« 30 Under 30  » : l’expo on-line de femmes photographes

10 juillet 2014   •  
Écrit par Fisheye Magazine
"30 Under 30 " : l'expo on-line de femmes photographes

© Dina Oganova.

30 Under 30 est une exposition accessible à toute personne disposant d’une connexion Internet. Le principe ? Vous avez accès à 30 séries de photos par des jeunes femmes photographes de moins de 30 ans. Existant depuis 2010 et profitant du développement des nouvelles technologies pour faire connaître la nouvelle génération de jeunes talents féminins de la photographie, l’exposition se renouvelle tous les ans, avec un accès toujours possible aux photos des années antérieures.

 

© Sabrina Caramanico
© Sabrina Caramanico.

 

Quelques-unes des photographes exposées cette année : Pauline Araujo, Sabrina Caramanico, Agnès Clotis, Maria Gruzdeva, Lisa Lesourd, Amanda Mustard, Dina Oganova, Tina Remiz, entre autres. Elles embrassent toutes des univers différents, mais ont en commun d’être des photographes de talent ayant moins de 30 ans.

 

© Agnes Clotis
© Agnès Clotis.
© Agnes Clotis
© Agnès Clotis.

 

Matthew Hong, un responsable du projet, nous en dit plus : “L’idée du projet est née d’une observation de la récente explosion de jeunes photographes qui ont fait des vagues dans le monde de la photo. Grâce à l’accessibilité de la pratique de la photo aujourd’hui et à l’apparition des réseaux sociaux qui permettent une reconnaissance du public plus facile, beaucoup plus de personnes s’expriment aujourd’hui par la photo. En travaillant avec des photographes, on comprend que ce phénomène a particulièrement touché les femmes qui tendent à être moins représentées dans l’industrie de la photographie. 30 Under 30 a été lancé en 2010 dans le but de mettre en avant et de mieux exposer cette population sous-représentée. Chaque année, le projet gagne en reconnaissance, pas seulement dans les cercles de la jeune photographie, mais dans la photographie d’art en général.”

 

© Lisa Lesourd
© Lisa Lesourd.
© Lisa Lesourd
© Lisa Lesourd.

 

Des candidatures leur sont envoyées, beaucoup sont également proposées par d’anciennes exposantes ou d’autres photographes avec lesquels ils ont travaillé. L’équipe de Photo Boite (auparavant agence de photo) choisit ensuite à tour de rôle les prochaines photographes à exposer.

 

© Tina Remiz
© Tina Remiz.
© Tina Remiz
© Tina Remiz.
© Pauline Araujo
© Pauline Araujo.

 

Pourquoi exposer sur Internet ? Matthew Hong : “Exposer en ligne permet de donner une accessibilité à tous quel que soit l’endroit géographique où l’on se trouve. Et sur une échelle temporelle, nous pouvons ainsi faire durer l’exposition toute une année. Un autre avantage est de pouvoir garder en archives les anciennes expositions pour faire grandir le collectif et construire ainsi une histoire.” Sur Internet, l’avantage c’est qu’il y a aussi Facebook, Twitter et autres. “La jeune génération a été mise à contribution pour aider à diffuser le projet à travers les réseaux sociaux.”

 

© Amanda Mustard
© Amanda Mustard.
© Amanda Mustard
© Amanda Mustard.
© Amanda Mustard
© Amanda Mustard.

 

 Malgré tout, l’équipe a pour prochains objectifs de monter parallèlement une exposition physique, ou encore d’imprimer des catalogues papier des expositions.
 
 
© Dina Oganova
© Dina Oganova.
© Dina Oganova
© Dina Oganova.
 
“Jusqu’à présent, nous avons eu plus de 100 000 visites depuis la création du site, et nous avons lancé des partenariats avec plusieurs organismes de photo reconnus.” C’est donc seulement le début de l’histoire. À visiter ici.   C.L.
Explorez
La sélection Instagram #450 : les déclinaisons du grain
© Veronique Van Hoorick / Instagram
La sélection Instagram #450 : les déclinaisons du grain
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram partagent un attrait pour les images au grain saillant. Dans des approches...
16 avril 2024   •  
30 ans après ? : à Niort, tous les futurs se déclinent
© Marine Combes
30 ans après ? : à Niort, tous les futurs se déclinent
Les Rencontres de la jeune photographie internationale célèbrent leurs 30 ans à Niort. Pour l’occasion, le festival propose aux neuf...
09 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Dyal Thak : Kin Coedel, tisserand d'un Tibet onirique
© Kin Coedel
Dyal Thak : Kin Coedel, tisserand d’un Tibet onirique
Pour réaliser Dyal Thak, Kin Coedel s’est rendu à de multiples reprises sur le plateau tibétain. Là-bas, le photographe chinois a...
09 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
La sélection Instagram #449 : émerger de la torpeur
© Federica Belli / Instagram
La sélection Instagram #449 : émerger de la torpeur
Les images de notre sélection Instagram de la semaine évoquent, par la lumière, le style pictural ou la présence des sujets, un grand...
09 avril 2024   •  
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
© Hugo Mapelli
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
Parmi les thématiques abordées sur les pages de notre site comme dans celles de notre magazine se trouve la mode. Par l’intermédiaire de...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Ces séries photographiques qui apprivoisent la ville
© Craig-Whitehead
Ces séries photographiques qui apprivoisent la ville
Dans la rue, au cœur du fourmillement de la foule ou au fil des bâtiments qui façonnent la réalité urbaine, les photographes n’ont de...
16 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Rastchoutchas, la pop en béquille
© Rastchoutchas
Rastchoutchas, la pop en béquille
Entre les potes, les ombres et les mâchoires animales qu’une main de matrone serre, Rastchoutchas pope toujours la même et unique soirée...
16 avril 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
La sélection Instagram #450 : les déclinaisons du grain
© Veronique Van Hoorick / Instagram
La sélection Instagram #450 : les déclinaisons du grain
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram partagent un attrait pour les images au grain saillant. Dans des approches...
16 avril 2024   •