Approche 2019 : expérimentations et déconstructions

09 novembre 2019   •  
Écrit par Anaïs Viand
Approche 2019 : expérimentations et déconstructions

Jusqu’au 10 novembre, le salon Approche dévoile quinze artistes expérimentant le médium photographique. Un rendez-vous incontournable pour qui s’interroge sur le devenir du 8e art.

Comment définir l’image ? Et la réalité ? Deux interrogations communes aux quinze artistes exposés dans le cadre de la 3e édition du salon Approche – salon marchand, pensé comme une exposition collective. Cette année encore, les frontières du médium photographique sont largement franchies, et les expériences renouvelées. Si Thomas Paquet et Laure Tiberghien poursuivent leur exploration du 8e art pour ses propriétés essentielles, d’autres partagent leurs préoccupations environnementales. L’eau, la forêt ou la montagne… Anaïs Boudot (Galerie Binome), artiste-alchimiste diplômée de l’ENSP d’Arles, s’immerge dans la nature et glane des matériaux d’images. Elle poursuit son exploration de retour à son atelier puisqu’elle travaille la technique du tirage gélatine-argentique sur verre. Avec Ce qu’il reste des vagues, elle propose une déambulation durant laquelle elle tente de refermer la faille entre notre monde qui se consume et la sérénité de la nature. Le lauréat du Foam Talent Award 2010, Douglas Mandry (Bildhalle Gallery) mène une réflexion sur les effets de l’accélération technologique sur l’homme et la nature. Ses grands tirages mêlant le naturel et le technique révèlent des glaciers suisses éphémères. Those may last forever évoque de multiples quêtes et s’adresse au amoureux de la montagne, comme aux passionnés de l’image.

© Anais Boudot / Galerie Binome© Anais Boudot / Galerie Binome

© Anais Boudot / Galerie Binome

Chirurgienne de l’image

Autre tendance de cette nouvelle édition, la pratique du collage. Lindsay Caldictott ou Jonny Briggs développent tous deux une écriture automatique. La première reproduit, découpe, et colle des images rassemblées ici et là. Archives de famille, extraits de revue scientifique ou de manuels de médecine, Lindsay Caldicoot (Christian Berst Art Brut) déconstruit pour reconstruire. Souffrant de troubles psychiques, c’est au sein de l’hôpital psychiatrique dans lequel elle a été internée durant 24 ans, qu’elle a amorcé son travail de composition obsessionnel. Graphiques, minimalistes, les productions de Lindsay Caldictott sont aussi déroutantes, voire violentes. Car les Fragments et Fractales de l’artiste forment un ensemble fait d’organes et d’éléments personnels. Ici, des corps entremêlés, là, des patients enchainés et, plus loin, un utérus déchiré intitulé Autoportrait (seule production titrée). Formée au métier de technicienne en radiographie, Lindsay Caldictott s’impose ici comme une véritable chirurgienne de l’image. Quant au second, Jonny Briggs (Ncontemporary), il intervient sur des clichés afin de justifier la Broken Nature (Nature cassée, NDLR). Autobiographiques, ses mises en scène sont également engagées. Il associe photos de familles et scenarii irréels humoristiques. Une façon pour lui de montrer qu’il est ridicule de sacrifier son moi naturel en vue d’ être intégré et reconnu dans un groupe social.

© Lindsay Caldicott / Christian Berst© Lindsay Caldicott / Christian Berst

© Lindsay Caldicott / Christian Berst

Balade exotique

Coup de projecteur enfin sur Benoît Jeannet (Galerie Eric Mouchet) qui déconstruit les clichés dans son projet Escape from paradise. À travers son approche polymorphe de la photographie, le lauréat du Foam Talents 2020, interroge le médium comme le statut de l’image. Le 8e art et son laboratoire deviennent des outils malléables, reflétant le monde dont il se fait le témoin. Pour le salon Approche, il a choisi d’installer son laboratoire d’observation iconographique au beau milieu du Pacifique. L’endroit rêvé pour étudier les mythes hawaïens : au milieu de la pièce trône une chemise fleurie, au fond un décor de carte postale cramé par le soleil. Autant d’éléments qui ont façonné notre perception de l’archipel des Hawaii du XXI siècle. Imageries populaires, propagande, et surtout jeux de correspondance ponctuent cette balade exotique. Il a par exemple photographié une orchidée de la même manière que l’on photographie un essai nucléaire. Un travail esthétique et intelligent donc.

« Approche est un salon marchand conçu comme une exposition, avec un regard curatorial qui fait tomber les murs symboliques entre monde de la photographie et monde de l’art contemporain » annoncent Emilia Genuardi et Elsa Janssen, les deux directrices du salon. Convaincus que le médium photographique doit être renouvelé ? Approche est rendez-vous à ne manquer sous aucun prétexte !

Jusqu’au 10 novembre 2019

Le Molière
40 rue de Richelieu Paris 1

Samedi 9 novembre : 13 – 22h Ouvert au public, sur réservation

Dimanche 10 novembre11 – 13 – 18h Ouvert au public, sur réservation

→ Réservations sur approche.paris

© Douglas Mandry / Bildhalle Gallery© Douglas Mandry / Bildhalle Gallery

© Douglas Mandry / Bildhalle Gallery

Benoit Jeannet Courtesy / Galerie Eric Mouchet © Grégory Copitet© Benoit Jeannet Courtesy / Galerie Eric Mouchet

Benoît Jeannet Courtesy / Galerie Eric Mouchet © Grégory Copitet

© JonnyBriggs Ncontemporary© JonnyBriggs Ncontemporary

© Jonny Briggs /Ncontemporary

© Dune Varela© Dune Varela

© Dune Varela

© Lindsay Caldicott / Christian Berst© Lindsay Caldicott / Christian Berst

© Lindsay Caldicott / Christian Berst

Image d’ouverture © Lindsay Caldicott / Christian Berst

Explorez
Onironautica : les rêves lucides, l’IA des êtres humains
© Ludivoca De Santis
Onironautica : les rêves lucides, l’IA des êtres humains
Collections d’images venues de rêves lucides, Onironautica de Ludovica De Santis interroge, au travers de mises en scène intrigantes...
19 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Le Jardin du Lunch : les boulettes de Proust
© Pascal Sgro
Le Jardin du Lunch : les boulettes de Proust
Entre nostalgie et humour, le photographe belge Pascal Sgro saisit, dans sa série en cours Le Jardin du Lunch, la bienveillante laideur...
19 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Le Prix étudiant de la Photographie Industrielle révèle les noms de ses six lauréates
© Adèle Delbet
Le Prix étudiant de la Photographie Industrielle révèle les noms de ses six lauréates
Le jury du Prix étudiant de la Photographie Industrielle 2024 a désigné ses lauréates. Au nombre de six, les gagnantes portent un regard...
18 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les coups de cœur #501 : Cal Douglas et Sveta Kaverina
© Sveta Kaverina
Les coups de cœur #501 : Cal Douglas et Sveta Kaverina
Cal Douglas et Sveta Kaverina, nos coups de cœur de la semaine, ont commencé leurs projets grâce à des livres anciens. En les parcourant...
15 juillet 2024   •  
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Dans l’œil de Juliette-Andréa Élie : éprouver le paysage qui se transforme
© Juliette-Andréa Élie, œuvre réalisée dans le cadre d'une résidence au musée Nicéphore Niépce
Dans l’œil de Juliette-Andréa Élie : éprouver le paysage qui se transforme
Cette semaine, plongée dans l’œil de Juliette-Andréa Élie. Au moyen de diverses techniques, la photographe et plasticienne compose des...
À l'instant   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
© Rafael Fabrés
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
Dominik Scharf et Rafael Fabrés, nos coups de cœur de la semaine, enregistrent le monde grâce à leur boîtier. Le premier se considère...
Il y a 5 heures   •  
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
© Pascal Sgro
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
Cette semaine, les photographes de Fisheye s’intéressent aux différents aspects du feu, et ce, de manière littérale comme figurée.
21 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Voir le temps en couleurs : le laboratoire de l'histoire photographique imaginé par Sam Stourdzé
Yevonde Middleton Vivex, *John Gielgud as Richard II in 'Richard of Bordeaux'*, 1933 by colour print NPG x11658. © National Portrait Gallery, London
Voir le temps en couleurs : le laboratoire de l’histoire photographique imaginé par Sam Stourdzé
Jusqu’au 18 novembre, les 1 200 mètres carrés du deuxième étage du Centre Pompidou-Metz se transforment en une promenade temporelle pour...
20 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger