Aux sommets de l’absurde

26 janvier 2023   •  
Écrit par Anaïs Viand
Aux sommets de l’absurde

Dans Yes to All, le duo de photographes Mattia Micheli & Nicolò Panzeri interroge notre lien aux Alpes et souligne l’anthropisation du massif montagneux. Une enquête photographique empreinte de dérision autour d’un territoire longtemps resté sauvage, soumis aujourd’hui à un tourisme de masse. Cet article est à retrouver dans notre dernier numéro.

Savez-vous où se situe le plus haut aéroport ? À Courchevel, à 2 008 mètres d’altitude. En Autriche, à Brixen im Thale, il est désormais possible de se désaltérer au beau milieu d’une piste de ski grâce à des « igloo-bar » (distributeurs automatiques de boissons). Au Passo del Tonale, col des Alpes italiennes, il existe des salles de spectacles construites en glace où de vrais musiciens jouent avec des instruments sculptés dans des glaçons. De passage à Monthey, en Suisse ? Arrêtez-vous au Whitepod et profitez de la vue à couper le souffle depuis un pod de luxe – hébergement insolite en forme de bulle – pour la modique somme de 2 500 francs suisses la nuitée. Une occasion de croiser des touristes venus de Bali qui chaussent leurs plus beaux crampons à moumoute colorée pour rejoindre le logement-concept. « Pourquoi l’euphorie du blanc à tous les âges? Il est une cure de jouvence, une lumière matérielle que l’on peut manger, malaxer, habiter et sur laquelle on glisse », écrit si justement Pascal Bruckner dans son ouvrage Dans l’amitié d’une montagne. Petit traité d’élévation, publié aux éditions Grasset en janvier 2022.

© Mattia Micheli & Nicolò Panzeri© Mattia Micheli & Nicolò Panzeri

Si l’hiver est la saison la plus rentable pour le tourisme dans les Alpes, l’été affiche son lot d’inepties. Chaque année, dans la Vallée d’Aoste, les habitants et touristes adeptes du folklore célèbrent la Bataille des reines, des combats entre vaches gravides – c’est-à-dire gestantes – afin d’élire la « Reine des cornes ». Début août 2019, la Lombardie a été touchée par d’importantes pluies torrentielles provoquant des glissements de terrain et des inondations. Et le paysage alpin n’est pas près de s’arrêter de changer. Tout le monde sait que le rapport du Giec publié le 28 février 2022 est bien sombre : si la hausse des températures se poursuit, un réchauffement planétaire de 2,7 °C est prévu pour 2100. Mais quid des massifs montagneux ? La fonte du permafrost induit le retrait des glaciers et des éboulements de pans entiers. Les experts annoncent que « la plupart des glaciers en basse altitude et de petites tailles vont perdre une grande partie de leur masse avec un réchauffement de 1,5 °C. Une large majorité d’espèces vivantes endémiques feront face à un risque d’extinction, les régions dépendantes de l’eau des glaciers et de la fonte des neiges pour l’irrigation feront face à une ressource en eau irrégulière et à une insécurité alimentaire accrue. » En cinquante ans, les Alpes ont perdu environ un mois de neige à basse et moyenne altitude. « Quelles que soient les améliorations en termes d’émission de gaz à effet de serre, d’ici 2050, on aura une réduction de l’enneigement à basse et moyenne altitude qui sera comprise entre 10 et 40 % », précise Samuel Morin, directeur du Centre national de recherches météorologiques, un des chercheurs impliqués dans une étude publiée par la revue The Cryosphere en 2021. Alors que les saisons de ski sont de plus en plus courtes, on observe une adaptation du tourisme alpin. Quand certains se demandent s’ils verront de la neige cette année, d’autres réfléchissent à comment augmenter les capacités d’accueil et les domaines skiables…

© Mattia Micheli & Nicolò Panzeri

Yes to All, « Oui à tout » en français, le titre de la série des photographes italiens Mattia Micheli et Nicolò Panzeri laisse pointer toute son ironie. Les deux artistes amoureux des grands espaces, tombés dans le 8e art durant l’enfance, se sont ensuite spécialisés à la Fondation Studio Marangoni, à Florence. Ils y ont notamment rencontré le photo-reporter et réalisateur Paolo Woods. « Un grand photographe, attiré par l’adrénaline et les scénarios extrêmes », confient les deux complices. C’est d’ailleurs lors d’une randonnée à ski avec leur mentor dans la vallée de la Thure, en 2018, que tout a commencé pour Mattia. Il découvre un village abandonné : « Seuls un jeune couple et leur fils y vivaient de manière traditionnelle. C’est la première fois que je voyais les Alpes à l’état pur, se souvient-il. Je me suis rapproché de Nicolò qui, depuis son enfance, passait du temps dans les Alpes – dans la région de Lombardie, mais aussi dans le Piémont et le Trentin. Nous ressentions le même besoin d’explorer ce vaste territoire, et nous avons commencé par chercher des endroits dans lesquels les changements relatifs au paysage ou à l’identité culturelle étaient manifestes. » Amorcée en 2018, leur enquête photographique sur l’anthropisation de la chaîne de montagnes les a menés dans plusieurs des pays limitrophes : France, Suisse, Italie, Autriche, Liechtenstein, Slovénie. Les auteurs témoignent des dégâts de la mondialisation effrénée et affichent ce nouveau « look » des Alpes, cette montagne all inclusive.

 

Cet article est à retrouver dans son intégralité dans Fisheye #57, disponible ici.

© Mattia Micheli & Nicolò Panzeri© Mattia Micheli & Nicolò Panzeri

© Mattia Micheli & Nicolò Panzeri

© Mattia Micheli & Nicolò Panzeri© Mattia Micheli & Nicolò Panzeri

© Mattia Micheli & Nicolò Panzeri

© Mattia Micheli & Nicolò Panzeri

Explorez
L’écocide en ligne de mire
© Oleksandra Zborovska, When The River Left The Shores, 2023
L’écocide en ligne de mire
Ce terme est brutalement réapparu dans l’actualité avec la guerre en Ukraine et la destruction du barrage de Kakhovka, dans le sud du...
29 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
© Edwige Lamy
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
Comment capter le mystère au sein du vivant ? Comment retranscrire la mutabilité infinie de nos identités ? Cette année, du 16 mars au 14...
26 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
600° : à Bordeaux, LesAssociés plongent dans les décombres des incendies
© Alban Dejong
600° : à Bordeaux, LesAssociés plongent dans les décombres des incendies
Jusqu’au 17 mars 2024, le collectif LesAssociés présente l’exposition 600° au cœur de l’Espace Saint-Rémi, à Bordeaux. Un récit choral...
15 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Philémon Barbier jette la lumière sur la vie des livreur·ses à vélo
© Philémon Barbier
Philémon Barbier jette la lumière sur la vie des livreur·ses à vélo
Le Forum Vies Mobiles et le photographe Philémon Barbier se penchent sur la condition des livreur·ses travaillant pour les applications...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
Olivier Metzger : radiographie de la nuit française
© Olivier Metzger
Olivier Metzger : radiographie de la nuit française
Jusqu’au 23 mars, la galerie Arrêt sur l’image rend hommage à Olivier Metzger, le photographe qui arpentait la nuit en en capturant...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
Dans l’œil de Katya Kalyska : l'importance des relations humaines
© Katya Kalyska
Dans l’œil de Katya Kalyska : l’importance des relations humaines
Cette semaine, plongée dans l’œil de Katya Kalyska, photographe biélorusse dont nous vous avions déjà présenté le travail. Pour Fisheye...
04 mars 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les images de la semaine du 26.02.24 au 03.03.24 : montrer le méconnu
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Les images de la semaine du 26.02.24 au 03.03.24 : montrer le méconnu
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes s’attachent à rendre visibles des sujets méconnus ou peu représentés.
03 mars 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet