reconnaître qu’au départ, j’ai été très déçu par ma nouvelle vie. J’avais tout quitté et je me retrouvais au milieu de nulle part, coupé de tout et de tous. Je me souviens, les premiers mois, avoir passé de longues heures à regarder par la fenêtre de ma chambre. Il y avait en contrebas une route à deux fois deux voies et une station-service, où j’allais déjeuner. Je me sentais impuissant et sans réponse : comment photographier un lieu illisible ? »

, confie Vincent Catala. Alors, patiemment, il s’aventure dans ce nouveau territoire, loin des quartiers touristiques. Procédant « par fragments et par bribes, à coups d’errances et de déambulations. Petit à petit, ces déambulations ont révélé des détails récurrents, qui se sont eux-mêmes transformés en idées fixes, donnant une trame et une intention à mes déplacements », explique-t-il.

Ses images rêveuses et impénétrables comme des blocs d’espaces silencieux n’en finissent pas de nous intriguer. Les personnages mutiques font écho aux intérieurs désabusés, les rideaux s’ouvrent sur des décors absents. Seules parfois une lumière ou la grâce d’un corps semblent faire émerger un désir. « Tous ces éléments mis bout à bout dessinent un paysage urbain intérieur, un espace sensible cartographiant mon imaginaire et mes angoisses », analyse le photographe. « Cette ville a-t-elle façonné mon regard, mes émotions ? Ou ai-je créé un espace fictif tout droit sorti de mon imagination ? », s’interroge-t-il. Loin de vouloir trancher cette question, les photographies nous conduisent dans un Rio vide et oppressant, où la solitude devient palpable. Dans cet univers silencieux, les images déploient un monde magnétique que le langage demeure impuissant à traduire. C’est bien là que réside tout le talent de Vincent Catala.

© Vincent Catala

© Vincent Catala

© Vincent Catala

© Vincent Catala
© Vincent Catala© Vincent Catala

© Vincent Catala© Vincent Catala

© Vincent Catala / Agence VU’

Cet article est à retrouver dans Fisheye #32, en kiosque et disponible ici.

Explorez
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
© Wayan Barre
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
La Louisiane, une région occupée par des dizaines d’usines pétrochimiques, possède l’un des taux les plus élevés de cancer et de maladies...
22 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
© River Claure
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
Ne pas sombrer dans les clichés folkloriques d’une Bolivie peuplée de lamas et de cholitas, sans renier ses racines : voilà le leitmotiv...
21 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Minuit brûle : Cendre, de lune et de sang
© Cendre
Minuit brûle : Cendre, de lune et de sang
Les cycles d’une lune rousse couronnant un paysage apocalyptique, un loup à l’allure surnaturelle, des brebis à la merci d’une meute…...
16 mai 2024   •  
Écrit par Gwénaëlle Fliti
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Zooms 2024 : Fisheye soutient Juliette Alhmah
Zooms 2024 : Fisheye soutient Juliette Alhmah
Le Salon de la Photo présente les Zooms 2024 ! L’occasion de (re)découvrir Toujours Diane, le songe éveillé de Juliette Alhmah...
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
©Lydia Goldblatt
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
Lydia Goldblatt parle des mères, de la sienne qu’elle a perdue, de celle qu’elle est devenue. De ce deuil enduré alors qu’elle était déjà...
24 mai 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
À bord de la Volvo de Joël Meyerowitz au Museo Picasso Málaga
Malaga, 1966 © Joël Meyerowitz
À bord de la Volvo de Joël Meyerowitz au Museo Picasso Málaga
Il y a soixante ans, le photographe américain Joël Meyerowitz foulait le sol de la ville de Málaga, en Espagne. Cette année, du 15 juin...
24 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Enzo Lefort : un regard qui fait mouche
© Enzo Lefort
Enzo Lefort : un regard qui fait mouche
Enzo Lefort, le plus titré des escrimeurs français, est l’un des plus sûrs espoirs de médaille aux prochains Jeux olympiques. Dans...
23 mai 2024   •  
Écrit par Eric Karsenty