Partenaire
Terminé
Exposition

Mohamed Bourouissa : Signal

16.0230.06
Palais de Tokyo
13, Avenue du Président Wilson, 75116 Paris
Palais de Tokyo
Enfermement des corps et des pensées, représentation des identités, détermination et contrôle des langages, soin par les plantes, la musique et la couleur, économies parallèles, aliénation et résistance... À partir d’expériences intimes, l’œuvre de Mohamed Bourouissa dresse des récits collectifs puisés aux racines de l’amertume (seum, en arabe).
11 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Mohamed Bourouissa : Signal
© Mohamed Bourouissa, Ma Mère

Enfermement des corps et des pensées, représentation des identités, détermination et contrôle des langages, soin par les plantes, la musique et la couleur, économies parallèles, aliénation et résistance… À partir d’expériences intimes, l’œuvre de Mohamed Bourouissa, présentée au Palais de Tokyo, dresse des récits collectifs puisés aux racines de l’amertume (seum, en arabe). Cette première rétrospective dans une institution nationale est l’occasion de déplier le travail de l’artiste, de ses productions les plus récentes à ses débuts, incluant des créations d’artistes ami·es, comme autant de sursauts dans le temps, sans se soucier d’être exhaustif ou chronologique. Comme la terre lui est étroite, l’exposition réunit plusieurs géographies, de Blida, en Algérie, ville natale de l’artiste, où le psychiatre et écrivain Frantz Fanon a développé une analyse de l’aliénation mentale au cœur des dominations coloniales, à Gennevilliers, où l’artiste vit et est très actif localement, en passant par Fletcher Street (Philadelphie) et sa communauté de cow-boys noirs jusqu’au ciel de Gaza.

Animé par une logique du disparate, Mohamed Bourouissa étire les langages, les références intimes et collectives, les formes et les esthétiques, pour provoquer des écarts, des renversements, des tensions, créant un tiers-espace, entre jardin hanté et organisme vivant, dicté par le trouble. L’exposition est pensée comme une partition de sons, de dessins, de photographies, de films, de sculptures, d’aquarelles, de plantes, de musiques expérimentales et d’énergies collectives. Du cri au silence en passant par le murmure des fantômes du colonialisme, elle nous confronte à une certaine fréquence atmosphérique du sensible, toujours en alerte. Une tentative d’échapper à ce qui nous intoxique. À voir en urgence au Palais de Tokyo, avant le 30 juin prochain !

Les événements du moment
Voir tout l'agenda
Les mesnographies
LEAVING ONE FOR ANOTHER. Rain jackets © Olgaç Bozalp
Terminé
Festival
Les mesnographies
01.0614.07
Les Mesnuls
Pour sa quatrième édition, le festival de photographies internationales Les mesnographies propose un parcours engagé et inclusif où...
There was a moment
© Marine Toux
À venir
Exposition
There was a moment
18.0723.07
POPUP!
Dans “There was a moment”, présentée à la galerie POPUP!, à Paris, la photographe Marine Toux s’est intéressée aux histoires d’amour....
Unconcrete / Skateboard
En cours
Exposition
Unconcrete / Skateboard
01.0318.08
Le Lavoir Numérique
Unconcrete est une exposition réunissant un corpus d’œuvres qui interrogent la pratique du skateboard et ses liens aux...
Le Bonheur est dans l'image
© FRANCE. Rhone-Alpes Region. Rhone Department. Villefranche-sur-Saone. Garet's Farm. Lilette and Jean DEPARDON. 1950
En cours
Exposition
Le Bonheur est dans l’image
04.0526.08
Centre Culturel de Rencontre d'Ambronay
Venez découvrir la nouvelle expo photo sensible et personnelle d'une figure incontournable de l’art photographique.
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
© Damien Krisl
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes de Fisheye sondent le futur en interrogeant le temps présent.
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Lorine © Hélène Mastrandréas
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Après avoir perdu une partie de son autonomie, la photographe de réalisatrice Hélène Mastrandréas réalise que sa vie a changé à jamais....
13 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
© Claire Jaillard
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
Le 6 juillet s’est clôturé la première semaine des Rencontres d’Arles 2024. À la cour de l’Archevêché, lieu historique du...
13 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Géographie de la domination : l'horreur vue du ciel
© Paul Mesnager
Géographie de la domination : l’horreur vue du ciel
Projet multiforme à la croisée du livre et de l’exposition virtuelle, Géographie de la domination nous fait prendre de la hauteur pour...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin