Une étrange histoire du sud

16 juin 2016   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Une étrange histoire du sud
Rosie Brock n’a que 20 ans, est encore étudiante à la School of Visual Arts de New York et a déjà un regard très prometteur. Imprégnée d’une enfance passée en Floride, nourrie de littérature et de cinéma, sensible aux souvenirs hérités du passé, Rosie nous livre ici une très belle série, “Bone, Flesh, Memory”. Entretien.

Fisheye Magazine : Pourquoi es-tu devenue photographe ?

Rosie Brock : J’ai commencé à prendre des photos à l’âge de 15 ans et depuis je n’ai pas cessé d’être passionnée par ça. Devenir photographe semble être le seul chemin de carrière à suivre – et le plus naturel.

Quelle est l’histoire de ta série Bone, Flesh, Memory ?

Bone, Flesh, Memory est une série narrative toujours en cours, qui se situe quelque part dans le domaine du genre gothique méridional. Il n’y a pas de véritable intrigue linéaire dans ce travail; mon but est de créer un fort sentiment d’humeur, aussi bien qu’une vague atmosphère qui chancelle à la frontière du familier et de l’inquiétant.

rosie-brock-fisheyelemag-1rosie-brock-fisheyelemag-2rosie-brock-fisheyelemag-3rosie-brock-fisheyelemag-4rosie-brock-fisheyelemag-5rosie-brock-fisheyelemag-6rosie-brock-fisheyelemag-7rosie-brock-fisheyelemag-8rosie-brock-fisheyelemag-9rosie-brock-fisheyelemag-10rosie-brock-fisheyelemag-11rosie-brock-fisheyelemag-12rosie-brock-fisheyelemag-13rosie-brock-fisheyelemag-14rosie-brock-fisheyelemag-15rosie-brock-fisheyelemag-16rosie-brock-fisheyelemag-17rosie-brock-fisheyelemag-18rosie-brock-fisheyelemag-19rosie-brock-fisheyelemag-20rosie-brock-fisheyelemag-21rosie-brock-fisheyelemag-22

Est-ce un travail fictif ou documentaire ?

La narration est partiellement fictive. Mon intention est de créer une histoire qui, bien qu’influencée par mes propres souvenirs et expériences du sud, est une construction plutôt qu’une vision non altérée de la réalité. J’ai été certainement influencée par la tradition de la photographie documentaire, mais je trouve que créer et imaginer une narration est plus intéressant.

Qu’est-ce qui a inspiré Bone, Flesh, Memory ?

Mon enfance passée dans la Côte du Golfe de Floride façonne l’essentiel de tous mes centre d’intérêts visuels actuels. De cinq à treize ans, j’étais dans une école catholique privée; il y avait là-bas une vraie dichotomie entre la sécurité de l’encadrement religieux et l’aspect général, bizarre et miteux, de la culture environnante de la Côte. Avec le recul, je m’aperçois que l’écart et la connexion entre les différentes facettes de la communauté où j’ai grandi ont beaucoup influencé mes façons d’observer et de penser. De plus, la littérature et les récits filmiques sont d’importantes influences dans mon travail. La littérature du Sud – telles que les histoires de Sherwood Anderson, Eudora Welty et William Faulkner – a fait croître mon intérêt pour cette région, mais aussi pour les expériences spécifiques propres à certains endroits et aux personnages qui y résident. J’ai aussi été très inspirée par les documentaires sur le crime, en particulier la trilogie de Paradise Lost.

Que cherches-tu alors à exprimer avec ce travail  ?

Je cherche à montrer à quel point, souvent, il y a une forte dramaturgie derrière les apparences ordinaires.

Où as-tu réalisé ces images ?

Toutes ces photos ont été réalisées en Virginie, dans le Tennessee, en Géorgie ou dans la Caroline du Sud.

Extrait de "Bone, Flesh, Memory" / © Rosie Brock
Extrait de “Bone, Flesh, Memory” / © Rosie Brock

Quel est l’impact de ces lieux sur ta façon de photographier ?

L’endroit où je shoote influence énormément l’humeur et l’atmosphère psychologique des images produites. La plupart des lieux représentés dans Bone, Flesh, Memory sont des coins sur lesquels je suis tombée durant mes road-trip et qui m’ont instantanément intrigués. Quand je découvre au hasard un cadre qui m’est visuellement attrayant, d’ordinaire c’est parce qu’il déclenche un souvenir. Ça me permet d’insuffler un peu de moi-même dans un endroit étranger.

Quel boîtier utilises-tu pour cette série ?

J’utilise un Hasselblad 500cm.

Pourquoi avoir choisir de réaliser des images au format carré ?

J’ai toujours été attirée par l’imaginaire de ce format. Je pense par exemple aux travaux d’Alessandra Sanguinetti, de Maude Schuyler Clay et de Lara Shipley. J’ai utilisé l’Hasselblad pour la première fois l’an dernier et j’ai été instantanément fan du rapport d’image; quand je compose une photographie, mon esprit envisage toujours l’image sous l’aspect carré.

Selon toi, quelle est la photo la plus emblématique de Bone, Flesh, Memory ?

Celle de la jeune femme assise sur une chaise, faisant face à un grillage. Il y a dans cette photo une sorte d’ambiguïté et de tension, que je m’évertue à traduire dans chaque image.

Extrait de "Bone, Flesh, Memory" / © Rosie Brock
Extrait de “Bone, Flesh, Memory” / © Rosie Brock

Propos recueillis par Marie Moglia

En (sa)voir plus

→ Découvrez l’ensemble du travail de Rosie sur son site : www.rosie-brock.com

→ Suivez la sur Instagram : @rosie_brock

Explorez
La sélection Instagram #463 : tout feu tout flamme
© Anass Ouaziz / Instagram
La sélection Instagram #463 : tout feu tout flamme
Le soleil brûle dans notre sélection Instagram de la semaine. Les flammes se déchaînent, les briquets s’allument, et les lueurs rouges...
16 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
© Claire Jaillard
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
Le 6 juillet s’est clôturé la première semaine des Rencontres d’Arles 2024. À la cour de l’Archevêché, lieu historique du...
13 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les images de la semaine du 01.07.24 au 07.07.24 : cap sur Arles !
© Joachim Haslinger, Tribute to Egon Schiele, 2022 courtesy www.atelierjungwirth.com
Les images de la semaine du 01.07.24 au 07.07.24 : cap sur Arles !
C’est l’heure du récap‘ ! Cette semaine, Fisheye se plonge dans la 55e édition des Rencontres d'Arles et revient sur quelques-unes de ses...
07 juillet 2024   •  
Écrit par Milena Ill
La vitalité des ama se diffuse dans le langage visuel d'Uraguchi Kusukazu
© Uraguchi Kusukazu. Au large, 1974. Avec l’aimable autorisation d’Uraguchi Nozomu.
La vitalité des ama se diffuse dans le langage visuel d’Uraguchi Kusukazu
Des photographies inédites de la monumentale archive d’Uraguchi Kusukazu prennent vie aux Rencontres d’Arles. Le photographe japonais a...
04 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Voir le temps en couleurs : le laboratoire de l'histoire photographique imaginé par Sam Stourdzé
Yevonde Middleton Vivex, *John Gielgud as Richard II in 'Richard of Bordeaux'*, 1933 by colour print NPG x11658. © National Portrait Gallery, London
Voir le temps en couleurs : le laboratoire de l’histoire photographique imaginé par Sam Stourdzé
Jusqu’au 18 novembre, les 1 200 mètres carrés du deuxième étage du Centre Pompidou-Metz se transforment en une promenade temporelle pour...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Onironautica : les rêves lucides, l’IA des êtres humains
© Ludivoca De Santis
Onironautica : les rêves lucides, l’IA des êtres humains
Collections d’images venues de rêves lucides, Onironautica de Ludovica De Santis interroge, au travers de mises en scène intrigantes...
19 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Le Jardin du Lunch : les boulettes de Proust
© Pascal Sgro
Le Jardin du Lunch : les boulettes de Proust
Entre nostalgie et humour, le photographe belge Pascal Sgro saisit, dans sa série en cours Le Jardin du Lunch, la bienveillante laideur...
19 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Les Cowboys Créoles dans l'objectif de Chloé Kerleroux
© Chloé Kerleroux
Les Cowboys Créoles dans l’objectif de Chloé Kerleroux
Avec la série Cowboys Créoles, Chloé Kerleroux rend hommage à la figure du vacher noir, personnage emblématique de l’histoire...
18 juillet 2024   •  
Écrit par Costanza Spina