À faire, à voir, à lire ce week-end

17 janvier 2014   •  
Écrit par Fisheye Magazine
À faire, à voir, à lire ce week-end

© Ben Schuyler.

À faire

1. Ren Hang fait partie de cette nouvelle génération d’artistes chinois dont les créations, interdites en Chine, font fureur à l’international. Dans la même famille, on pense à Ai Weiwei ou au réalisateur Jia Zhangke. Ren Hang met en scène et photographie ses amis, nus, dans des positions tantôt grotesques, tantôt poétiques, et interroge à grands coups de flash la sexualité d’une jeunesse chinoise désinhibée et avide de vivre. Une posture qui a fait tiquer nombre d’officiels et d’artistes chinois. “J’aime mon pays, et le fait d’être critiqué comme cela me motive à vivre encore plus en Chine“, se défend l’artiste, enfonçant le clou de l’art polémique. [Un article sur le renouveau de l’art photographique chinois est à lire dans le numéro 4 de Fisheye, en kiosque depuis le 7 janvier.] 

“La Chine à nue” de Ren Hang, jusqu’au 14 mars. NUE Galerie, 29, rue Méhul, 93500 Pantin.

©Ren Hang
© Ren Hang.

 

2. Au travers de dix séries d’images, le photographe catalan Joan Fontcuberta explore la notion de camouflage : camouflage de l’auteur, camouflage de la photographie, camouflage de la réalité, camouflage de la vérité. Sous-tendue par les années de franquisme, l’exposition interroge le pouvoir de l’image, de sa création, de sa manipulation, de sa diffusion et de sa réappropriation.

“Camouflages” de Joan Fontcuberta, jusqu’au 16 mars. Maison européenne de la Photographie, 5/7, rue de Fourcy, 75004 Paris. Également à la MEP, l’exposition “Small Stories” de David Lynch, jusqu’au 16 mars. 

“Fauna”, Solenoglypha Polipodida, 1985 ©Joan Fontcuberta.
“Fauna”, Solenoglypha Polipodida, 1985. © Joan Fontcuberta.

 

3. Le rooftopping ? Le principe est simple : accéder au sommet de tours, gratte-ciel ou monuments (généralement interdits au public) et prendre en photo la ville qui trépide 45 étages en contrebas. Clichés vertigineux assurés ! Pour la première fois en France, la pratique fait l’objet d’une exposition – interactive – organisée sur un toit parisien en partenariat avec Nissan. Petit plus qui sent l’interdit : l’accès à l’expo se fait sur présentation d’un mot de passe !

Exposition “Rooftopping Nissan”, du 16 au 21 janvier de 18 h à 22 h. Terrasse du Publicis Drugstore, 133, avenue des Champs-Élysées, 75008 Paris. Accès sur mot de passe diffusé sur la page Facebook et Twitter de l’événement.

©Tom Ryaboi
© Tom Ryaboi.

 

À lire

La culture américaine est davantage vouée à l’imitation qu’à la création originale, observait Alexis de Tocqueville au XIXe siècle. C’est également le message que véhicule l’ouvrage somme de François Brunet, L’Amérique des images : Histoire et culture visuelles des États-Unis. Partant de l’exemple du poster “Hope”, œuvre de l’artiste Shepard Fairey propulsé au rang d’icône politique au service de la campagne Obama en 2008, l’universitaire retrace l’histoire de la dualité imitation-création qui motive la culture iconographique américaine, avant d’en explorer les variations les plus récentes. “Le vrai changement dans l’histoire iconographique américaine réside au XXe siècle : l’on réalise alors que le pouvoir n’est pas dans les images, mais dans les mains des agents de leur diffusion“, explique François Brunet. “C’est aux États-Unis que se trouvent aujourd’hui les instruments les plus répressifs de suivi des signes et des images [la NSA], mais aussi que se trouvent les réactions les plus virulentes à ce contrôle de l’image [le mouvement pop art, et plus récemment, le street art et le meme]. Ce paradoxe participe de la création d’une relation d’ambiguité liant le concept d’image au concept d’Amérique,  favorisant l’américanophobie ambiante.”

L’Amérique des images : Histoire et culture visuelles des États-Unis » sous la direction de François Brunet, éd. Hazan, 45 €. 

L'Amérique des images
© Éditions Hazan.

 

À cliquer

1. Artiste diplômé de l’école Gobelins de Paris aujourd’hui installé à Brooklyn, Romain Laurent insuffle une bonne dose de surréalisme et d’absurde dans ses créations GIF, dévoilées chaque semaine sur son site Web dans le cadre de la série One Loop Portrait a Week. Flip infini, tête à claques, fumée violette ou feuilles mortes à Central Park : de la répétition de chaque situation naît l’absurde. Et la surprise ! 

© Romain Laurent
© Romain Laurent.

 

2. Ben Schuyler aime le latte art, les sapins et le brouillard qui s’accroche en épaisses nappes aux pics effilés du nord-ouest américain. Armé de son iPhone, ce natif de Seattle photographie ses amis (et son chiens aux longues oreilles !) dans le plus naturel des décors. Un fil Instagram rafraîchissant. 

Processed with VSCOcam with m5 preset
© Ben Schuyler.
Explorez
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
Il y a 9 heures   •  
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
© Lauren Gueydon
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
Tetiana Tytova et Lauren Gueydon, nos coups de cœur de la semaine, s’intéressent toutes deux à la photographie de mode. La première s’en...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
© Feng Li
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
Connu pour sa photographie de rue insolite, l’artiste chinois Feng Li présente à travers Pig un aspect plus intimiste de son existence....
19 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
Il y a 1 heure   •  
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
Il y a 9 heures   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet