Sur la piste du tigre

30 mars 2018   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Sur la piste du tigre

Dans The Hunt, projet mêlant photographie et vidéo, Álvaro Laiz raconte l’histoire tragique d’une chasse au tigre en Russie. Il y expose la relation complexe entre l’homme et la nature qui oscille entre le conflit et la fascination.

Le peuple sibérien Oudegueïs évolue loin de la civilisation. Ses croyances sont bercées par des mythes anciens dans lesquels les tigres sont les dieux de la forêt. Des créatures qu’il respecte de peur qu’elles ne se transforment en Amba, une bête démoniaque capable de traquer et de tuer les hommes. En 1997, Markov, un braconnier, décide d’attaquer un tigre, mais il perd le combat et s’enfuit. Le redoutable Amba le traquera pendant trois jours pour finalement le dévorer.

Cette histoire, relatée par John Vaillant dans son livre Le Tigre, une histoire vraie de vengeance et de survie, inspire le photographe espagnol Álvaro Laiz. « J’ai toujours été fasciné par le chamanisme et les liens entre la nature et la culture », confie-t-il. Touché par le récit, il part en expédition à l’est de la Russie. À l’issu de son périple, il réalise un ouvrage, accompagné d’une vidéo, ancrés dans la réalité, et emprunts de mythologie. Un récit passionnant ponctué par les témoignages des autochtones et la présence filée de la bête monstrueuse.

L’homme face à la nature

Si l’histoire de Markov est née dans un village abandonné de la forêt boréale, elle résonne de manière universelle. Le tigre, figure toute-puissante, représente la nature sauvage, et sa relation conflictuelle avec l’humanité.

Laiz suit ainsi la lignée des artistes subjugués par ce combat incessant – les peintres Friedrich et Turner ou encore l’écrivain Hemingway. Le tigre symbolise l’instinct, la sauvagerie dominant l’homme, et la victoire de la bête prédit celle de l’environnement sur l’arrogance humaine. « La famille de Markov pleurait, lorsque nous avons ramené son corps », explique un des hommes de la communauté. « Mais Markov est le seul responsable de cette tragédie et c’est lui qui a causé cette tristesse. »

Dans The Hunt, le conflit s’ancre dans un univers isolé, un huis clos sous la forme de plaines glaciales et désertes. La taïga et son sol gelé sont un terrain naturel et hostile. À travers les témoignages qu’il collecte, Álvaro projette son histoire dans un monde où nature, culture et mythes sont indissociables. « Les croyances de ces hommes sont liées à des forces surnaturelles qu’il faut respecter à tout prix », ajoute le photographe. Loin du monde urbain, ce conte sur la vanité de l’homme et le pouvoir de la nature devient d’autant plus captivant.

 

"Roe-deer man under the Orion constellation" from "The hunter" © Alvaro Laiz

 

 

Kostya the hunter from "The hunter" © Alvaro Laiz

Deer-man. From "The hunter" © Alvaro Laiz

© Alvaro Laiz

The Hunt, Éditions RM, 40 €, 108 p.

 © Álvaro Laiz

Explorez
Fotohaus Bordeaux 2024 : appréhender le littoral et ses territoires autrement
© Nancy Jesse
Fotohaus Bordeaux 2024 : appréhender le littoral et ses territoires autrement
En ce mois d’avril, la ville de Bordeaux célèbre le 8e art. Parmi les nombreuses expositions à découvrir figure Fotohaus Bordeaux, qui...
11 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil de Maxime Riché : après le drame, l’ironie des publicitaires
© Maxime Riché
Dans l’œil de Maxime Riché : après le drame, l’ironie des publicitaires
Cette semaine, plongée dans l’œil de Maxime Riché. Dans Paradise, projet que nous vous présentons sur les pages du Fisheye #64, le...
08 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Mesnographies 2024 : un voyage photographique conscient et engagé
© Charles Thiefaine
Mesnographies 2024 : un voyage photographique conscient et engagé
Du 1er juin au 14 juillet, se tient l’édition 2024 des Mesnographies, le festival international de photographie se déroulant dans le...
03 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Focus #71 : Sophie Alyz et les oiseaux qui prennent le train
04:54
© Fisheye Magazine
Focus #71 : Sophie Alyz et les oiseaux qui prennent le train
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Sophie Alyz traite, avec Beak, de l’impact de l’homme sur son environnement au travers...
27 mars 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d'Alexis Pazoumian
© Alexis Pazoumian
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d’Alexis Pazoumian
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
12 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Bodyland : déluge de chairs
© Kristina Rozhkova
Bodyland : déluge de chairs
C’est l’Amérique contemporaine que Kristina Rozhkova photographie dans sa série Bodyland. Une Amérique de la peau orange comme le...
12 avril 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Entre deux mondes : NYC en IA par Robin Lopvet
© Robin Lopvet
Entre deux mondes : NYC en IA par Robin Lopvet
Du 17 février au 5 mai 2024, Robin Lopvet présente sept séries qui ont toutes en commun l’utilisation de la retouche numérique et/ou de...
11 avril 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas