Sur les rails du Transsibérien

22 mars 2018   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Sur les rails du Transsibérien

À l’issue de ses six années passées au Japon, Gueorgui Tcherednitchenko, photographe franco-russe, décide de faire de son retour en Europe une épopée. De ce périple de deux mois naît The Long Way Home, un carnet de voyage visuel.

Gueorgui Tcherednitchenko naît en Russie et déménage en France alors qu’il est encore enfant. Sa jeunesse, passée des deux côtés du rideau de fer, est marquée par une volonté de trouver des terrains d’entente entre les cultures. « Je suis très intéressé par les notions d’origine et d’extranéité. Grandir en tant qu’étranger dans un pays a fait de ma vie une quête permanente de liens entre les peuples », explique le photographe. Lorsqu’il quitte Tokyo, l’envie d’explorer de nouveaux territoires prend le dessus, et son retour se transforme en un long voyage à travers Hong Kong, Taipei, Shanghai, Pékin, la Mongolie, la Sibérie, et finalement Moscou. « Le résultat est un ouvrage comprenant 50 photos sélectionnées parmi les 6 000 clichés réalisés pendant cette aventure », confie Gueorgui. Un véritable journal de bord où rencontres et paysages se mêlent et forment des échos de ce voyage le long des rails du Transmongolien et du Transsibérien.

Une photographie « japonisée »

Une certaine authenticité se dégage du trajet du photographe. Portraits et panoramas nous emportent, avec une spontanéité rafraîchissante. Si Gueorgui a toujours privilégié le ressenti à la technique, ses années passées au Japon influencent sa manière de penser l’image. « Là-bas, il y a une forte culture du snapshot. Beaucoup de Japonais aiment photographier le quotidien, leur amis proches, sans faire toujours attention au procédé », explique-t-il. C’est donc à l’instinct que Gueorgui immortalise son périple eurasien. Les paysages le long des rails le touchent, ainsi que les rencontres éphémères. Ses portraits sont d’ailleurs des hommages à ces globe-trotteurs, croisés le temps d’une soirée dans les auberges, au cours du périple. Dans The Long Way Home, l’image est frontale, prise dans l’instant, sous le coup d’une émotion. La lumière y est naturelle, et éclaire ces souvenirs visuels avec fidélité. « Selon moi, la vie de tous les jours, avec ses espaces urbains et ses personnages, est beaucoup plus théâtrale et poétique que les photographies réalisées en studio », conclut simplement le photographe.

© Gueorgui Tcherednitchenko

© Gueorgui Tcherednitchenko© Gueorgui Tcherednitchenko
© Gueorgui Tcherednitchenko
© Gueorgui Tcherednitchenko© Gueorgui Tcherednitchenko

© Gueorgui Tcherednitchenko© Gueorgui Tcherednitchenko

© Gueorgui Tcherednitchenko

Explorez
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
Il y a 8 heures   •  
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet